Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 16:45
BACK TO BEFORE AND ALWAYS... Genesis!

Flashback.

 

Considérations en période de confinement... par NoPo!

 

 

BACK TO BEFORE AND ALWAYS -

GENESIS - Cinema Show extrait de Selling England by the Pound 1973

 

 Ce 5è album, exceptionnel, de GENESIS paraît en 1973.

Je peux confirmer qu'il m'a fallu plusieurs écoutes attentives pour me laisser séduire par ce disque, mais une fois enjolé, j'y suis resté fidèle.
Le logo du label Charisma colle parfaitement au style du groupe :
Un dessin d'un personnage sorti tout droit d'Alice au Pays des Merveilles, il semble faire la morale.
Sur la pochette intrigante de l'album, la peinture pastel centrée sur une tondeuse et un jardinier, dans ses rêves, allongé sur un banc (le tondeur de pelouse 'Lawnmower' du 1er morceau) s'associe à l'enchantement bucolique procuré par les compositions.
Elles resplendissent d'originalité et de recherche mais sans éloigner l'auditeur par une distance complexe.
'Cinema Show' reprend exactement cette fragrance.
Ce songe de 11 minutes commence dans l'élégance d'une 12 cordes jouée par Steve Hackett. 

Quelle sonorité raffinée!
La voix perchée de Pete Gab' annonce un rêve projeté sur grand écran. 

Le morceau se pose doucement, comme un oiseau, sans méfiance. L'arrivée (à la 3é minute) d'un hautbois et d'une flûte invitent aux chants d'oiseau sans que la guitare n'abandonne la constance de ses arpèges.
A partir de la 4é, la voix de Peter nous entraîne sur des 'na nanana' naïfs mais addictifs. La voix balance puis se dédouble, on aimerait la suivre et poursuivre mais les paroles prennent sens et deviennent poétiques :
"Once a man, like the sea I raged
Once a woman, like the earth I gave
But there is in fact more earth than sea"
Combien de fois l'ai-je fredonné, captivé par cette sentence?
Guitare électrique, basse et batterie inversent la tendance en entrant dans une danse plus tonique.
A 5'50, le synthé s'envole à tire d'aile, Tony Banks, admirable, étant soutenu par la frappe légère d'un Phil Collins sous influence. Cette alliance fait défiler un paysage lumineux en cinémascope... C'est le cinema show...
L'atterrissage tranquille se fait en descente progressive créant une douce ambiance lors des derniers instants.
FIN

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents