Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 08:55
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017

Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017

 

Rival Sons Set List :

01. Hollow Bones (Part I).

02. Electric Man.

03. Good Luck.

04. Tied Up.

05. Memphis Sun.

06. Breakdown. (Tom Petty cover)

07. Jordan.

08. Face Of Light.

09. Torture.

10. Soul.

11. Open My Eyes.

12. Hollow Bones (Part II).

13. Keep On Swinging.

Quand nous nous sommes quittés après le fabuleux concert de Tilburg le 1er août dernier, on s’était fait à l’idée qu’on ne reverrait nos amis des Rival Sons que d’ici un an, au mieux.

Le fait qu’ils changent de label, ils quittent Earache Records pour une major américaine fondée en 1947 par Ahmed Ertegun et Herb Abramson et établie de l’autre côté de « L’ATLANTIC » va générer des obligations.

Cela implique bien évidemment un nouvel album et certains changements dans l’entourage immédiat du groupe.

Mais, comme Jay nous le disait hier soir après le concert : « Lorsqu’on nous a proposé d’ouvrir pour quelques dates de la tournée européenne des Rolling Stones, on ne pouvait qu’accepter, c’est le genre d' invitation que tu ne refuses pas! » Rendez-vous compte, sur leur carte de visite, les Rival Sons affichent les premières partie de AC-DC, Deep Purple, Black Sabbath, Aerosmith et les Rolling Stones! C’est carrément une quinte flush au poker, avec ça, impossible de perdre. Hier soir, les « Sons » comblaient un « day off » en donnant un concert en tête d’affiche à Zoetermeer.

La bande des aficionados quitte Ciney vers 14.00, il fait moche, le ciel est gris, plombé, et le plafond trop bas ne tarde pas à s’ouvrir pour libérer une pluie d’octobre, froide et pénétrante, trop longtemps retenue. Près de 270 Kms plus tard, après un arrêt destiné au ravitaiIlement chez le « Roi du Burger » où c’est bien bien meilleur que chez ses concurrents « Rapide » et « McCanard », comme ça, je ne fais pas de pub. Après cet arrêt disais-je nous arrivons devant « La Ferme », « de Boerderij » en néerlandais. Pince-moi! les parkings sont gratuits!

Il reste 1h30 à tuer avant l’ouverture des portes et au moment où nous nous dirigeons vers la salle, il y a un mec là-haut qui ouvre les écluses du ciel et on se prend le déluge, ça pleut tellement fort que je brise mon serment et que je mets à... courir! Oui, vous lisez bien, je l’ai fait!

Nous voici groupés, serrés sous un toit de fortune, prêts à jouer les acteurs forcés du remake d’ « Autant en emporte l’auvent ». Nous sommes bientôt rejoints par nos homologues et non moins amis français et allemands. On bat le pavé « to beat the bush » en anglais et on passe le temps en s’échangeant les dernières nouvelles de nos "chez nous" respectifs. Dix minutes avant l’ouverture des portes, il y a moins de spectateurs bataves qui attendent pour entrer que d’étrangers!

Ca y est, muni de mon invitation « Guest » et de mon passe photo je pénètre, je le fais très bien paraît-il, dans la salle où nous squattons pratiquement les deux premiers rangs, en tout cas, les meilleures places.

La première partie est assurée pas Warbly Jets, from Los Angeles, California. Un rock agréable et bien ficelé, avec un petit côté psyché qui nous fait passer le temps de fort belle manière avec des titres comme « Alive » ou encore The « Lowdown ». Le premier album sort d’ici une semaine, le 20 octobre exactement. Une belle découverte en tout cas.

Peu avant 21 heures, le volume de la diffusion musicale monte un peu dans la salle et pour les habitués, on sait que quand l’excellent Neil MacDonald, l’ingé-son canadien des « Sons » balance « What is Hip » de Tower of Power, c’est le signal que, directement après, « The Good, The Bad and The Ugly » lancera le concert, dont acte!

« Hollow Bones (Part I) » te heurte de plein fouet, et si tu as survécu, « Electric Man » te cueille juste derrière. Le public est chaud et le band, idem. On voit qu’ils s’amusent tous les cinq et c’est contagieux. Une énorme surprise avec cet hommage vibrant au regretté Tom Petty, décédé le 2 octobre dernier à Malibu, Californie, « Breakdown » est plein d’émotions, magique, je revois Tom comme il y a trois mois à Londres, c’était un de mes artistes préférés. Le concert de ce soir est basé sous le signe de l’improvisation et en cette matière, c’est Jay qui va être le pilote du vaisseau Rival Sons, et le groupe va le suivre, comme son ombre. Les Sons fonctionnent comme une seule entité, sorte d’ectoplasme musical compact qui dévore tout sur son passage. Todd y va même de son « Superstition » de Stevie Wonder, c’est discret mais l’oreille de votre serviteur a détecté, ce qui me vaudra un « high five » de Todd après concert.

« Face of Light » est à nouveau une merveille de sensibilité et d’improvisation, j’adore.

« Torture » reprend une formule plus compacte un peu comme à l’origine.

« Soul » : un miroir de l’âme, large, énorme, un miroir qu’on a envie de traverser vers un pays des merveilles où les Héros ne s’appellent pas Alice, ni le Chapelier Fou ou la Reine de Pique mais peuvent être tout simplement vous et moi.

Et voici l’énorme « Open My Eyes », le frère jumeau de « When the Levee Breaks » qui déboule, majestueux, immense rouleau compresseur. C’est le Mississippi qui déborde et sa boue envahit les rues de ta vie, s’insinue dans les allées de ton cerveau, masse en mouvement, gluante, épaisse qui fige ton esprit et le focalise sur le mouvement très lent de cette nappe sonore qui t’étouffe.

« Hollow Bones (Part II) » et « Keep on Swinging » mettent fin à un autre concert, qui n’est pas juste un concert de plus, même si pour moi c’était le 31ème. Tous les concerts des « Rival Sons » sont différents.

Comme d’habitude, nos « héros » nous retrouvent après le spectacle, toujours aussi dispos, et on discute, comme le font des amis de longue date qui se retrouvent, toujours avec le même respect et le même plaisir.

Cette fois, je crois qu’il faudra se résoudre attendre 2018 pour se revoir et découvrir le nouvel album qui ne sera, ni un double, ni un live me confie Jay.

Retour sous la pluie avec le sommeil qui me gagne, exit de ma torpeur et je réalise que le préposé du magasin de nuit à la station d'essence parle français. "Le mec parle français! où est-on?" demande-je à Carlo qui, tout sourire, me réponds "à Bierges". On est à 60 de la maison! j'ai dû faire une "petite soquette".

Mitch "ZoSo" Duterck

Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents