Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 10:25
Album - FIREFORCE - Rage Of War

Album - FIREFORCE - Rage Of War

 

par NoPo

 

 ROAR (Rock Of Angels Records!)

 

 "Fire" et "Force" constituent souvent un pilier pour un nom de groupe métal : Rhapsody of Fire, Ironfire, Iron Force, Dragonforce, Twilight Force...
Pourquoi pas les 2 "F" pour tenter de les additionner voire les multiplier? Une idée retenue par un manga de ce nom mais la troupe qui nous intéresse ici est belge et vient de sortir son 4è obus.

La 1ère écoute fait indéniablement penser à un mélange de trash sauce métallicesque pimenté au heavy des Judas et Maiden.
D'autant que la pochette exubérante d'Eric Philippe (auteur de très beaux dessins notamment pour Mob Rules, Rhapsody ou Iron Fire) invite à la fête un lointain cousin de Eddie.
Sur un champ de bataille à décor mexicain, un lieu désertique, parsemé de cailloux saillants et de cactus véhéments, met en scène un soldat à tenue homérique (et d'Amérique période guerre de sécession) derrière une mitrailleuse à manivelle en pleine action.
Des crânes d'animaux et des corps de soldats, assaillants, jonchent le sol, en avant plan, et 3 vautours attendent de pouvoir en profiter, en arrière plan. 2 cavaliers devant les bâtiments d'un village abandonné, s'approchent à bride abattue.
Le logo du groupe, "F" 2 fois en majuscules imposantes et "R" grondants, s'insère, en haut, dans un ciel flamboyant et le nom de l'album s'accroche comme un seing marqué au centre bas.
Le visuel, plus foutraque, sur "Deguello" de ZZ Top revient à l'esprit... belliqueux et rougeoyant.

Erwin Suetens, le guitariste écrit quasi toutes les compositions à base d'histoires de guerre comme sait le faire Sabaton. La durée des morceaux colle aux canons du style (de près de 4 minutes à 5'30).
Un rapide coup d'oeil aux titres met tout de suite à l'aise dans un bain (de sang) au cas où vous n'auriez pas encore compris.
Le bataillon tire sur tout ce qui bouge et ne fait pas dans la dentelle, ni dans l'originalité, mais plutôt dans l'inspiration et le respect des gradés du genre.

Sans semonces, le morceau titre ouvre le feu avec force, comme attendu. Le chant plutôt costaud reçoit souvent le soutien d'une seconde piste vocale plus aiguë et hurleuse au bout de la voie.

Puis vient la triplette de singles.
D'abord le 3è, "March or die" décide une marche forcée sur un riff tonitruant. Le refrain hyper-simpliste, fouetté par les cordes de la guitare, donne franchement l'envie de sauter dans la fosse et exhorter la foule.
Au détour d'un break, un hurlement à gratte-sirène propulse l'instrument de prédilection dans un solo tournoyant et haletant.

Le 1er single "Ram it" annonce la couleur ... rouge et on pense forcément à "Ram it down" de Judas Priest. Des choeurs motivés soutiennent la voix principale bien virile.
La double-pédale et les guitares tranchantes enfoncent le clou.

Enfin le second, "Firepanzer" engage la même vitesse, celle de l'éclair. La souplesse du panzer écrase tout sur son passage au contraire du pont qui fignole plus joliment la mélodie avant le refrain, déterminé mais, certes, un peu criard.
Les guitares énergiques et flamboyantes (comme le visuel) argumentent en faveur d'une grande intensité.

'Running' suggère 'Run  to the hills' mais les riffs fréquentent plutôt Metallica. La course monopolise tous les instruments dont la batterie, un peu envahissante. Bizarrement, l'effet me semble moins efficace et peu captivant.

On pressentait une simili ballade avec le titre le plus long, 'Forever in time'. Bingo! Evidemment, pas de dérogations aux règles, la power-ballade, agréable, s'apparente plus à un hommage pesant aux soldats disparus et se termine d'ailleurs par l'appel d'une liste de noms.

'108-118' respire à nouveau le véloce Metallica. Les guitares, épiques à souhait, continuent d'être le point fort des artilleurs. Si le numéro correspondait à un annuaire, ce serait celui des riffs.

'Army of ghosts' couple 2 lignes vocales (la principale rappelle Rob Halford sans les aigus), encouragées parfois par des choeurs de corps velus, certainement couverts de chaînes. Sans l'ombre d'un doute, l'armée doit compter des judas parmi ses fantômes.

Les riffs musclés s'enclenchent à la poursuite effrénée des rats dans le labyrinthe. 'Rats in a maze' part dans une cavalcade à la four horsemen. La compo, affamée, déchiquète et déchire avec ses guitares tronçonneuses. Les voix modulent un peu plus que sur les titres précédents.

'A Price To Pay' continue de montrer les muscles surtout ceux du batteur, j'espère que le prix ne se paye pas à la puissance ni aux nombres de coups! La basse, robuste, suit le mouvement des baguettes et le buste, le headbang.

'From Scout To Liberator' ne dément pas la puissance de feu! Surtout pas de la berceuse de scout, Juudas reviens, Juhudas reviens! Cette plage déménage loin d'un long fleuve tranquille...

Dans 'Blood Judge', le chant frondeur harangue la foule. La combinaison basse batterie vrombit pour une grosse cylindrée de guitares. Il ne manque plus qu'à monter la moto sur scène et la chevaucher... 

'Tale Of The Desert King', légèrement orientalisant, prend une route sinueuse et valorise l'option vinyle pour cet inédit. Le tempo, plus lent, accentue le ressenti d'une respiration lourde le long d'une caravane dans le désert.
On entendrait presque des coups de fouet! La guitare vibre et sature. Cette composition se démarque assez franchement, surtout en milieu de morceau qui enchaîne les acrobaties de grattes très travaillées.


La force de ce feu repose essentiellement sur les guitares majeures. Le ton puissant et sans concessions amène son lot de jubilations. Le tout reste bien joué avec ferme intention.
La petite déception réside dans le côté répétitif des constructions et la relative facilité des refrains.
L'album aurait certainement gagné en efficacité en étant plus concis et en variant les thèmes ou l'interprétation.

LINE UP
Matt “Hawk” Asselberghs - chant, guitares
Erwin Suetens - Guitares
Serge Bastaens - Basse
Christophe De Combe - Batterie



TRACK-LISTING
01. Rage Of War
02. March Or Die
03. Ram It
04. Firepanzer
05. Running
06. Forever In Time
07. 108-118
08. Army Of Ghosts
09. Rats In A Maze (CD exclusive)
10. A Price To Pay (CD exclusive)
11. From Scout To Liberator
12. Blood Judge  (CD exclusive)
13. Tale Of The Desert King (Vinyl exclusive)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents