Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

20 juin 2022 1 20 /06 /juin /2022 15:23
Double EP - Psycho Weazel – Bianco & Rosso

Double EP - Psycho Weazel Bianco & Rosso

 

NoPo

Argent Sale Records 

Promo: La Mission

 

PSYCHO WEAZEL Bianco & Rosso 2022

Ivo Roxo (rosso?) et Léo Besso (bianco?), 2 d'jeuns DJs suisses (de Neuchâtel) semblent portés sur l'Italie, l'electronica et probablement le vin, pas incompatible tout ça.
Ils se rencontrent dans le bus, par la musique interposée, alors qu'il sont encore au Lycée (l'histoire ne dit pas s'ils refusent de descendre à la station Knysna!).
Plutôt que le foot, ils partagent les mêmes activités skate et snowboard ce qui les amène naturellement à faire glisser les fêtards sur le dance floor.
A 25 ans, ils ont déjà publié une dizaine d'oeuvres au style synthwave, vapor wave, électronique et dansant avec une influence venant probablement de l'EBM de Kraftwerk et la théorie de l'homme derrière la machine ('The man machine').
On notera l'absence de chant (ou presque l'EP 'Les garçons', de 2021, le dément avec Princesse Daniel et Jean-Mule) mais pas de Champagne.
Leurs choix s'orientent toujours vers un pétillant plaisir de jouer live. Sur scène, ils n'hésitent pas à mélanger theremin, guitare, synthé (prophet 6) et contrôleurs midi.

Leurs racines?
L'italien Giorgio Moroder avait entrouvert une porte électro-dance fin des 70's avec le tube 'Chase' ('Midnight express') et des collaborations avec Eurythmics et surtout Donna Summer. Kraftwerk a su danser comme un 'Mannequin' ou un 'Model'.
Pas interdit de penser non plus à une face hot et happy de D.A.F (Deutsch-Amerikanische Freundschaft,) ou un New Order aphone, voire un Daft Punk (qui a honoré Moroder) sans casque ni combinaison (avec tambours et trompettes!).

Spécialistes des Ep's (mais pas du tennis), le duo passe ici au double.
Version chemises blanches (Bianco), version chemises rouges (Rosso), la photo les présentent, toutes moustaches dehors, concentrés et prêts à en découdre sur une table de billard pourpre.
Un vinyle noir, estampillé '1970' tatoue un avant-bras.

Jouons les leurs!

'Disco moon' attaque frontalement au son des 80's vintage. Le son de basse métallique ranime les Level 42, la batterie, discoïde, rabâche. Le synthé, confortable comme une paire de mocassins italiens, glisse sur le parquet.
Toujours à la relance, il donne le peps à la mélodie linéairement joyeuse. Y'en a qui sont revenus (cf 'To the moon and back' Savage Garden), y'en a qui dansent encore sur la lune à l'heure où j'écris! 

Pour qui sonne la cloche? 'Polarized' intronise New Order, meilleur groupe électro-disco.
Des soupirs rayent le parquet où s'affolent des danseurs suant à grosses gouttes. 'Grüß Gott', les synthés les saluent dans une valse autrichienne modernisée.
Le rythme claque, le clavier imite un ensemble de violons auquel répond une platine à scratchs. Petit mais costaud!

Tambourinage et gifles sur caisses, grosse ou claire constituent le squelette de 'Elettra'. Le synthé vient s'y accrocher tout en rythmique d'abord.
Une bidouille synthétique flirte avec le sautillant 70's pop-corn (Hot Butter). Le morceau s'étire comme une plage au soleil remixée.

'Gomina' lisse la coiffure pour un look léché et toujours aussi classe, à l'italienne. Des vocaux rares viennent le confirmer avec l'accent tonique.
Les claviers électros se croisent et se toisent. La rythmique sautille d'un pied sur l'autre. Un sifflement synthétique ajoute une dose de frime.

Les coups kitchs et désuets, nostalgiques des 80's, explosent dans le ciel. La trame mélodique enivre et la cadence est irrésistible. Tel un mouvement perpétuel, dès qu'une couche rythmique s'efface, c'est au profit de la suivante.
Les touches répétées aux allures exotiques font monter la température. 'Chrome', sans ressembler à une bécane éclatante, brille de mille feux d'artifice.

'Lola' n'a évidemment rien à voir avec l'énigmatique personnage des Kinks. Un son métallique danse sur une rythmique robotique pourtant pas froide.
Quelques bruits ornementaux viennent décorer la trame rectiligne. Des étoiles filantes traversent leur ciel nocturne. Les trouvailles gimmick se font entendre de partout.


"Sans avoir le moindre cursus d’études en musique, il a fallu du temps pour nous extirper du syndrome de l’imposteur" explique Léo. Ils en ont eu... 10 ans déjà qu'ils peaufinent leurs sets... 
Spontanément, je les qualifierai de jeunes gens chics (sans le freak), insouciants, délicats, frais... loin du nom des belettes psychopathes dont ils se sont affublés avec autodérision.
Jouez leur musique dans votre salon et avec quelques invités, vous le transformerez en club, assurément!

Les 2 étages :
I
01-Disco Moon
02-Polarized
03-Elettra
II
01-Gomina
02-Chrome
03-Lola

Double EP - Psycho Weazel – Bianco & Rosso
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents