Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 17:11
Album - LONEWOLF - Division Hades

 Album - LONEWOLF - Division Hades 

 

Label - Massacre Records

 

NoPo

 
Après plus de vingt ans d'existence, les french'ement métal viennent de forger leur album quasi bisannuel.
Le nom du chanteur leader (Jens Börner) le laisse présager, l'inspiration ne vient pas de l'autre côté de la Manche mais plutôt de l'est du Rhin.
Un coup d'oeil sur les titres le confirme, héroïsme, combats, cavalcades, camarades, forment les mamelles du loup mutant (mais pas si solitaire que ça).
L'argument vaut pour la pochette hautement colorée par un dessin mouvementé de bataille avec belligérants aux muscles saillants, métalement armés, protégés par des casques et boucliers.
Sans relâche ni écart de l'étalon, les grenoblois martèlent sur l'enclume du heavy speed/power millésimé (comme d'autres Aussies répètent leur hard rock branché sur haute tension).
Börner rime avec borné ou bonheur? C'est selon et pas incompatible!
Leurs influences? On peut citer Grave Digger, Running Wild, Accept, Helloween, Judas Priest... Les musiciens connaissent leur heavy teuton sur le bout des tétons tatoués (fantasme?)! On pourrait qualifier leur son de mét'allemand!
'Wolf' aboie fréquemment dans les noms de groupe métal ('Wolf' tout court, 'Wolfheart', 'Bad Wolves'...). Ici la famille hurleuse, représentée par Charles Greywolf (venant des cousins germains POWERWOLF), assure la production ad hoc.

Probablement surmotivés par le retour (10 ans après pour le 10è album!) du gladiateur trancheur Damien Capolongo, les combattants déclenchent de nouveaux tremblements de terre de magnitude 7 et plus.
Cette fois, les canidés mettent les bouchées doubles en 10 nouveaux titres et 10 archives réenregistrées!
Loin d'être décadent, le nombre 10 maintient la cohésion du Cosmos... il paraît... Avec ça, on est tranquille!

On commence par un au revoir?! 'The last goodbye' s'ouvre en caressant les cordes doucement sous des chœurs fantomatiques qui introduisent une suite de phrases en allemand pendant 1 petite minute, ensuite on passe aux choses sérieuses... 
Double-pédale, blast-beat en tirs de mortier, guitares foudroyantes à la mitrailleuse et voix rugueuse défoncent le champ de bataille. Le refrain scande des adieux avec fougue 'Farewell'.

Nombre de titres lancent des 'Hey Hey' virils à reprendre ensemble comme un seul homme. 'The Fallen Angel' aux guitares aussi tranchantes que l'acier anglais des Judas Priest en présente un bon exemple.

'Manilla shark' (hommage à Manilla Road, groupe américain des années 80) se veut plus court et direct emmené par un riff costaud doublé d'une guitare lead agile en superposition du thème principal et qui déclenche un très bel effet.
Des éclairs de guitares jaillissent de partout et on s'en délecte avec gourmandise.

'To Hell and Back' fait forcément penser à Saxon mais sans relation musicale puisqu'il s'agit d'un court instrumental martial aux chœurs wagnériens (pour motiver les troupes).
La compo enchaîne, sur un 'Alive' aussi court (3 mns) que déchaîné, rempli de guitares laser dans un rythme, impossible à suivre, à la Speedy Gonzales. 'I am alive, too young to die', une tuerie!

'Silent Rage', tout aussi rapide, pilonne avec son artillerie écrasante.

'Division Hades' et 'Lackeys of Fear' tonnent dans un orage plus sombre. Ces morceaux, lourds, continuent d'être aussi véloces.

Au final, 'Drowned in Black' fait immanquablement penser à Iron Maiden, par son intro en lente procession, puis son riff plaqué sur des roulements épileptiques, et enfin un long développement (9 mns) à tiroirs avec breaks rythmiques.
Une vraie réussite!

Je ne détaillerai pas les 10 morceaux réenregistrés qui vont combler les fans.
Bravo aux solides auditeurs motivés qui peuvent avaler, d'un coup, le glaive jusqu'à la garde!
Tout au long de l'attaque, les cohortes de l'enfer démontrent leur efficacité sans défaillir et toujours sous de bonnes augures mélodiques.
L'ambiance épique flirte avec le médiéval fantastique en développant l'imaginaire (loup, es-tu là?).
Malgré un côté un peu répétitif sans louvoyer, les objectifs ne sont pas loupés : louer la vertu du courage et enrôler de nouveaux soldats qui partent au combat en hurlant des hymnes à tue-tête!

Line up
- Jens Börner (chant, guitare rythmique)
- Damien Capolongo (guitare)
- Rikki Mannhard (basse, chœurs)
- Bubu Brunner (batterie)

Track list
1. The Last Goodbye
2. The Fallen Angel
3. Division Hades
4. Manilla Shark
5. Underground Warriors
6. To Hell And Back (instrumetal)
7. Alive
8. Lackeys Of Fear
9. Silent Rage
10. Drowned In Black

1. The Call (intro)
2. Into The Battle
3. The Dark Throne
4. Towards The Light
5. Forgotten Shadows
6. The Forgotten Valley Of Hades
7. 1789
8. Witch Hunter
9. Sorcery
10. Erik The Red

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents