Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

15 septembre 2022 4 15 /09 /septembre /2022 08:05
Album - Nervous Shakes – Walk Like A Lover
Album - Nervous ShakesWalk Like A Lover
 
Rockerill Records
 
 
 
Michel.
 
 
 
Larsen: liste des supports sonores sortis entre mai et septembre 2022!
 
Tu savais que la clique à Rockin' Cat Ivan ( je suis chanteur de rock'n'roll, et aussi chanteur de variétés italo-américaines; plus dj à mes heures perdues (DJ Rockin' Cat) et créateur du fanzine de rock'n'roll bruxellois SNOTREBEL) avait, enfin, ajoute Christine, une fan de la première heure, pondu un nouveau recueil.
 Dans la subdivision chez Larsen, t'as rien trouvé sous la rubrique garage/glam.
 
T'as tout vérifié: rap, reggae, metal, trucs pour les gosses, variété, expérimental, lounge, ambient, musique pour ascenseur... Nervous Shakes – Walk Like A Lover, s'est retrouvé entre ML ( qui?) et Pierre Vervloesem ( tiens , Pierre est devenu pop!) dans la section pop/rock/indie!
 
Leur production précédente, “Separate Beds? I Don’t Think So”date de 2004, on ne peut pas dire que les Bruxellois sont du genre prolifique, et pourtant ils tournent et peuvent compter sur un gang d'inconditionnels qui ne ratent aucun de leurs concerts, sauf s' ils purgent une peine d'emprisonnement pour délits mineurs répétés: ivresse sur la voie publique, outrage à agents, consommation de substances illicites ou saccage d'un établissement les ayant lâchement éjectés.
 
Donc, en ce beau mois de mai, ' Walk like a Lover' se vend dans toutes les bons commerces de plastic.
 
Pardon... si le lover est Egyptien, vais demander à Susanna!
 
Tracklist:
 
When things go wild
Hit the deck Joseph
Do you wanna
Stick mith me
Walk like a lover
Are you mine
Kamikaze baby
In the summer
The curse of lovers
Come back Lorraine
Don't cut me loose
Teenage Blues
 
 
 
Line-up:
Ivan Andreini: Lead vocals & harmonica
JP Neligan ( alias James Cain) : Guitar vocals / lap-steel / Percussion
Brüno V Gömpel: Bass / Vocals
Phil Felix: Drums / Percussion
 
 
Additional musicians:
Mike Mariconda: Harmonica
Spencer Evoy: Tenor Sax
 
 
Ivan, JP et Bruno font partie des Tremblements Nerveux depuis un bon bout de temps,  Philippe Félix est le dernier épileptique en date.
Parmi les autres malades célèbres ayant un jour joué aux côtés d'Ivan, on note Philippe De Clecq ( Narcotic Daffodils, Gabbalovers, Moon on Man,  e a )/ Patrick Bernhagen , un copain de l'Irishman J P Neligan/  Yvan Homez ( The Paperclip, now)/ le brillant Daniel Wang qui joue avec les Jenkinses
de James Neligan et Emmanuelle Roisin une copine de Meg White.
 
 
Classe, la pochette de Daniel Oeyen, graphic designer: une vamp des années 30, style Rita Hayworth , féline, intrigante et forcément fatale, elle adopte une pose acrobatique , un pont, que certains n'hésitent pas à mettre dans la catégorie des positions les plus chaudes du Kamasutra.
La photo sépia est plaquée sur un décor bleu et, en superposition, on découvre une dentelle rouge représentant, peut-être, un masque, on te laisse te faire ta propre idée.
 
Cachez vos filles, les fauves sont lâchés ' When things go wild'  , ils ont sorti la cravache et tout l'attirail bondage, désormais les Real rockin' Kids ne sévissent plus à Boston,  ils sont voisins de Manneken Pis.
Comme le band de John Felice, on peut les cataloguer de beautiful losers, c'est un genre qui plaît aux filles.
 Ils sont pas mal véloces, donc,  on préfère les comparer à Roger De Vlaeminck, le Gitan, qu'au gentil et brave Raymond Poulidor.
Les riffs de guitare cinglent, Bruno et Philippe, le petit nouveau, impriment une cadence qui doit mener le sprinter en bonne position avant l'emballage final, Ivan chante comme quand il avait 20 ans et son jeu d'harmonica  vient à point nommé pour nous rappeler que Mick Jagger lui aussi pouvait souffler comme une bête.
Qu'est ce qu'elle t'a dit, la fille?
' Hit the deck, Joseph' 
Tu lui as fait croire que tu t'appelais, Joseph?
Bordel, ce truc déménage méchant, il bouffe quoi votre drummer, c'est un lion affamé.
Ivan éructe tout ce qu'il a bu la veille, la guitare de JP crache des flammes et tu soupçonnes Bruno  de faire du bringue à la nana.
Il y a des années, c'était avant toutes les pandémies, rue Plattesteen, le DNA existait encore, tu y croisas un groupe local baptisé Nervous Shakes, ils avaient  mis le feu à l'antre punk, tu te souviens, en versant une larme, du titre' Do You Wanna' car il était question d'un real wild child.
Iggy Pop venait de trouver un concurrent redoutable, Ivan Andreini! 
Il n'a pas sorti son membre mais bien un harmonica qui a fait tout trembler, l'Irlandais, à ses côtés , balançait des lignes tranchantes, la rythmique en béton turbinait sans relâche, ça sentait la sueur et le rock'n'roll, on aimait ça, c'était au temps où Bruxelles vivait!
Tu te souviens des Undertones, écoute ' Stick with me' , tu vas baver surtout qu' Ivan, d'un coup,  se met à sonner comme Elvis avec son chant haletant et vicieux.
Le vintage rock'n'roll, il n'y a que ça qui compte!
Où il est le slow?
T'énerves pas ' Walk like a lover' n'est pas ' Can't Help Falling In Love', mais le tempo a sérieusement ralenti, enfin, on s'entend, au démarrage, car après ça remue tout de même sérieusement,  Spencer Evoy,  au sax, habille magistralement ce morceau qui renvoie vers les Stooges.
Si eux déploraient le manque de fun, c'est loin d'être le cas à l'écoute de ce ' Walk like a lover'.
Une guitare métallique introduit 'Are you Mine', un rock  qui aurait pu être composé dans les sixties,  ils connaissent ' Shakin All Over', for sure, Johnny Kidd ressentait .. shakes all over him , quivers down his  back bone...forcément cela interpelle nos Nervous Shakes!
Coup de chapeau à Bruno pour ses basslines démentes avant la reprise du refrain et les envolées fracassantes du hooligan,  Mr Neligan, et pendant ce temps le stray cat hurle... are you mine, I wanna know,...elle a souri mais n'a pas répondu.
Toutes des s...
Gaffe, à ce que t'écris, S. Rousseau nous lit!
M'en fous, suis pas chasseur! 
Et c''est parti avec  le fameux Oriental Riff pour amorcer 'Kamikaze Baby' , un titre qui doit plaire à tous les amateurs de Kung Fu et à ceux qui se souviennent du ' Chinese Rocks' de Johnny Thunders & The Heartbreakers.
Après cette séquence punk suicidaire, de teinte jaune, les garagistes bruxellois proposent une seconde rafale punk, très ensoleillée cette fois-ci.
 Leur 'In the summer', fatalement te renvoie vers Feargal Sharkey et ses Undertones, le pop punk  ' Here comes the summer' cassait la baraque en 1979.
La tirade des Nervous Shakes, qui dégage un fumet bourdonnant,  est sans doute moins poppy   que celle du gang de Derry, mais les oooh oooh  oooh  en background, proposent toutefois  une approche commerciale incontestable.
Un prochain hymne estival à inclure sur la compil  ' Nuggets, Belgian Garage Rock from the beginnings to the apocalypse'.
 
 T'as d'autres propositions pour ce futur collector's item?
'Please Give Me Something' · The Spanks / Annabel Lee ' Black Pudding' / Moonrakers ' Strange Birds'/ The Mudgang ' Dr Mushroom' et Zangeres zonder Naam ', le censuré ' Hij Was Maar 'n Neger'.
La suite: un midtempo  comme, le looser magnifique,  Johnny Thunders,  pouvait en pondre à la pelle, ' The Curse of Lovers', qui précède ' Come back Lorraine' , un garage country track,  décoré d'une slide ravageuse et de lignes d' harmonica  toniques.
Etonnant, ce titre, c'est pas vraiment  du Hank Williams, mais , pour rappel, les Stones ont pondu pas mal de morceaux aux senteurs country flagrantes.
Un riff affûté démarre le rocker explosif   ' Don't cut me loose'  qu' Ivan chant d'un timbre implorant  avant le  bridge, brillant,  à l'harmonica.
'Teenage Blues' met un terme au  trip abrasif proposé par un groupe ayant toujours eu le bon goût d'ignorer tous les accessoires électroniques. Pas de synthés, pas de loops, pas  de drum machines ou sequencers, que des instruments authentiques, de la conviction, de la sueur et de la sincérité.
Ce dernier morceau est tout simplement une profession de foi, I can't shake away the teenage blues.
Quand il aura 85 ans, Ivan sera encore un teenager, avec ses potes ils iront  foutre le bordel à la maison de repos.
 
 
Nervous Shakes, de dignes successeurs des Standells, des Seeds, des Fuzztones,  des New York Dolls ou des Fleshtones.
 
 
Le 23 septembre à L'Imposture à Lille ( in Frankrijk).
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents