Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 15:20
Album - Ivy Gold - Six Dusty Winds

 Album - Ivy Gold - Six Dusty Winds

Golden Ivy Records.

 

Ivy Gold?

Non, ça me dit rien, Poison Ivy à la rigueur,  on a aussi  subi l'horrible groupe du Tarn, Gold,  aux States il y a Andrew Gold, ou le joueur de poker Jamie Gold, Ivy Gold, par contre, inconnue au bataillon!

On t'explique, Ivy Gold, c' est un gang, pratiquant le blues rock, créé relativement récemment par Manou ( Manuela Eder, pour ses voisins munichois).

La madame affiche un look adéquat, vise la pochette du premier album, elle prend la pose, mains sur les hanches, poitrine en évidence ( décolleté plongeant) , jambes écartées, et puis ses fringues éclaboussent: pantalon de cuir, noir, of course, et un top tout aussi sombre et  en prime, il y a son  air de dire tu m'as vu, on ne me la fait pas, tu vas souffrir, mec!

Elle te rappelle vaguement une autre chatte sur un toit brûlant qui, comme elle, sévit dans le milieu plutôt macho du blues, Layla Zoe.

Pour ce premier album, Manou a réuni une équipe de choc, multi-drapeau au demeurant: Tal Bergman ( USA), aux drums, sur son site on a découvert les ploucs avec lesquels il a joué, on a failli tomber en syncope: Joe Zawinul, Billy Idol, Chaka Khan, B.B. King, Rodger Daltrey, Loreena McKennitt, Sammy Hagar, Simple Minds, Josh Groban, Joe Bonamassa, Eikichi Yazawa, MC Solaar, Herb Alpert, Terence Trent D’Arby, Peter Cetera, Belinda Carlisle, A Tribe Called Quest, MC Lyte,  De La Soul and LL Cool J. to name a few ( qu'il dit).

  Sebastian Eder ( Allemagne), guitariste chez Avalon, du heavy/prog bavarois,  incidemment conjoint de la madame.

 Kevin Moore ( USA) à la basse, un vétéran ayant tenu la quatre cordes pour  The Persuaders, Titus Turner, Jennifer Rush ou Abi von Reininghaus et, enfin,   Anders Olinder  ( UK/ Sweden) on organ, pas un idiot, non plus: Glenn Hughes band, Sari Schorr, The Kim Cypher Quintet, e a...

 

Tracklist
1. Face Of Deceit
2. This Is My Time
3. Retribution
4. Believe
5. Six Dusty Winds
6. Suspicion
7. Shine On
8. We Are One
9. Without You
10 Born Again
 
Entrée en matière claironnante avec 'Face of Deceit',  la voix puissante de Manou évoque celle de la fantastique Maggie Bell,  autrefois aux  lead vocals chez Stone The Crows, du regretté Les Harvey.
La guitare décape, les Ricains, en véritables pro, assurent un max et Anders, en arrière- plan, abat un boulot formidable , on avait omis de te dire que ce brave gars avait travaillé avec Amy, la seule, la vraie, la superbe. 
Wouah!
Elle embraye, sans se calmer, sur ' This is my time' , un nouveau blues rock flamboyant sur lequel la guitare de Sebastian fait des étincelles .
Evidemment, la voix est mise en avant-plan, elle n'éclipse nullement le décor sonore fignolé par la fine équipe secondant madame.
Efficacité et compétence sont au rendez-vous!
Amorce dramatique pour 'Retribution, chanté d'une voix éraillée, qui chatouille pavillons et épiderme.
Un choeur gospel, une guitare acoustique  et  un  jeu d'orgue  à faire pâlir l'organiste en charge du  Passauer Domorgel que tu trouves dans la Stephansdom à  Passau, confèrent un climat sombre à cette plage dont l'intro peut faire songer au 'Zombie' des Cranberries.
Avec 'Believe'  Ivy Gold vire  blues funk, l'intro de basse pulse un max,  les riffs de guitare vont t'arracher des larmes, l'orgue te ramène vers l'oublié Vincent Crane, qui avait fait les beaux jours du Crazy World of Arthur Brown ou d'Atomic Rooster, Tal martèle peaux et cymbales,  quant au chant scandé de Manou, il va te remuer les entrailles.
On n'a aucune idée de l' identité des choristes mais elles apportent un plus manifeste à cette plage fiévreuse. 
On arrive au titletrack,  'Six Dusty Winds' , une ballade émouvante sur laquelle Manou s'essaye aux trémolos tandis que la guitare nous la joue Gary Moore. 
Non, 'Suspicion' n'est pas une reprise d'un titre que le King  a enregistré en 1962, il s'agit d'un nouveau blues rock en mode midtempo, le beau rôle est, derechef, attribué à  Sebastian Eder, qui nous la joue guitar hero, dans le plus pur style Tinsley Ellis ou Henrik Freischlader, pour rester en Allemagne.
Manou, pas en reste, calque son timbre intense sur les intonations chères à Beth Hart et autres grandes ladies du blues, Jo Harman ou Meena Cryle. 
Bref, les amateurs de blues rock  porté par une voix féminine peuvent se lécher les doigts.
L'alternance fast and slow exige une nouvelle romance, voici le radieux  ' Shine on' qui te permet t'inviter la petite rouquine, que son mec a lâchement abandonné pour rejoindre ses potes à la buvette, à tourner sous la boule à facettes. 
Elle a fermé les yeux lors du solo de guitare et t'a soufflé " I love Rudolf Schenker"  à l'oreille, t'as tourné la tête vers le bar, aucun danger, tu l'as serrée plus fort.
T'as fait un avec son corps et le groupe a enchaîné, fort à propos, sur 'We are one' qui a permis à 
Anders de placer une courte mais subtile digression, avant de voir la guitare flamboyante  prendre le relais ( de préférence avec s , les rectifications de l'orthographe de 1990, c'est du caca!) pour mener le morceau à son terme.
Pour toi, 'Without You' , ce sera toujours le slow qui tue, signé Harry Nilsson  (va te cacher Mariah), le morceau interprété par Manou n'a qu'une seule similitude avec la perle de Nilsson, l'intitulé!
Un album de  blues se doit d'inclure au moins un slow blues crapuleux, tu le tiens, Etienne!
Voix poignante, elle vient de l'âme, ,superbes claviers en sourdine, riffs déchirants et rythmique discrète, rien à dire, du travail méticuleux.
Bizarre de naître en fin de discours... l'hymne ' Born again' achève de belle manière un premier album plus que prometteur.
 
La question: Manou et Sebastian pourront-ils toujours compter sur l'apport des as qui les accompagnent sur 'Six Dusty Winds' pour la suite?
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents