Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 16:28
BACK TO BEFORE AND ALWAYS... King Crimson

 Flashback.

 

Considérations en période de confinement... par NoPo!

 

BACK TO BEFORE AND ALWAYS

KING CRIMSON Fallen Angel extrait de RED 1974

 

Voici le comeback de John Wetton, mais avant ma publication précédente sur UK (en gros l'inverse de retour vers le futur soit forward to before ...and always quand même).

En 69, les débuts du roi cramoisi (et cramoisi dès le début aussi, on le voit sur la pochette) demeurent impressionnants avec un album et une illustration venus d'ailleurs.
Les musiciens exceptionnels possèdent des personnalités surdimensionnées surtout celle, très directive, de son leader Robert Fripp, qui renouvellera régulièrement son équipe.
En 1974, les voyants passent au rouge et à l'invention du métal (ah bon, c'est pas Black Sabbath qui l'a inventé? Je croyais que c'était les Beatles avec 'Helter Skelter'... je provoque, j'adore ces débats interminables! Non, KC n'a pas inventé le métal mais peut-être le prog métal...).
'RED' tue raide et j'en deviens raide dingue!!
Ce 7è album du groupe réunit Bill Bruford aux fûts, John Wetton à la basse et au chant, et évidemment Robert Fripp à la gratte. Tout à la fois pesant, voir oppressant, violent mais harmonieux, inventif, il tire le meilleur de chaque musicien. A part 'Providence' carrément free jazz, métal et plus hermétique, j'aurais pu choisir n'importe quelle des 5 (c'est tout!) compositions, notamment le feu d'artifices conclusif 'Starless'.
'Fallen Angel' couche sur violon/violoncelle/mellotron la voix enjôleuse, chaude et mélodieuse de Wetton.
Après un grondement annonçant guitare et basse soyeuses, frappe onctueuse, tout va bien, quelques notes s'égrènent et le mellotron enveloppe cette sérénité jusqu'à 1'40 puis la mayonnaise monte.
L'électricité de la guitare augmente en tension, la batterie roule, lâche les coups et plombe, une trompette free lance l'attaque, tout se mélange avec puissance et grâce. Un replat au bout de 3 minutes permet de respirer un peu mais c'est un faux plat. La guitare pleure et Wetton soutient l'émotion.
On souffle quand même à 3'50 mais pas longtemps. La guitare se met à hurler à satiété, la voix de Wetton suit le tourbillon de l'ange déchu (référence métallique). On en sort à peu près indemne mais ahuri et souvent accro, comme possédé!
Cette musique possède oui, et intègre un côté physique, Wetton avouant quelques années plus tard qu'il ne pouvait plus frapper son instrument aussi durement.
Le leader FRIPP (fripé, certainement, rouge, éventuellement; cramoisi, sûrement pas) continue son œuvre mais 'Red' reste inégalable en un instant de magie au hasard de l'univers.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents