Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 22:27
Dans le cadre du festival latino /parcours de la diversité et des concerts 'mujeres', de Pianofabriek, centre culturel flamand de St Gilles (rue du Fort) , a invité la chanteuse Bolivienne Carmiña.
Originaire de Santa Cruz de la Sierra , Carmiña Cabrera atterrit en Europe à 18 ans. Après un passage par Londres , Bruselas l'accueille, elle , sa guitare, sa belle voix et ses compositions. Très vite repérée par Francis Goya , une notoriété guitaristique (active depuis des lustres: Liberty Six, J J Band,Plus... avant de travailler pour Demis Roussos, Vicky Leandros ,Three Degrees e.a. ...et puis à son compte: 35 albums ! ), elle arpente les scènes nationales et européennes et enregistre 5 albums. Le dernier en 2003. (Mirando al Sur).
Ce soir Miss Cabrera est accompagnée par deux pointures : Henri Greindl à la contrebasse (Cheiro de Choro, Parfum Latin, des musiques de film , un label de sa fondation 'Mogno Music' et des tournées, en Belgenland ou chez les cariocas, avec Denise Blue, Marito Correa , Weber Iago ...). A la guitare (nylon strings) , un Napolitain, diplômé au Conservatoire de Bruxelles : Paolo Loveri. Il a côtoyé les plus grands jazzmen de notre petit royaume : Guy Cabay , Fabrice Alleman , Calvin Owens (un Amerloque, adopté chez Kuifje), Bruno Castellucci, Michel Herr, Richard Rousselet etc... Des Cd's à la pelle pour notre meilleur guitariste brésilien, pigmenté à la salsa napolitano.

20h35': les artistes en piste, Carmina au centre , armée d'une acoustique.
Salle remplie , public multiculturel.
'Cosas de la vida' une de ses compositions , ouvre le feu. Du latin jazz limpide dans la grande lignée des Brazilian stars : Antonio Carlos Jobim, Luiz Bonfa, Toquinho... et des chanteuses Astrud Gilberto, Nara Leão, Elis Regina....
Une voix admirable, des musiciens sachant ce qu'est la bossa nova , un pathos latin fait de tristeza inevitabile , nous voilà transportés du côté de São Paulo ou Boa Vista.
Un Chico Buarque rythmé pour suivre 'Essa moça ta differente' . Elle est différente cette fille , elle danse la samba comme personne. Une fabuleuse guitare pour accompagner la danse de la moça.
On passe en Argentine 'Pedro Canoero' de Teresa Parodi. Une ballade nostalgique. St Gilles danse la milonga.
'Deixa Falar' lyrics Carmiña /music H Greindl, un nouveau Brazilian jazz.
En route chez Fidel ' Veinte Anos' des créateurs de 'Chan Chan' le Buena Vista Social Club. Invitation au voyage ! T'as fumé ton havane , direction Paris pour une coupe de Champagne et Michel Legrand, 'Les Moulins de mon Coeur' décoré d' une touche vocale exotique ...comme une pierre que l'on jette dans l'eau vive d'un ruisseau et qui laisse derrière elle des milliers de ronds dans l'eau... aussi beau que la version de Françoise Hardy.
Retour au Brésil :'Isaura' de H Martinez termine le premier set .
Ma Vlaamse voisine en pâmoison :wat een stem ...Juist,madam ,ze kan zingen !

Un tube pour entamer la seconde partie:'Dindi' de Jobim,hit pour Flora Purim .Beau et profond.
Isolina Carrillo 'Dos Gardenias'..te quiero,te adoro,me vida ...même Bart De Wever comprend ce tango poignant repris par Ibrahim Ferrer ou Omara Portuondo.
'Vocè e eu' de Vinicius de Moraes,le petit poète de Rio de Janeiro.
Carmiña a le mérite de laisser la part belle à ses musiciens d'exception , l'adresse des 2 compères n'a d'égale que leur complicité musicale. Un régal musical.
Mexico 1947 : Henri pique la guitare et le siège de la girl from Santa Cruz, c'est debout qu'elle interprète 'Obsession'de Pedro Flores... Amor es la cosa divina... Amor es el pan de la vida.... compris Zorro ?
Second hit de Jobim ' Chega de Saudade' (no more blues..): la batida dans toute sa splendeur. La tristeza suprême. Sortez les Kleenex , une merveille.
Repos des guerriers : Carmiña seule à l'acoustique , un titre péruvien 'La flor de canela' épice caramélisée au parfum subtil.Délicieux.
Astor Piazzola 'Vuelvo al sur' pas de bandonéon, mais une guitare et contrebasse lyriques et un chant dramatique.... Como un destino del corazon.. des flashes de Carlos Gardel et de la force noire du destin : tragôdia !
On ne va pas finir sur une note sombre ' A Felicidade' , Jobim à nouveau, pour ce chant de bonheur. Un solo de guitare Hergé 'ligne claire' et des images d'Orfeu Negro de Marcel Camus sur ton écran cérébral. Bye bye la tristesse, place à la félicité.
C'était notre dernière chanson ... Tu rigoles , lui envoie la nana assise devant moi..


Rappel
'Estate' une chanson italienne de Bruno Martini, chantée en espagnol.
Un bolero élégant, comme tout ce concert classe.
Zaventem ,attachez vos ceintures, l'aéronef en provenance de Bahia va se poser, on nous signale un brouillard intense et des problèmes financiers délicats.
Caca, rien n'a changé !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents