Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

14 mai 2022 6 14 /05 /mai /2022 18:45
Album - Baby Fire – Grace

 Album - Baby Fire Grace 

michel

Off Records/Broken Silence

Il a été enfanté dans la douleur, le dernier album de Baby Fire.

D'abord annoncée en mars, la sortie du disque a été postposée au 6 mai , il aura fallu une césarienne, douloureuse, mais réussie.

Baby Fire avait fêté la sortie de 'Grace'  prématurément lors d'une release party au Brass, le 18 mars, le public s'était déplacé en masse  et à l'issue des différents concerts, de l'expo, ou de la séance de live painting  (Nicole Boitos), une épithète revenait constamment: fantastic!

 

Baby Fire , l'enfant  de  Dominique Van Cappellen-Waldock est en passe de quitter l'école primaire pour entrer au collège, à l'athénée ou au lycée, tu ne te souviens plus de son sexe, ce qui en ces temps de transidentité n'a aucune importance.

On lui compte cinq  avatars désormais: 'No Fear', ' The Red Robe' , ' Gold' , l'extended play 'Searching fior Grace' et enfin' Grace', un titre qui n'a probablement pas été  choisi pour rendre hommage à Grace Kelly.

Dominique a-t-elle la foi?

Croit-elle en l' aide surnaturelle accordée par un Dieu aux hommes pour leur salut, qui doit leur  permettre d'échapper à la damnation.

A-t-elle lu Pascal,  Jansénius ou Heidegger, who knows, anyway the album is called ' Grace'.

 La grâce, c’est la quantité de lumière dans l’âme,  disait un pape, on t'avait dit que Miss Van Cappellen-Waldock  était mystique.

 

Le line-up s'inscrit au féminin: Lucile Beauvais ( aka Lux Montes)  (Guitars,  Synths, Harmonica, Backing Vocals) -  Cécile Gonay (Bass, Violin , Backing Vocals , programming) et Dominique Van Cappellen-Waldock (Guitars, Loops, Theremin, lead vocals).

+ guests: among them: Laetitia Sheriff (‘Eternal’), Mike Moya from Godspeed You! Black Emperor (‘Grace’), and on  'Love',  Eve Libertine (Crass...) and G.W. Sok (ex-The Ex, Oiseaux-Tempête). 

 

Parenthèse, depuis l'enregistrement de l'album, Cécile Gonay ( Seesayle) a quitté ses copines, en bons termes , lors des derniers concerts, elle a été remplacée par Fabian Hidalgo aux drums.

 Tracks - 1. A Spell.  2. Fleur de feu.  3. Love. feat Eve Libertine and G W Sok . 4. This Is a Love Song. 5. Grace feat. Mike Moya  6. Dance! feat. Déhà 7. Prayer 8. Sing in Brightness 9. Like William Blake 10. Eternal feat. Laetitia Sheriff 

 

L' artwork  est toujours signé Alice Smith. 

Une fois n'est pas coutume, l'oeuvre, austère, interpelle à la manière des gravures sur bois de Frans Masereel ou des dessins anatomiques d'  André Vésale.

 

Le recueil commence par ' The Spell' dont les premiers vers   sonnent

... I call thee beloved one to love me more than anyone

 Seven times I pierce thy heart

 Tonight the magic of venus starts...

Dominique reprend presque mot par mot un extrait des Asil Chronicles de Lisa Graziano

I call to thee , unknown beloved 

To love me more than life above 

Seven times tonight I pierce thy heart 

Tonight our souls shall never part...

Imagerie mystique, puisque le coeur de l'immaculée a été transpercé par sept lames, la voix hallucinée de la grande druidesse bruxelloise est bardée d'un choeur féminin hanté, musicalement on ne s'éloigne guère de l'univers post punk angoissé  auquel Baby Fire nous a habitués,  la guitare lacère ton cerveau, tandis qu'un gimmick, train progressant au ralenti pour sortir du tunnel et écraser la pauvre créature, (devenue folle) , vêtue d'une chemise de nuit blanche  qui court en gesticulant, les yeux hagards,   sur les rails  sans se rendre compte que la locomotive maudite approche.

T'as pas vu le film, o k, on ne te narre pas le dénouement.

Les projets imaginés par Dominique sont multiples, on n'en cite que quelques uns Keiki, Naifu, Von Stroheim, Las Vegas, Nutshell, Déhà  + Dominique  Van Cappellen-Waldock ... et récemment Fleur de Feu.

Le concept floral  lui est cher, la seconde plage de l'album a été baptisée ' Fleur de feu ', et voit la Bruxelloise transformée en chaman, elle guérira tes blessures, et tes troubles divers,  par le feu.

Sur percussions entêtantes, la guitare vient te fouetter et les voix blanches vont t'amener à l'autoflagellation, car tu dois expier pour tes innombrables fautes. 

Souvent un parallèle est tracé entre l' univers de Baby Fire et le terrain de jeu d'artistes singuliers, qui ne font aucune concession commerciale,  comme Shannon Wright, P J Harvey, Carla Bozulich, Jarboe,  Jenny Hval, Esmerine ou  Chelsea Wolfe, ' Love',  pour lequel le groupe a fait appel aux voix du néerlandais G W Sok ( The Ex) et de Eve Libertine ( de Crass), qui avait déjà collaboré avec Baby Fire dans le passé, ne démentira pas ces rapprochements. 

La courte et matte  intro  à la guitare  annonce un chant dramatique, à l'arrière percussions indus et harmonica voyageur, accompagnent la prière, puis vient G W Sok   et son couplet narratif, Cécile fait vibrer son violon, Dominique reprend sa litanie, le choeur des damnées l'accompagne, Eve sort des ténèbres pour placer une tirade lyrique, ce mini-opéra te tiendra en haleine pendant quatre minutes.

En réponse à Public Image Limited voici ' This is a love song' ,  ses sonorités stridentes et ses cris étouffés.

Tu dis, William?

Juliette apparut à la fenêtre et Roméo lui déclara sa flamme.

D'accord, c'est peut-être légèrement moins romantique, ici!

Le titletrack ' Grace' ne  renvoie pas vers Jeff Buckley, par contre  Mike Moya manie la lead guitar, le violon de Seesayle lui donne la réplique tandis que Dominique s'épanche sans retenue.

Cette lente marche, tourmentée, va conduire tes pas vers le champ des morts où tu pourras te recueillir sur les tombes de John Keats et  de Lord Byron. 

Pas besoin d'enfiler  tes red shoes to  dance the blues pour te déhancher sur le névrosé et tribal  ' Dance'  qui voit Déhà malmener les percussions.

Une longue amorce caoutchouteuse  ébauche ' Prayer' , une imploration frémissante qui s'achève en spoken word réverbéré.

T'as fermé les yeux, t'as vu comme un fantôme, c'était pas Patrick Swayze, ni la Vierge, t'as pensé à Mike Brant, c'est ma prière, t'as eu peur,  t'as commencé à transpirer, merde, t'avais  bu que trois Scotch, la voix a dit un truc qui ressemblait à peace in ourselves, tu t'es calmé et tu t'es resservi  un pure malt.

 Démarrage grinçant pour ' Sing in Brightness' , suivi par un riff de guitare obsédant, couché sur un coulis de violon spartiate et des voix blêmes, t'as téléphoné à Ernest, tu lui as demandé For Whom the Bell Tolls?

 Pour nous tous, il a répondu.

Comment réagir?

Sing in brightness, il a dit.

T'as pas un air un peu  moins sinistre, t'as demandé, il avait raccroché!

La suite, ' Like William Blake', William était jaloux car t'avais mentionné Keats et Byron.

Et?

Comme lui, je périrai en chantant, pas peur des flammes.

Elle est allumée, te souffle ta compagne.

Tu ne crois pas si bien dire, Jeanne!

Pour le dernier titre de l'album, ' Eternal',  Baby Fire a invité  Laetitia Sheriff.

Vocalises et texte récité, ' Eternal' va te conduire droit vers le royaume  des ensorceleuses maudites, et si Ulysse a pu échapper à l'appel des sirènes, tu ne parviendras pas à te libérer de l'emprise de Baby Fire.  

 

' Grace' , un album incandescent qui doit te permettre de voir la lumière briller du sein des ténèbres.

 Fais gaffe, protège tes yeux!

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents