Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 16:30
BACK TO BEFORE AND ALWAYS.... Uriah Heep!

Flashback.

 

Considérations en période de (post)-confinement... par NoPo!

 

 

BACK TO BEFORE AND ALWAYS

URIAH HEEP  Gypsy extrait de ...Very 'Eavy ...Very 'Umble  1970

Pour l'histoire, l'origine du nom prend sa source chez Dickens et son oeuvre David Copperfield, dont Uriah Heep est un personnage hypocrite qui prononce souvent les mots 'very umble' d'où l'intitulé du 1er tome des rockers anglais. Le style du groupe s’assoit (sans rester en place) sur une rythmique et une guitare 'very eavy' combinant avec un orgue mélodickens, la voix de David (Byron pas Copperfield) et des chœurs aériens.

A l'époque, trop assimilée au rock purpelien, cette signature ne favorise que les favoris, pas Uriah Heep.

Pourtant, la combinaison des mêmes instruments (loin des tics ou des tocs) ne produit pas un effet identique.

Une écoute de ce disque, paru en 70, met facilement en évidence les différences avec 'In Rock' sorti la même année, plus dur et monolithique. Le chemin ne trace pas tout droit, et la personnalité des musiciens s'affirmera plus tard à partir de l'album suivant 'Salisbury'(*).

La pochette de "Very 'eavy ...", aux couleurs sombres et contrastées, de film d'épouvante, fige un gros plan sur un visage fixe, bouche ouverte et yeux fermés, pris dans une toile d'araignée. La toile déchirée sur un œil et la bouche augmente une perception plutôt dérangeante (à l'inverse des 2 albums de 72 qui mettront en avant un ressenti plus serein par la finesse des magnifiques dessins de Roger Dean!).

Cet album place la barre assez haut, dynamisé par le morceau d'ouverture 'Gypsy', flamboyant, puissant, imparable et 'Wake up' plus progressif et aventureux avec des côtés jazzy qu'on retrouvera plus tard.

'Gypsy' raconte simplement une histoire d'amour avec une gitane et un conflit viril avec son père.

Le riff se construit sur son d'orgue que la basse enroule avec le soutien d'une batterie d'abord discrète. La guitare vient confirmer le riff. Une suite de 5 stops/encore finit par lâcher la bride à la guitare qui galope, vite rattrapée par les sabots de la batterie. L'intro dure une bonne minute avant que l'orgue ne

reprenne le dessus par une phrase chaloupée. Puis la voix de David Byron surgit et capte toute l'attention. Elle possède une très grande force, une maîtrise dans les aigus et titille le tremolo (comme un gros minet).

La rythmique enfonce le clou pendant que l'ensemble continue de jouer à 'je coupe le son et je remets le son'.

Sur la rythmique qui garde le cap, captain Ken Hensley se lance dans une longue série de gifles à l'orgue effréné, épique, jusqu' à l' atterrissage en mode soucoupe volante. La guitare de Mick Box frappe fort et relance la voix bientôt gonflée par des choeurs sur des 'Aaaah' vibrants. On croit que c'est la fin mais l'orgue part en vrille entraînant dans son sillage guitare, basse et batterie pour une chute apocalyptique de près d'une minute conclue par un dernier cri de Byron.

Composition culte et fascinante!

L'influence du groupe se fera sentir, par la suite, chez les groupes de métal symphonique notamment à voix lyrique.

En dépit des évolutions technologiques et du changement de la plupart des musiciens, Uriah Heep joue encore, 50 ans après, une musique basée sur cet équilibre inspiré et tonique.

(*) Découvert avant, ce tank m'avait renversé par sa puissance mais aussi sa richesse (rocks lourds, ballade jazzy, tube poppy et pavé symphonique époustouflosonique).

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents