Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 07:39
Album - Andrea Lafontaine - Spleen and Party

Album - Andrea Lafontaine - Spleen and Party

 

Après trois albums enregistrés avec The Bukowskies, Andrea Lafontaine, le leader du combo indie originaire de Liège, donne le jour à un premier album solo, "Spleen And Party".

 'Youth Crime or the influence of​.​.​.', le volume précédent, toujours crédité sous l'appellation The Bukowskies, était déjà une entreprise quasi solitaire, Andrea ayant composé les quatorze plages et joué de tous les instruments. Pour faire vivre le groupe, Andrea avait décidé de sortir l'album sous la griffe The Bukowskies.

"Spleen and Party", Baudelaire, le dandysme, un brin de dédain, de pédantisme, de fêtes mondaines...., l'esthétisme érigé en religion, Andrea et son amour de l'Italie, il  doit avoir vu et revu 'La grande bellezza' de  Paolo Sorrentino des centaines de fois, le choix du titre du recueil n'est pas anodin.

 

Tracklist;

 1. Friendship and Dry Martini
2. Time Takes a Cigarette
3. To Be or Not to Become N.R.
4. Maybe I'm Drinking Alone
5. Dancefloor 00:00
6. Choices and Party
7. Pink Shirt
8. Nocturnal Extra
9. Beautiful and Damned Night
10. Black Shirt
11. Roman Street
12. Before Spleen

13 Spleen.

 

La plage ouvrant l'opuscule,   'Friendship and Dry Martini', nous plonge instantanément dans un univers hautement bourgeois, ni James Bond, ni Winston Churchill ne sont à classer dans la catégorie prolétaires avalant de vulgaires pils et beuglant l'Internationale.

C'est sur fond post-punk electro ( à l'instar des Bruxellois d'Ultra Sunn)   qu'Andrea sirote son cocktail, il refile l'olive à son lévrier afghan, tout  en dévisageant distraitement la délicieuse créature  accrochée aux bras d'un sosie d'Hugh Hefner.

'Time takes a cigarette', ce sont les premiers mots de 'Rock'n'Roll Suicide' de David Bowie, existe-t-il un modèle plus idoine, assurément non, le Thin White Duke est la référence ultime.

Arrangements précieux, voix de velours, une spirale magique prenant la forme de volutes de fumée à l'esthétique embrumée, chère à Serge Gainsbourg. 

'To Be or Not to Become N.R.' , Sibylle de Samos ou Sibylle de Delphes, dépanne-nous, qui est N.R.?

Norman Rockwell? Nick Rhodes?, le mystère demeure, mais il ne t'empêchera pas de tournoyer sur la piste de danse aux sonorités electro disco de cette ritournelle grisante.

Un peu plus d'une minute pour un exercice introspectif traité en douceur, ' Maybe I'm drinking alone', ça permet de prendre du recul  et de se poser les bonnes questions sur  toile minimaliste.

Place à l'explicite ' Dancefloor 00;00', when French Touch meets Italo Disco ou que Telex prend l'express diskow pour Moscou, quelle importance, c'est l'attitude qui compte et surtout ne pas exhaler de sueur.

Une ronde de plus de sept minutes  de  post disco synthétique et radieux.

A peine le temps de tremper tes lèvres dans ton Americano tout juste pétillant et tu retournes au front pour ' Choices and Party' , un dancetrack hallucinant à rapprocher des vieux Tuxedo Moon et de leur vocaliste de l'époque, le surprenant Winston Tong.

Andrea, le thaumaturge instruit, a plus d'un tour dans son sac, après nous avoir fait tournoyer pendant près de quatre minutes il propose un break spatial décoré d'une guitare à la David Gilmour avant de relancer la machine de plus belle, let's party ...  put on your red shoes and dance the blues!

Aucun répit il te faut poursuivre l'exercice d'aerobics sur le flamboyant ' Pink Shirt'.

Jane Fonda se propose de l'emprunter pour ses cours de fitness (collants vintage non fournis ).

Quand Chopin se met à la house synthétique, ça donne ' Nocturnal Extra'.

Oui, tu peux inviter George Sand à pirouetter à tes côtés.

Pour le remake de Ludwig : Le Crépuscule des dieux, t'as pensé à 'Beautiful and Damned Night' comme bande-son,  la majesté et le côté baroque du rendu devraient convenir à cet éloge de la folie.

Tu dis: qui pour remplacer Romy?

Pourquoi pas  Miriam Leone ou Carolina Crescentini?

Après un détour par le dressing-room afin de se choisir une autre mise, la rose étant abandonnée dans le pigeonnier, occupé par Amélie, la lingère, tu optes pour une seyante ' Black Shirt' .

Dîner aux chandelles, sortez les violons et le vin vieux, l'instant est précieux, non, n'évoquez pas les derniers  événements politiques ou sociaux, ce monde fruste et trivial n'est pas le mien!

Et avant de regagner nos appartements, une flânerie nocturne  in a ' Roman Street' s'impose, la mélancolie, soulignée par un nappé de violons,   de ' La Notte, La Notte' flotte dans les airs, le voyage en Italie a toujours été une étape obligatoire pour le poète romantique.

' Before Spleen' et ' Spleen' achèvent le pèlerinage sur les traces de Lord Byron ou de celui qui a écrit ..Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle  sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis... et là tu te souviens qu'il existe une cure, tu mets le cap sur Moulis-en-Médoc,  au Château Chasse-Spleen tu te rends pour acquérir le Grand Cru Classé qui soulagera ton âme.

 

"  Spleen and Party" un flacon aristocratique!

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents