Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 07:28
Album - DND - Dreams Never Die.

 Album - DND - Dreams Never Die.

 

 Yeah Baby! Productions 

( michel) 

Dreams Never Die is the fourth studio album by Tiffany, released in  1993.

Tu rêves ou  quoi, Dreams Never Die est né dans le cerveau de Félix et Rocky, qui ne sont ni chat, ni chien, ni renard, ni boxeur.

Le net signale ceci: Rocky Szostak -  métier :  graphiste multimédia, spécialiste de l'image sous toutes ses formes,  quant à  Félix Nico, on le présente comme  ingénieur du son, créateur de son et musicien.

Les deux initiateurs du projet collaborent déjà au sein du groupe Six Tease & the Rockets qui revisite le rock, le rhythm 'n' blues ou la soul des sixties, spécialité Motown.

Chez Six Tease, Rocky, plus Spartacus que Balboa ( il a un surnom, Crazy Legs) chante et  Félix,  alias Féfé l'Animal, joue des baguettes et balais, un pied sur la pédale de la grosse caisse pour faire  boum, boum  boum.

Début 2021, le duo se lance dans une campagne de crowdfunding pour financer la réalisation d'un album qu'il appelleront DND.

Félix se charge des instruments (  batterie, guitare,  basse, piano), Rocky chante, les deux enfants se chargent des choeurs.

On ajoute que pour jouer sur scène, ils font appel à David Martel, un copain d' Abd al-Rahmân, à Loïs Bouma et à Léopold Pélagie.

Septembre 2021, la plaque est disponible.

Pochette stylée: un cadre brun, un fond beige, tu ne peux pas passer à côté   du nom du groupe, il occupe une place  prééminente au centre du tableau, les caractères frappent les esprits et tout au milieu le V de neVer est entouré d'un coeur stylisé, deux crânes d'Homo Sapiens primitifs s'exhibent en background, un autre organe, indéfini, pointe sur le dessus, juste sous une flèche indiquant la direction à suivre, une autre flèche montre la sortie, mais au lieu du traditionnel EXIT, tu lis DND.

tracks-

1 Won't share my shoes

2 Alone

 3 Mr. Black & White

4 Colors
 
5 Unbreakable
 
6 Tell Her
 
7 Lose Lost Lost
 
8 Rise
 
9 Pussy & Me
 
10 Somedays
 
11 Happiness
 
12 Pretty Girl
 
13 Goodbye Old Dame
 
Tu imagines prêter tes Oxford brunes achetées chez Finsbury, toi?
No, I ' Won't share my shoes', tu prêterais ta femme, toi?
Là n'est pas le propos, le duo nous propose un soul track aussi gluant que le 'Soulman' de Ben Tonton Soul. 
Une guitare rappelant le grand Steve Cropper, une voix légèrement floue et des choeurs bien putes, l'entrée en matière séduit.
 D'ailleurs, Charlie Winston, un connaisseur, qui passait dans le coin, te souffle, that sounds good, c'est qui?
Des Frenchies, mec, Félix et Rocky, by the way, tu le vends combien ton galurin?
 Toujours en mode r'n'b vintage, tu oublies Usher, R Kelly et autres pâles faiseurs de fake soul, DND nous propose ' Alone',  une plage; une nouvelle fois portée  par des riffs de guitare bien funky, tandis que Rocky nous la joue crooner en miaulant son texte.
Pour nos amis belges, 'Mister Black & White' nous rappelle la grande époque de Jess & James, on était en 1966/1967 et on dansait comme des bêtes sur les titres poisseux des frères Lameirinhas, admirablement soutenus par l'extraordinaire  J J Band.
Tu dis, Nino?
Je veux être noir!
On est tous noirs, Nino!
  Une question nous turlupine, Rox et Rouky, qui sont les nanas assurant les backings sur cette plage salement remuante?
'Colors' et son rythme syncopé sent bon le hip hop à la sauce Public Enemy, les New-Yorkais dont le mot d'ordre sonnait "Make love, fuck war"!
Comment ont-ils fait pour convaincre Fred Wesley  à  agrémenter le titre de son funky  trombone?
I'm ' Unbreakable', dreams never die,  affirme Rocky. Derrière lui c'est de la lave en fusion qui coule à grands flots,  l'activité volcanique du   Cumbre Vieja se ressent jusqu'en France, bordel! 
Al Green, tu connais, pour décrire son timbre un mec a écrit  "Joyful, sexual, vulnerable, pristine and soulful as soulful can be", sa spécialité: des romances à faire pleurer la brute la plus épaisse ou à rendre doux comme un agneau le plus féroce  rottweiler, ben, le downtempo ' Tell her' est de cette veine.
On réitère la question, qui sont les nanas, les Ikettes?
Fini le rhythm'n' blues avec' Lose Lost Lost ' , porté par une aimable guitare acoustique, bonjour l'americana aux saveurs folky.
Et puis il faut se relever car le soleil, déjà, pointe à l'horizon, 'Rise', bizarrement, nous offre un background reggae, mais pas Jamaïcain, les saveurs sont à chercher du côté de Ben Harper.
Même bouquet   reggae blanc pour la suivante, le juteux  'Pussy & Me', aux connotations sexuelles non cachées.
Nous on aime bien la nana qui aboie sur 'Somedays', un acid jazz qui groove vicieusement, le titre  est  suivi par 'Happiness' , une plage destinée à te rendre le sourire, si tu suis les conseils de Bobby Mc Ferrin ' Don't worry, be happy' , tu peux siffler, ça aide!
Tu veux une trempette de jazz hop, fort bien, on te sert 'Pretty Girl'  ( I hope you don't mind some French lyrics) et si tu y perçois des relents Digable Planets ou The Roots, ne viens pas te plaindre, man!
Numéro treize, oui ça la fout mal , sauf si tu passes à table avec Jésus-Christ, ' Goodbye Old Dame'  met fin à cet album aimable et honnête sur une note acoustique,  apaisée et  douceâtre, même si le message est moins serein que l'accompagnement sonore.
 
It's time to say goodbye to this old world, the end is coming, j'en ai marre de lutter, bye, bye, everybody! 
 
Les petits gars, faut penser à défendre tout ça sur scène!
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents