Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 janvier 2022 3 19 /01 /janvier /2022 13:27
Album - Cellar Twins "Duality" ' (re-release)

Album - Cellar Twins "Duality" ' (re-release)

 Rockshots Records

 

NoPo 

CELLAR TWINS Duality réédition 2021


Venus de la belle Namur en Belgique ('Namuur toujours Namuur' chante Johnny), voici Cellar Twins (derrière les portes du pénitencier?).
Jeff Sternon (Guitare) et Francesco Damanti (Batterie) se rencontrent dans un groupe aux orientations pop et décident de se lancer en 2014 dans cette aventure plus musclée.
Pas vraiment des potes de taule, mais le nom leur semble approprié pour 2 headbangers répétant dans une cave.
Le groupe ne se libère qu'en 2016, avec l'arrivée de Elodie Vainqueur (basse, parents profs de musique et prof de trompette elle-même, avec elle c'est gagné d'avance!), recrutée sur une petite annonce griffonnée dans une grande surface et Carl Kubinsky (chant et guitare), intrigué par un message publié 6 mois plus tôt sur internet.
Les taulards en profitent pour sortir de la cellule, un EP en 2017. 2 ans plus tard, un financement participatif paye la caution et leur donne les moyens de défendre 'Duality'. David Annenkoff (embauché via Facebook) remplace Francesco en Juillet 2020.
Curieusement, les twins (devenus quatuor) rechutent en 2021. Leur deal récent chez Rockshots records permet, en effet, la réédition du disque précédent pour communiquer, programmer des dates de concert et distribuer leur musique plus largement. 
Bégaiement? Répétition (nécessaire pour le live!)? Ou vrai démarrage?

Les musiciens citent l'influence de Avenged Sevenfold et Alter Bridge. J'y ajouterais quelques pincées de Muse.
Leur style se caractérise par un son de guitare moderne et épais, une voix claire et une colonne rythmique puissante.
Jeff compose la plupart des morceaux et Carl participe à l'écriture des textes qui parlent de luttes dans la vie avec des paroles suffisamment généralistes pour s'adresser à tous.

Le contenant :
Une pieuvre géante et rougeoyante, à 8 tentacules menaçants, semble protéger un papillon scintillant dans un ciel étoilé (artworks by Chromatorium Music de Quimper la bretonne et oui, Namuur toujours Namuur!).
'Coexistence de deux éléments de nature différente' traduit 'Duality', l'objet de la rondelle.

Le contenu :
1. Millenium
2. Molotov Parade
3. Cloud Walker
4. Selfear
5. Social Waste
6. Antithesis
7. Wovoka
8. Tales of autumn
9. $olace
10. Promesse
11. Namazu
Mixé par Jeff Sternon et produit par Cellar Twins

 

soundcloud



'Millenium' Le titre ne fait pas dans l'originalité car le terme parsème le net comme autant de références de films, livres, jeux, noms d'albums ou de chansons. "Règne terrestre du Messie avant le jugement dernier".
Rien à voir avec le texte, un peu ésotérique, qui ne nous éclaire pas vraiment. Le clip (tourné au Château de Lavaux Sainte-Anne) possède un joli côté médiéval gothique, pas plus dans le thème.
Après une amorce ébouriffée par un souffle orchestral, le flux musical dégage beaucoup de puissance, sans oublier la mélodie.
Carl Kubinsky, cheveux rouges, délivre un chant fiévreux et de mauvaise humeur. Batterie et basse cognent et forment un bloc inébranlable.
La guitare de Jeff Sternon signe un riff métal percutant. Le passage, faussement calme, au milieu du morceau développe une pression vicieuse amenant un moment de folie étonnant.

'Molotov parade' se boit en cocktail évidemment. Entamé sur une rythmique lourde, le titre s'élance avec un riff droit sur la batterie rapidement explosive ('Molotov' toi même!).
La surprise réside dans les choeurs inattendus, sur un moment tendu, et qui se taisent à mi-chemin.
La guitare tire son épingle de son jeu, inventive, variée, parfois dissonante, toujours vive, le tapping produisant un jus délicieux.
La basse, dont les cordes semblent parfois frappées, la soutient constamment avec force. Le chant passe allègrement de l'énervement à l'harmonie. Imparable!

Mis en avant par une vidéo, au bord d'un lac, live Unplugged, en ligne Août 2020, 'Cloud walker', à 2 arpèges imbriqués dans sa version studio, prend des airs de désert au bon souvenir de Pearl Jam ou Soundgarden.
On note le décalage de l'arrivée de la batterie à plus d'une minute, pas contente, elle s'énerve. Puis le ton, lancinant, laisse une guitare plaintive et aérienne chevaucher les nuages.
Le chant s'apparente à celui de James Labrie (Dream Theatre). On pourrait presque qualifier l'ambiance envoûtante de stoner.

Le titre "Selfear" parle de ce qu'on l'on montre par rapport à ce que l'on est vraiment et les craintes intérieures provoquées par ce décalage (Self fear).
Après une ouverture à l'arpège évanescent, l'instrumentation, toujours punchy, alterne couplets sombres et refrain catchy avec changement de cadence.
La vidéo filmée en noir et blanc, dans un cadre de d'arcades et de vieilles pierres, augmente l'intensité du titre.

'Social waste' surprend par ses choeurs en 'na na na na na na' décalés, incitatifs et tournés vers le live sans distanciation sociale. Le chant reste assez forcé, parfois proche de la rupture.
Le riff et la guitare lead se positionnent dans une tendance plus rock traditionnel, rompant avec le style de début d'album.

On y revient au mastic avec 'Antithesis'. L'orchestration invite, de nouveau, gros riffs et grondements. On y trouve aussi des choeurs assez virils.
Les accords mineurs développent une atmosphère sombre simplement illuminée par un solo de gratte. Un passage scandé prend des intonations hardcore.

Des sonorités de violoncelle ouvrent 'Wovoka' prolongées par des percussions électroniques. Les choeurs harmonieux et le placement de la voix me font penser à Placebo.
Un passage planant, travaillé de belle façon sur le plan rythmique, tombe à point nommé pour agrémenter la composition plutôt mélodieuse.

'Tales of autumn' ralentit dans un tempo trainant au climat moite grungy. Les accords de la guitare rythmique, en mode électro acoustique, et la lead plaintive se mélangent tendrement.
La batterie, tranquille, n'intervient que tardivement. La voix se dédouble et s'assombrit, par instants, lâchant même quelques chuchotements inquiétants.
Le long solo de guitare aussi épique que somptueux, dynamise le final.

$olace" démarre, sur les chapeaux de roue, dans une orientation prog-metal. Le dollar dénonce l'illusion du confort matériel.
Energique et entraînant, l'ouvrage technique remporte la partie sans difficulté.

'Promesse' en français dans le texte, propose, en entrée, une guitare sonnante couplée à une voix nasillarde et douce. L'instrumentation s'épaissit ensuite, musculeuse, dans un magma séduisant à basse slappée.
Un effet clair-obscur, rempli d'éclairs scintillants et de choeurs élégiaques, donne des sensations tristes jusqu'à la déchirure... de toute beauté.

'Namazu' ajouté au tracklisting original, s'apprécie en clip (Drums on video by Gil Dieu). Filmé dans les grottes de Han, le groupe exhale un sentiment dramatique captivant.
La voix, inquiétante, avance sur un filet de gratte, comme un reptile rampant, puis la guitare crache son venin poussée par une basse grondante et des frappes orageuses.
Les textes s'accordent 'Somewhere beneath the ground it's calling I bet you fear it too'.



On sent que Cellar Twins aime le pop-rock grandiloquent, le grunge et le métal pur. Il s'y promène dans un mélange métallique brillant et attractif.
De la motivation et de la variété, les musiciens n'en manquent pas, il suffit d'écouter leur interprétation pleine d'énergie : chant intense et modulé, guitare technique et bagarreuse, basse tonique et liante, batterie roulante et bavarde.
Le combo continue son activité incessante (réaction à leur période d'enfermement trop longue?), par le tournage d'un nouveau clip au théâtre de Namur.
On attend, avec curiosité, la suite de leur orientation après murissement / patine durant près de 3 ans et nul doute que les cavistes savent faire vieillir leur breuvage dans de bonnes conditions.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents