Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 15:29
Back to before and always....Magazine!

Flashback.

 

Considérations en période de confinement... par NoPo!

 

 

MAGAZINE "Shot by Both Sides" extrait de 'Real Life' 1978

Le punk fait éclater les traditions en 77 et donne naissance à des formations spontanées, sinon irréfléchies.

Dans un 1er temps, il s'agit juste d'un jet d'adrénaline, mais rapidement certains groupes lâchent le crachat minimaliste pour structurer un peu plus leurs compositions, de moins en moins concises.

Magazine apparaît à Manchester cette même année, son leader Howard Devoto ayant quitté les importants Buzzcocks. Il s'entoure de John Mac Geoch (qui jouera ensuite avec Robert Smith de The Cure et surtout Siouxsie and the Banshees dont on reparlera), Dave Formula aux claviers et Barry Adamson à la basse (qui collaborent avec les Cold Wave, Visage) et Martin Jackson (qui rejoindra The Chameleons, Swing out Sister et Durutti Column).

Leur 1er CD sort en 78 (la grande époque de l'émission mythique 'Chorus' présentée par A. De Caunes) introduit par le single 'Shot by both sides'. C'est une déflagration zébrée de guitares cinglantes qui portent une voix à l'énergie punk, mais ce n'est déjà plus du punk (il y a même un solo de guitare) mais de l'after (post) punk solide (comme The Stranglers et Siouxsie). L'album, d'une grande fraîcheur, distribue des morceaux variés et superbement emmenés dans une ambiance innovante, remplie de claviers, pianos et guitares.

On sent même parfois quelques effluves progressives qui conduira les musiciens à leur sombre second ... Hand Daylight qui contient même du saxophone floydien.

Ensuite, malgré la production de Martin Hannett sur le 3è album, la magie disparaît.

Il nous reste ces instantanés intemporels qui s'écoutent sans dater aujourd'hui.

Majeurs!! Comme le doigt tendu du no future...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents