Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 12:49
Album - The Bukowskies - Youth Crime or the influence of​.​.​.

Album - The Bukowskies Youth Crime or the influence of​.​.​.

 

The Bukowskies vient de sortir un troisième album ambitieux, si 'Youth Crime or the influence of​.​.​. ' porte la signature du groupe de Flémalle, le projet est à mettre au crédit de son leader Andrea Lafontaine qui, à l'origine, l'avait conçu comme un album solo, il a d'ailleurs écrit et composé les quatorze titres, les autres membres du groupe ( (Florence Vandendooren, Olivier Dechamps, Xavier Blanchart, Gino Miele) l'ont soutenu  pour ce plan un brin mégalo .

Comme le jeune homme est plus du genre érudit que baraki, les morceaux sont tous inspirés par un monument du septième art.

Tracklist:

1.Intro :"The Master" 02:53

2.Chap. 1 : "Tetro !" 01:20

3.Blow Out 06:12

4.La Terrazza 04:29

5.Zodiac 03:09

6.Chap. 2 : "Io Sono l'Amore" 01:35

7.Body Double 03:05

8.La Grande Bellezza 04:18

9.Two Lovers 02:23

10.Chap. 3 : "Perché Non Sa Voler Bene" 01:27

11.O.U.A.T.I.A. 05:06

12.Le Redoutable 03:31

13.A Single Man 05:08

14.Outro : "Casino" 03:09 

 

'Les Misérables' de Victor Hugo compte cinq tomes, le premier en cinq livres, 'Youth Crime or the influence of...' englobe trois chapitres, une intro et l'outro, pour rappel, 'Women' de Charles Bukowski comprend 410 pages. 

  Jonny Greenwood avait signé le soundtrack de 'The Master' ( de Paul Thomas Anderson), Andrea doit être fan de Radiohead, son intro est aussi majestueuse que celle des plus beaux slows jamais conçus, 'Nights in White Satin' et 'A Whiter Shade of Pale', le ton change lorsque la voix, frelatée,  se fait entendre, un solo de guitare à la signature David Gilmour embellissant ce premier titre, déjà imparable.

Si dans le film de Coppola, 'Tetro' , l'intro, 'Main Titles', offre un arrière-plan liturgique sombre, la vision des Bukowskies est plus exotique en mettant des percussions cubaines en avant-plan, le mix salsa/ Henry Mancini  étonne et séduit.

Quand De Palma s'inspire d'  Antonioni, cela donne' Blow out', les convulsions de  violons qu'Andrea a incorporées dans  son soundtrack soutiennent le chant fébrile, tandis qu'à l'arrière un choeur souverain habille cette plage de plus de six minutes.

La bande-son de 'La Terrazza' de Scola est empreinte d'une nostalgie toute italienne, la perspective des Bukowkies diffère entièrement de celle  d'Armando Trovajoli, jusqu'ici c'est le titre le plus rock de l'album, mais du rock à la sauce David Bowie,  époque Tin Machine.

La traque du serial killer peut commencer, 'Zodiac' persévère  dans la voie rock brut  qu' une envolée de guitare incisive vient souligner.

C'est à 'Equinoxe' de Jean-Michel Jarre que tu songes en entendant l'impromptu 'Io Sono L'Amore' dont le titre fait référence au film de  Luca Guadagnino featuring Tilda Swinton.

Que Christophe soit une source d'inspiration majeure est une évidence, l'habit sonore aristocratique proposé pour 'Body Double' illustre cette thèse.

Le cinéma italien inspire Andrea Lafontaine, le grandiose ' La Grande Bellezza'  reçoit un traitement romantique digne des meilleurs morceaux du regretté Scott Walker.

'Les Nuits Blanches', une nouvelle de Fiodor  Dostoïevski, a fait naître 'Le Notti Bianche' de Visconti mais c'est   'Two Lovers'  de James Gray que le groupe a choisi comme thème.

L'orchestration sublime, la voix caressante, le passage au piano troublant, font de ce morceau un futur classique.

Le chapitre trois est amorcé par un interlude romantique,  dans “Otto e mezzo”de Fellini, Claudia Cardinale répond 'Perché Non Sa Voler Bene' à Marcello Mastroianni, une nouvelle fois l'ombre de Christophe plane, lui qui a intitulé un de ses disques majeurs 'La Dolce Vita' ou qui a signé la B  O de 'La route de Salina' , à voir rien que pour Mimsy Farmer.

'O.U.A.T.I.A.', il était une fois des truands juifs dans le Lower Est Side new-yorkais au début du siècle dernier, il était une fois la caméra de Sergio Leone, il était une fois la musique d'Ennio Morricone, bien sûr il y avait De Niro mais aussi Tuesday Weld, et aujourd'hui, tu as l'imagination d'un petit belge qui brasse Calexico, David Byrne, les Strokes, les Only Ones, le Velvet, les nappes de synthé et des choeurs célestes.

Ouah!

Anne Wiazemsky et Jean-Luc Godard, ça donne 'Le Redoutable' , bien sûr tu peux toujours prétendre qu'il s'agit d'un sous-marin nucléaire et que Indochine aurait pu écrire une suite à Bob Morane, mais Henri n'est pas Jules et puis ce morceau est redoutablement rock.

C'était un homme solitaire, il avait vécu un drame, la vie lui était devenu insupportable, toute la tragédie du film ' A single man' se retrouve dans l'adaptation sonore proposée au final du disque.

Comme pour toute pièce symphonique qui se respecte, il y une conclusion, c'est au  'Casino' que The Bukowskies nous invitent, pas pour y acheter  trois radis, une andouillette et un litron de mauvais rouge, au Casino de Martin Scorsese.

Et quand tu vois le mot fin et le générique, tu appuies sur la touche REPLAY car quelques finesses t'avaient échappé.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents