Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 12:34
Album - Sweet Bourbon – Born A Rebel

 Album - Sweet BourbonBorn A Rebel  

Bourbon Records
 
Trois années se sont écoulées depuis la sortie du second album de Sweet Bourbon (  Night turned into day!), à l'époque le combo de Nijmegen officiait sous l'étiquette  Sweet Bourbon & The Bourbonnettes.
Un album  estimable, au demeurant, un gars griffonnant pour le magazine Bluesdoodles concluait son analyse en ces termes: In summary, this is a hugely enjoyable album with very few misfires...
On ne va pas te rééditer l'historique du groupe qui s'est forgé une place de choix dans le circuit blues batave, tu n'as qu'à relire la chronique de l'album 2 sur Concert Monkey ( http://www.concertmonkey.be/albumreviews/album-sweet-bourbon-and-bourbonnettes-night-turned-day).
Le line-up   a toutefois subi quelques remaniements Martijn Cuypers (drums) est désormais remplacé par Ruben Ramirez, arrivé en 2018 (tu questionnes: un Mexicain? On réfute, un Italien)  -   Chris Janssen (guitare) est toujours de la partie -  Willem van der Schoof (Hammond, keys, harmonica), aussi  - Roeland van Laer (bass), idem  et René van Onna se charge toujours des lead vocals, dans ses bagages il transporte aussi une guitare, les Bourbonnettes se nomment Suzan Wattimena et Laura van der Vange, plus aucune trace de Sonja Walters, par contre, une voix mâle s'ajoute à la chorale, Henny Oudesluijs, de passage à Hawaï, il s'est procurer un ukulélé.
Egalement dans le coup quelques musiciens additionnels:Dennis van Alst – trumpet/Julian Sprengers – tenor sax/ Liesbeth Coopmans – alt sax.
Une pochette sobre, en toile de fond  une photo, cachée à 89%, par une giclure rouge vif sur laquelle apparaissent le nom de groupe et en caractères plus larges, Born A Rebel, le titre de l'album. 
James Dean a souri!
 
Tracks-
 
01. Born A Rebel
02. Bourbon For You
03. Mrs. C.
04. I Asked You A Question
05. Muddy Footprints
06. Sitting On Top Of The World
07. The Beast (for Mieke)
08. Unexpected Touch
09. Lay Down Your Worries
10. Laying In The Alley
 
Entrée en matière bouillonnante avec le blues/r'n'b 'Born a Rebel', la plage exsude un groove fiévreux qui ne te donne qu'une envie, te déhancher comme un dératé en scrutant le miroir pour vérifier la teneur en sex -appeal des balancements de ton bassin.
Verdict, il y a du boulot pour arriver à la cheville d'Elvis the Pelvis.
Section de cuivres au top, Hammond en folie, solo de guitare pointu, choristes étant passées par l' l'école Motown, et la voix de  René qui prend une couleur noire, du coup tu te mets à douter, le cours d'eau traversant Nimègue c'est le Waal ou the Detroit River?
Sweet Bourbon ou Sweat Bourbon, même combat!
Virage  à 100 °, ' Bourbon for You' nage dans des eaux méchamment rock. Le speed boat approche du vieux record du monde établi par Ken Warby en 1978, il file à du 266 noeuds, poussé par une batterie démente, une guitare désenchaînée,  une basse  ravagée, un orgue en overdrive, qui nous rappelle le 'Speed King' du Purple, t'as intérêt à t'accrocher, si tu ne tiens pas à prendre un bain forcé.   
A propos, deux glaçons dans le Widow Jane, please! 
Ils ont la bonne idée de modérer leurs ardeurs avec ' Mrs C' , un slowblues au texte quasi récité qui, va - t'en savoir pourquoi, envoie des images de 'Me and Mrs Jones' de Billy Paul à ton esprit quelque peu perturbé après l'absorption d'un troisième Bourbon on the rocks.
Ici encore,  Willem van der Schoof façonne un son d'orgue à rendre jaloux Matthew Fisher, la trompette de Dennis van Alst vient caresser tes esgourdes et tu te laisses bercer par les notes subtiles que Chris Janssen tire de  sa gratte.
La classe! 
Sont éclectiques dans le Gelderland, après le r'n'b,le rock, le soul blues, voici une tranche d'acoustic blues proche de Taj Mahal.
 'I asked you a question', poussé par un mouth harp plus country que nature, voit Chris Janssen sortir la slide, du coup ça sent le Mississippi à plein nez. 
Et tu sais que le Delta est vaseux, d'où ' Muddy Footprints',  à l'ambiance voodoo peu rassurante.
 C'est quoi ces traces de pas, merde, je panique à mort.
T'es fort,  René, tu nous refiles la trouille, what a nightmare!
Avec 'Sitting On Top Of The World' la troupe propose une première cover, version de Howlin' Wolf, qui avait retravaillé l'ancien country blues des Mississippi Cheiks pour en faire un Chicago Blues que Cream a popularisé au UK aux belles heures du British blues boom.
La version de Sweet Bourbon, plus lente que celle du loup et avec un Hammond souverain, remplaçant le piano sautillant, tient super bien la route.
Rien à envier à la DS du Général De Gaulle. 
Et puis, il y a les Bourbonnettes, aussi piquantes que les Ikettes embrigadées par ce voyou de Ike Turner.
' The Beast', dédié à Mieke en partance pour les States, évoque les sonorités d'un autre blues combo en provenance du  plat pays, les formidables Bintangs ( écoute ' Travellin in the USA'). 
C'est en mode uptempo que la bête, inside her, voyage.
La section de cuivre aiguillonne  une machine, emmenée par une rythmique débridée et un orgue fébrile, ne t'étonne pas si les vaches n'ont guère le temps de la voir défiler.
'Unexpected Touch' et sa touche soul ravira aussi bien les fans de Robert Cray que ceux de Bobby Womack, ou encore ceux  des belges de Blue Blot, époque Luke Walter Jr..
 Oui, René, effectivement, shivers down my spine...
Seconde reprise, moins connue, ' Lay Down your Worries' de Hadden Sayers, un Texan que certains n'hésitent pas à placer dans la même catégorie que Stevie Ray Vaughan.
Un duo vocal mixte décore ce midtempo  s'approchant à nouveau des compositions les plus chaudes de Robert Cray.
Sweet Bourbon décide de terminer l'aventure avec un troisième emprunt, 'Laying In The Alley', un jump blues, enregistré par  Big Joe & the Dynaflows en 1994.
On ne pourra jamais reprocher au groupe de se cantonner à un seul style, le côté cabaret de ce dernier morceau te renvoie vers des gens aussi talentueux que Ben Sidran, Amos Milburn ou le Roomful of Blues de Duke Robillard.
 
 
Merci, Chris d' avoir envoyé ce CD vers le pays breton, si un jour tu passes avec ton combo dans les Côtes-d'Armor, on sera là pour t'applaudir.
' Born a Rebel' est encore supérieur à  'Night Turned Into Day', by Jove, this is some stunning work!
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents