Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 10:05
Cancre EP « Étrangler »

Cancre  EP « Étrangler »

 

NoPo

 

Upton Park

 

CANCRE EP Etrangler 2021

Bon, je vais essayer de ne pas trop rabâcher malgré mon âge bientôt rabat-joie.
Je n'y vais pas par 4 chemins non plus, CANCRE mérite, direct, une mention excellent. C'est dit!
Je vous avais déjà prévenu avec Face au Vent!
Le trio breton (et qui dit trio dit power, qui dit breton dit... breton!) :
Robin Millasseau guitare et chant
Mathias Millasseau basse
Klet Beyer batterie

La dernière fois que j'ai vu Robin, il jouait l'acrobate sur une instrumentation dépouillée à la télé, filmé live au Sew à Morlaix (leur foyer antérieur).
Depuis cette session face au vent (EP), le groupe continue d'avancer sur les traces du grand-oncle poilu et publie 4 nouveaux (pas tout à fait) morceaux.
Le barbelé sur la pochette, partiellement masqué par le scintillement d'un soleil vaillant, traduit l'ambivalence du propos : beauté et atrocité.

1 Étrangler
Paroles de Mathias MILLASSEAU, Clet BEYER, Robin MILLASSEAU
2 La Tête Au Ciel
Paroles de David SANDER, Robin MILLASSEAU
3 Signes
Paroles de Mathias MILLASSEAU, Eric DIGAIRE, Clet BEYER, Robin MILLASSEAU
4 Survivants 
Paroles de Mathias MILLASSEAU, Clet BEYER, Robin MILLASSEAU

Musique de Clet BEYER, Eric DIGAIRE (matmatiste morlaisien), Mathias MILLASSEAU, Robin MILLASSEAU

En piste!

Sur un piano sonnant et trébuchant, les premiers mots de Robin en imposent comme des mains qui guérissent 'Etranglez qui le calme, étranglez'.
Quelques impressions backmasking et les accords à la guitare progressent sur une rectiligne portée par la complicité basse/batterie.
La poésie du titre 'Etrangler'(er), un peu mystique, prononcée avec tact et brio, s'écoute avec un plaisir fanatique. Les décrochés de voix de poitrine en pointe falsetto donnent de l'ampleur à l'émotion.
Une faille centrale, sombre, exige d'écouter en silence une corde pincée sur un bourdonnement.
Le retour de la mélodie à la guitare invite des choeurs et sons d'archet sèchement frotté avant la voix chaude, en montée finale, éclaboussée de notes au piano et soulevée par des roulements de caisse claire.

En juin, ils ont levé 'La tête au ciel' (mais, déterminés, surtout pas la tête en l'air) et observé des nuages chargés. Le poids de la complainte fait monter de noirs désirs transcendés.
Ouvert par des peaux en résonance sur un rythme martial, la musique se flagelle avec les pics tordus d'un synthé. On entend de douloureux choeurs lointains, une guitare virevolte.
Les vocaux mélancoliques, parfois se perdent dans un road trip paumé, en direction de nulle part. 
Le clip, black and white, filme les 2 frères en étreinte touchante, dansant dans les bras l'un de l'autre, et ceux de la nuit.

'Signes' prend à contrepied par un ton plus enjoué, le coeur et les choeurs plus légers.
Le rebond de la basse retentissante fait sauter les bouchons et les baguettes sur les cymbales.
Les accords de guitare voilent à peine la voix. Ils reviennent, par instants brefs, plus vaillants.
Les textes magnifiques, accaparent l'oreille au point, parfois, d'en oublier la musique :
"Étourdi par les rayons
Briser les nuages
À s’en décrocher la raison
Se libérer des mirages"
Un synthé chaloupé ajoute à la légèreté des voix primesautières puis s'envole au loin dans l'insouciance.

Une guitare saturée et stridente nous promet un rock tendu.
Basse/batterie calent une rythmique puissante et régulière laissant le champ libre aux vocaux en transes et aux plaintes de la gratte égratignée.
Les paroles marquantes, portées par un grain rauque, nous imprègnent toujours autant : "Amour esprit beauté, Ne sont plus que litières, Où coucher sans espoirs tes frères survivants"
'Survivants', Cancre veut en faire partie et surtout éviter de tourner en rond. Ce morceau, tourmenté, épique, s'échappe par des chemins de traverses et surtout pas des boulevards.
Il suffit d'écouter ce saxo free jazz narguant la guitare ahurie. La musique s'achève sèchement sur un ronflement lugubre.


Argh, déjà fini! Je m'étrangle tout seul, c'est quoi cette copie? Mon stylo commençait juste à s'échauffer et mes oreilles à bourdonner grave!
Tiens, ça mérite pas plus que le nombre d'exercices 4... sur 4 évidemment! Ah merde, ça fait 20/20 ça? Faudra quand même faire plus, la prochaine composition..

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents