Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 11:17
 Story Of Pink Floyd organisé par Echoes of the Sun avec Cymbaline/ Be Floyd / So and So and guests, Théâtre de Ciney le 13 octobre 2018

Mitch ZoSo Duterck

CYMBALINE + SO AND SO + BE FLOYD - « Echoes of the Sun X » - Centre Culturel, Ciney (BEL) – 2018.10.13

First Set :

00. Arnold Layne. (not played song, vidéo)
01. See Emily Play. (guest : Alain Pire)
02. Matilda Mother. (guest : Alain Pire)
03. Astronomy Domine.
04. Lucifer Sam.
05. Set The Control For The Heart Of The Sun.
06. Celestial Voices.
07. A Nice Pair. (guest : Alain Pire)
08. Cymbaline. (guests : David Epis, Marie-Laurence Tombal)
09. Fat Old Sun. (guests : David Epis, Marie-Laurence Tombal)

Pour paraphraser Mr. Eddy, je pourrais vous dire que « ça commence comme dans un film noir, un jeune couple embarqué dans une drôle d’histoire » mais non. Car en fait de jeune couple, Pierre Bonmariage que l’on appelle « Monsieur le Président » puisqu’il occupe cette fonction au sein de l’ASBL « Echoes of the Sun », et Benoît Embrechts maître de la Bergerie ont déjà bien au-delà des 40 ans lorsqu’ils font connaissance à l’occasion de la première manifestation du genre. La sauce prend immédiatement entre ces deux dingues, passionnés du Floyd, leur union donne naissance à un petit poupon, tout rosé comme un jeune goret, « Echoes of the Sun » est né.

Tout au long de ces 10 ans de passion et de ténacité, allant parfois jusqu’à l’entêtement chronique, ils vont se lancer des défis insensés pour que vive encore et toujours le grand, l’immense Pink Floyd qui cessera bientôt de se produire sur scène en tant que groupe. C’est donc au dixième anniversaire de leur « bébé » que les « Doux Dingues » nous conviaient cette année. L’événement affichait « sold-out », « vendu-dehors », comme on dit dans Astérix, et samedi soir, quelques 500 privilégiés assistaient à la fête, car ce rendez-vous annuel est à chaque fois une fête orchestrée de main de maître par toute cette joyeuse confrérie Floydienne.

En ouverture, c’est CYMBALINE, le groupe dont le nom est tiré d’un titre faisant partie de l’album « More » qui ouvre les hostilités avec Benoît Emrechts aux commandes du son vaisseau. Un clip vidéo d’Arnold Layne dans lequel nos comitards se sont mis en scène introduit la première partie de ce concert dédié à la période la plus psychédélique de Pink Floyd. C’est à Françoise Botton que revient la lourde tâche de nous raconter l’histoire , ou plutôt , la légende de cet immense groupe anglais et d’introduire les invités de qualité qui rejoindront Cymbaline sur scène en cours de soirée. Le groupe CYMBALINE a fait de très gros progrès depuis l’an dernier et se sent plutôt à l’aise dans son costume de lumière. On a découvert Benoît tour à tour guitariste, puis violoncelliste, le voici cette fois aux claviers.

Un très beau répertoire qui s’étend sur 65 minutes au cours desquelles nous revivrons les  débuts du groupe, la Genèse de Pink Floyd. De « See Emily Play » à « Fat Old Sun » en passant par « Set The Controls For The Heart Of The Sun », c’est un plongeon de 50 ans en arrière que nous effectuerons dans les entrailles de la bête, dans les méandres du cerveau torturé de Syd Barrett, le génie créateur diront certains. Une mention spéciale pour le morceau « Cymblaine » qui mettra la salle debout pour ovationner longuement David Epis qui signe là un superbe solo de guitare dont il a le secret.
Un break est le bienvenu, direction le bar !

Second Set :
01.Echoes.
02. One Of These Days (guest : Youri Nanai)
03. The Great Gig In The Sky (guest : Marie Laurence Tombal)
04.Time. (guest : Marie Laurence Tombal)
05.Us and Them.
06.Shine on You, Crazy Diamond.
07. Welcome To The Machine.
07.Wish You Were Here.

Le second set démarre avec une mise en scène dans laquelle Pierre Bonmariage déguisé en cuisinier suédois du Muppet Show occupe la scène tout affairé qu’il est à cuire son repas avant de se faire expédier par Françoise qui reprend son rôle de « Monsieur Loyal » très à cœur. Même pas peur lorsque notre célèbre rouquine s'entend menacée de la terrible sentence : "One Of These Days, I'm Gonna Cut You In Little Pieces". On est repartis pour 85 minutes de … Pink Floyd

« One of These Days » voit le retour sur scène de Youri Nanai le talentueux bassiste du défunt et Ô combien regretté Terminal Frost, un des groupes qui a fait les beaux jours d’Echoes of The Sun.
Et puis tout à coup, ça va monter en flèche en qualité avec la venue de SO AND SO au sein duquel on retrouve Jean-Luc Evrard et Stéphane Neusy du groupe Cover Age, un band qui a joué à plusieurs reprises pour « Echoes of The Sun ». Deux titres phares de « Dark Side of the Moon » : « Time » et ses célèbres sonneries d’horloges et de réveils en guise d’introduction qui sera suivi du prestigieux « Us and Them » mis en lumière par une prestation cinq étoiles du guitariste-chanteur Pascal Saint-Amand que l’on a malheureusement que trop rarement l’occasion de voir dans le rôle de vocaliste. Ces deux titres vont illuminer le second set de CYMBALINE et on souhaiterait de tout cœur voir SO AND SO jouer cet album dans son intégralité lors d’une prochaine édition, pourquoi pas avec d’autres Coveragiens en guest… tant c’était d’une puissance émotionnelle et musicale rares. Bravo à Vincent « The Killer » Libert qui a une fois de plus démontré à quel point il maîtrise sa batterie et que dire du bassiste-chanteur Stéphane Neusy, d’une régularité métronomique. Françoise a même rejoint ses collègues de SO AND SO dans les chœurs, et de fort belle manière. « Messieurs c’était bien, c’était très bien. C’était parfait ! » Stanislas Lefort aurait été content, pas besoin de reprendre au numéro 17 Herr Kapelmeister, comme dans la « Grande Vadrouille »

On poursuit l’aventure avec le monumental « Shine on You, Crazy Diamond » et son climat à faire planer Katmandou un soir de marché aux herbes.
Autre instant de pur bonheur avec le retour sur scène de Denis Pierret, guitariste-chanteur de Terminal Frost (mais bordel pourquoi ont-ils splitté ?). Denis c’est le genre de chanteur que tu peux écouter toute la soirée sans jamais te lasser, c’est le mec le plus proche de David Gilmour « live » que j’ai jamais entendu au niveau vocal. Ce soir, il nous gratifiera d’une prestation accompagnée de sa douze cordes acoustique, « AAh Tintin, on est bien » que c’est bon mes enfants ! Merci Denis et... reprend du service à l’occasion.

« Wish You Were Here », un autre titre mythique pour clôturer ce second set de CYMBALINE. On me dit parfois que je suis bon public alors je vais une fois encore faire mentir cette idée préconçue. Quand j’aime, je le dis, avec les mots qui conviennent, et quand je n’aime pas…aussi., sans aucun méchanceté. Et, ici, c’est mon côté « je n’ai pas aimé » qui s’exprime. Pourquoi ? Parce que la prestation vocale n’a pas été à la hauteur de ce monument. Jamais le rendu n’atteindra les frontières, même lointaines, de cette chanson bourrée d’Emotions, avec un grand « E ». Le fait de ne pas coller à la ligne mélodique originale du chant est loin d'arranger les choses. Je crois que les bottes de 7 lieues étaient beaucoup trop grandes à chausser pour le prestataire, il était manifestement encore trop tôt pour combattre dans l’arène avec les gladiateurs. Mais ce n’est pas grave, ça se travaille et puis, « Nobody’s Perfect » comme on dit au cinéma dans un célèbre film de Billy Wilder sorti en 1959.

Nouveau break, retrouvons-nous au bar, sans passer par la case Départ » comme on dit au Monopoly.

BE FLOYD - « Echoes of the Sun X » - Centre Culturel, Ciney (BEL) – 2018.10.13

Setlist :

01. Pigs on the Wing.
02. Dogs.
03. Pigs (Three Different Ones).
04. The Happiest Days Our Lives.
05. Another Brick In The Wall (Part II).
06. One Of My Turns.
07. Nobody Home.
08. Hey You.
09. Run Like Hell.
10. Comfortably Numb.

Line Up :

André LECOMTE : Chant et guitare
Ivan TONNERRE : Chant et clavier
Luc ORY : Basse
Fabrice HOETERS : Batterie et chant
Jean Philippe SNIJDERS : Guitare
Seamus from the HOUSES OF THE HOLY : chœurs

A nos âges, après minuit, on commence à bailler à rendre jaloux le requin de « Jaws » et on se demande parfois, pour la forme, s’il ne serait pas plus sage de renter dormir que d’étirer à grand peine des membres qui s’engourdissent de plus en plus souvent. Mais heureusement, l’esprit prend le pas sur la raison et malgré la fuite en avant de quelques spectateurs, l’assemblée reste encore bien compacte pour une heure de concert aussi inhabituelle.

En effet, il est passé minuit lorsque les visétois de BE FLOYD prennent la scène pour mettre la cerise sur le gâteau, et ils ne vont pas se contenter de ça, croyez-moi. Dans leurs bagages, nos hommes ont apporté la crème, la pâte, les fruits, le sucre, les oeufs et tout ce qu’il faut pour transformer un banal dessert en pièce montée digne d’un mariage princier. On attaque d’emblée avec trois titres de ce qui reste mon album préféré : « Animals ».

Quelle claque mes enfants ! Ici aussi on frôle la perfection et, dès les premières notes de « Pigs » on a compris que ce groupe, qui est une découverte pour nous tous, va nous en mettre plein la vue et les oreilles, dont acte ! La voix d’André rappelle étrangement celle d’un Roger Waters des débuts et quand le groupe libère la meute sur « Dogs » c’est la curée, le renard n’y survivra pas. Nous sommes tous baba, bouche bée, comme lorsqu’on a découvert pour la première fois Pamela Anderson dans le générique de « Baywatch ». C’est une tuerie, tout est en place, très professionnel.
Viendra ensuite le tour de « The Wall » avec une sélection de morceaux qui raviront tous les fans dont je fais partie. Oui, j’aime « The Wall » donc je me laisse emporter comme plume au vent au gré des chansons indémodables interprétées avec maestria par BE FLOYD qui joint l’aspect visuel au côté sonore du spectacle sans verser dans la démesure ni le mauvais goût. C’est aux accents poignants de « Comfortably Numb que se terminera cette excellente soirée des 10 ans d’Echoes of the Sun. Bravo à tous, merci de nous offrir de tels moments de bonheur et… vivement l’an prochain !

Quant à BE FLOYD, ce groupe mérite sans conteste une place à l’affiche du Spirit of ’66 de Verviers, Francis, si tu me lis, tu ne le regretteras pas crois-moi.

Mitch « ZoSo » Duterck

 Story Of Pink Floyd organisé par Echoes of the Sun avec Cymbaline/ Be Floyd / So and So and guests, Théâtre de Ciney le 13 octobre 2018
 Story Of Pink Floyd organisé par Echoes of the Sun avec Cymbaline/ Be Floyd / So and So and guests, Théâtre de Ciney le 13 octobre 2018
 Story Of Pink Floyd organisé par Echoes of the Sun avec Cymbaline/ Be Floyd / So and So and guests, Théâtre de Ciney le 13 octobre 2018
 Story Of Pink Floyd organisé par Echoes of the Sun avec Cymbaline/ Be Floyd / So and So and guests, Théâtre de Ciney le 13 octobre 2018
 Story Of Pink Floyd organisé par Echoes of the Sun avec Cymbaline/ Be Floyd / So and So and guests, Théâtre de Ciney le 13 octobre 2018
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents