Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 13:23
Album - Epsilon Sky by Sandstone

Album - Epsilon Sky by Sandstone

 

NoPo

 

 Limb Music Products

 

 SANDSTONE Epsilon sky 2021

5è pierre à l'édifice pour Sandstone après un vide intersidéral de 8 ans.
2006 Tides Of Opinion
2009 Purging The Past
2010 Cultural Dissonance
2013 Delta Viridian

Le groupe irlandais existe depuis 18 ans déjà. Sean McBay et Stevie McLaughlin fabriquent, en effet, leur grès (grey?) en 2003.
Grace à un commentaire élogieux de Bruce Dickinson et des tournées avec Tim 'Ripper' Owens (devenant même provisoirement son support band), les musiciens se forgent une belle réputation.
Le changement de batteur et l'arrivée d'un second guitariste, confortent et étoffent le jeu solide et sophistiqué des musiciens. En 2014, Thomas Alford remplace à la basse, David, frère de Stevie, puis, à nouveau, changement de batteur et second guitariste.
Seuls les 2 'S' résistent et garantissent l'estampille. Sous ce nouveau ciel, Stevie devient un peu le couteau suisse, il compose, joue de la guitare, produit, enregistre, mixe et vu qu'il lui reste un peu de temps, il réalise le logo et l'artwork.

Line-Up 2021
Sean McBay - vocals
Stevie McLaughlin - guitar
Thomas Alford - bass
Dee Kivlehan - guitar
Eamonn McNaught - drums

La jaquette du 1er album ravivait, quelque-part, 'Metropolis Part 2: Scenes from a Memory' de Dream Theatre, ou 'Still life' de Fates Warning, deux influences palpables.
Le cinquième élément, dont l'intitulé commence par la 5è lettre de l'alphabet grec, évoque un décor sci-fi cinématographique.
Un personnage, aux allures de Fantomas en costume bleu, enlève un faux visage humain, couvert d'un masque noir anti-Covid (au fond, un personnage similaire, pas démasqué, tient son téléphone portable).
Sans surcouche, le vrai minois androïde, fondu au gris sous des plaques blanches d'impétigo, laisse percer 2 yeux bleus. A l'arrière plan, des fenêtres, dans les bâtiments d'une ville moderne, dégagent de la lumière.
La totalité de cette image s'affiche, en fait, sur un smartphone dans la main d'un protagoniste dont on devine les doigts au dessus de l'écran et la paume à l'angle bas droit où se termine l'inscription du titre de l'album.

Quelques légers et brefs pincements de cordes ouvrent en contrepied (doigt?) du tapping à la dextérité impressionnante qui suit. Le son synthétique et tournoyant produit un effet accélérateur 4g (et sans smartphone).
Une double pédale grosse caisse? Une mélodie pêchue et travaillée? 'I know why'... c'est pour creuser un 'true' métal progressif.
La voix aigüe de Sean possède un timbre situé entre Geoff Tate (ex Queensryche) et Axl Rose (Guns and Roses).

Là, une pulsion entraîne 'Cuts to you' dans une mélodie enivrante mêlant guitares électrique et acoustique.
Sean chante avec intensité et détermination. Finalement, 2 électriques, l'une jouant très bas, l'autre plus haut et parfois dans de grandes envolées, strient la chanson plutôt rectiligne.
On entend la basse papillonner autour de la batterie imposante. La guitare, omniprésente, impressionne par sa variété et son agilité.

Ici, un arpège de guitare, piqué de notes au piano, entame de manière plus aérienne puis les baguettes sur 2 toms nous préviennent qu'il va falloir compter avec la batterie.
La voix brûlée marche sur des braises rythmiques. 'Worn soul' décrit bien, par sa signification, cette atmosphère déchirante à l'opposé de la phonétique, une 'âme usée'.

Les dons de Stevie sont multiples, un exemple avec sa voix sur 'Fractured time'. Plus classique que celle de Sean, elle fusionne, sans difficulté, avec la couche instrumentale dans une composition enlevée.
Sur le refrain pop-rock, les voix surmultipliées forment des choeurs brillants. Ailleurs, caché au fond, Sean semble, parfois, s'amuser en voix death.
Le solo de guitare accroche des harmoniques puis file comme une étoile démontrant des capacités cinétiques incroyables.

Un peu d'acoustique, ça fait du bien au fond des esgourdes. Sandstone voulait nous inviter en balade mais leurs instruments ne l'entendent pas longtemps de cette oreille.
L'orchestration de 'Made up' se doit d'être vigoureuse en commençant par le duo cimenté basse/batterie mais quand la guitare s'électrise, pique et touche puis part en vrille, la tension attire l'attention.

'Dies irae' fait le grand écart. Après le morceau précédent léger, la pesanteur de ce titre se ressent, vibrant, au fond du tympan et dans la poitrine.
La batterie mène la danse, passant du plombé sur les couplets, au véloce, accompagné de hurlements, sur les refrains, et négocie les interventions clairsemées mais flamboyantes des 6 cordistes.

Un riff saccadé emmène 'Silhouettes Drown' dans une traversée mouvementée de l'atmosphère terrestre. Il se transforme même en frottements incendiaires pendant que la basse essaie de s'extirper par son propre balancement.
Les guitares zèbrent la mélodie puis finissent par l'embraser. Le chant, convaincant, déroule dans un refrain, aux voix doublées, fluide et captivant .

'Critical' Des notes de piano se posent sur des cymbales émoustillées. Un premier jet de gratte Queen. Après un piano/voix, une acoustique et une basse chaude viennent tranquillement accompagner les vocaux, flottants d'abord, portés ensuite par des frappes sèches et prolixes.
Le refrain, exaltant, séduit une nouvelle fois avec une voix qui s'allonge en bout souffle sur un tempo lent. Et la guitare, la guitare, la guitare mélancolique, éblouissante ....


Je ne compte plus le nombre de fois que j'ai enchaîné les 3 premiers morceaux. Les 2 titres en conclusion s'écoutent, tout aussi avidement, en boucle.
Ceci ne veut pas dire qu'il faut délaisser le reste car l'album s'équilibre remarquablement en qualité, en puissance, en maîtrise technique, en-vie...
L'interprétation, virtuose, ne laisse pas les émotions de côté et on monte, sans effort, dans ce ciel étoilé.


Tracklisting:   
01. I Know Why                  3:59
02. Cuts To You                 4:23
03. Worn Soul                   5:54
04. Fractured Time              5:23
05. Made Up                     5:15
06. Dies Irae                   5:35
07. Silhouettes Drown           4:03
08. Critical                    6:11
CD only Bonus Track:   
09. The Last One                3:58
Produced, recorded, engineered, mixed and
mastered by Stevie McLaughlin

All songs arranged by Sandstone
All music composed by Stevie McLaughlin
All lyrics written by Sean McBay

Vocals on “Fractured Time“ by Stevie McLaughlin

Cover artwork and illustrations by Stevie McLaughlin
Logo design by Stevie McLaughlin       

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents