Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 18:18
Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017

 Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017

 

Quatrième édition du festival sous l'égide de la nouvelle équipe, après le désistement de la  vzw Toekomstrock qui avait organisé l'événement jusqu'en 2012.

 

 Menu ( avec horaire approximatif):

10u: start EVDW beachvolleybaltoernooi

16u30: WWF Radio Oorwoud

18u: The Starfighters

20u: High Hi

21u30: Mama's Jasje

22u45: Dimi en de Kasten (coverband)

1u: Avalonn (Dj-set)

3u: einde

 

T'es sur place à 16:25, le tournoi de Beach Volley est arrivé dans sa phase finale.

5' plus tard,  WWF Radio Oorwoud prend place sur le podium.

Un bassiste coiffé d'une casquette panda, Bart Van Lierde ( Zita Swoon, Les Truttes, Zornik...) et un drummer ( Ace Zek?) sont suivis par deux madames, Hannelore Bedert ( robe verte, lunettes jaunes) et une jolie rouquine espiègle qui n'était pas Fleur Hendriks, elle ressemblait plus à Sien Wijnants, radio- en televisiepresentatrice.

Peu après, deux musiciens/roadies se pointent en poussant une énorme radio écologique, la  WWF Radio Oorwoud,il s'agit du  guitariste  Thomas Vanelslander ( Gorki, Jasper Steverlinck, A Brand, Baloji, De Laatste Showband, Stef Kamil Carlens..) et du claviériste Jan Roelkens (Sioen, Arsenal...).

Leur mission est claire, mais pas évidente, distraire les gosses tandis que leurs géniteurs squattent la buvette!

Le but de Radio Oerwoud  est de sensibiliser la jeunesse à la protection du milieu, deux CD's ont jusqu'ici vu le jour, de grands noms ont prêté leur voix au projet ( Koen Wauters, Hannelore Bedert, Bart Peeters,  Raymond Van het Groenewoud, Lady Linn,  Pieter Embrechts,  Sarah Bettens, Stijn Meuris, Nathalie Meskens, Urbanus, Isolde Lasoen, Ludo Mariman e a ).

Le liveshow s'est déjà arrêté sur de grandes scènes, l'Ab ou de Roma, par ex., ou de grands festivals tels que  Rivierenhof, Dranouter, Sfinks, ou De Gentse Feesten, cet après-midi la caravane verte s'arrête à Overijse.

Ouvrez toutes les cages, c'est parti: ' Beestenboel' , puis iets steviger pour les durs et le Capitaine Nemo, ' Diep in de Diepzee' du kinderrock qui secoue.

Nous on veut danser réagissent les filles, ' De jungle is een disco', Tarzan goes hip hop, le mileuvriendelijk K3 collectief poursuit avec ' Boom Shakalaka' puis le folky ' Altijd wat in mijn habitat', décoré de quelques lignes d'harmonica.

C'est incroyable le nombre d'artistes flamands qui se concentrent sur les chansons enfantines, on cite Kapitein Winokio, De Piepkes, ZeeSter etc..

La séquence Klein Klein Kleuterke sur Radio Verte ( FM 106, 77) continue avec ' Bozebomenbos' , puis vient un ska volatile, een poepsong inspirée par Clement Peerens Explosition, un hip hop pachydermique, ' Hiphopotamus', avant d'inviter la petite Fleur ( 4 ans) sur le podium pour choisir un programme diffusant de la dance music. Le chaos règne, les garçons sabotent l'esquimau rock, l'émission est brouillée, encore un coup de  la mafia albanaise,  puis vient l'obligatoire séquence publicitaire.

 Les gosses perdent le fil, le stand de crèmes glacées connaît plus de succès.

Le set tire à sa fin, 'Iedereen gewonnen' et le mix De Mens/ The Ramones, 'Zelf Wel', achèvent la prestation des troubadours environnementalistes.

 

The Starfighters.

Des gloires locales ( Ottenburg), qui ont écumé les bals et autres festivités de la Duivenstreek  de 1963 jusqu'aux mid-eighties, fin 2013, en fouillant dans leur grenier, garage ou grange, ils dénichent leurs instruments et décident de reprendre la route avec le même répertoire, et ça marche, merci!

En feuilletant les articles de presse de la commune de Huldenberg, tu tombes sur les noms suivants:  Frans Marchal, Daniel Vanweddingen, Jean-Paul Lacourt, François Sommereyns, Constant Wargée .

Le fils de Frans Marchal tient d'ailleurs le bistro 'Het Zevende Zegel' organisant régulièrement des concerts blues.

Frans?

‘Het overlijden van een van de originele leden van de band vormde eigenlijk de droevige aanleiding om nog eens op te treden’

Merci, fieu, mais à Overijse on a vu six musiciens et pas cinq, deux guitaristes, une basse, un drummer, un saxophone et un claviériste.

Le chanteur/guitariste, Daniël Van Weddingen, un sosie de Tom Selleck, aux cheveux teintés, qui, autrefois, tenait une boucherie à Huldenberg, dirige la troupe, et si les nouvelles Miss participant à l'élection de la Druivenkoningin ne craquent pas pour ses charmes vieillissants, les anciennes se souviennent du playboy d'alors, en rougissant.

Le groupe débute en fanfare avec l'instrumental ' Last Night' des Mar-Keys.

A première vue ils ne sont pas rouillés, après cette séance d'échauffement,  le moteur ronronne comme un matou heureux de vivre, et les tubes d'antan défilent pour le plus grand plaisir des moins jeunes: ' Bad Moon Rising' du CCR, ' I hear you knocking' de Dave Edmunds et le brûlant ' Burning love' , les papys font de la résistance, les ressources sont intactes.

Le chef: de lichten mogen gedoofd worden, slow time: 'Jealous Guy', et, plus récent, appris par leurs petites-filles, adorant les schlagers, ' Leeuw in een kooi' de Frans Duyts.

Puis vient ' Let's stick together' pendant lequel deux gamins viennent taper la balle face au podium, le troisième âge écoute à distance respectable.

Dans les sixties tout groupe de bal qui se respectait interprétait ' Baby come back' des Equals, du coup, le gang des tricoteuses esquisse un pas de danse légèrement moins souple qu'à l'époque où elles fréquentaient les dancings de Jezus Eik et que leurs fiancés éclusaient Tuborg sur Tuborg.

' Black is Black', non ce n'est pas de Johnny, puis un beau solo de sax pendant 'Hold on tight' de ELO, et une suite pour terminer le premier set: '  Satisfaction' des Stones, hilarant quand  tu sais que la moyenne d'âge dépasse les 70 balais et ' Gloria' des Them.

Que de souvenirs, merci, jeunes gens!

Résultats du concours de beach volley et seconde manche!

Même scénario pour démarrer, un instrumental, le fabuleux 'Peter Gunn theme' suivi par ' Summertime'.

Comment se fait-il que  Peter En Zijn Rockets  avec 'Angeline' (M'n Blonde Sexmachine) n'ait pas remporter le Prix Médicis, cela  reste un mystère insondable.

La faute à B B, sans doute!

Le clan des fans d'aerobics tarde à reprendre ses activités, les Starfighters décident d'envoyer un truc collant, 'Can't help falling in love'.

Elvis, ça marche à tous les coups, six couples tanguent, la marmaille rit.

Lorsqu'ils ont enchaîné sur 'If you need me' des Stones, t'as failli pleurer, tu t'es ressaisi  grâce à ' Woolly Bully'.

Ces gars sont des génies!

' Sea Cruise' , 'Maak me wakker' des Kreuners, ' Careless Whisper' version instrumentale à la David Sanborn, ' Proud Mary' et ' Blauw' de The Scene achèvent l'exercice.

Rendez-vous lors des fêtes du raisin au mois d'août, annonce l'ancien boucher!

 

La jeunesse rapplique pour High Hi!

Le trio de Duisburg a fait du chemin, en mars sortait leur premier full CD, 'Hindrance' et en mai,  Anne-Sophie Ooghe, Dieter Beerten et Koen Weverbergh ont tourné avec The New Pornographers.

Après leur set incandescent donné lors de Tropiscala, on peut t'assurer qu'ils sont fin prêts pour les festivals d'été.

Comme en 2015, le trio débute par  ' Calm down sir' et sa longue intro  furieuse qui s'apaise lorsque Anne-Sophie se décide à entamer un chant éthéré.

' Baseball Fights' cogne sérieusement, la voix est profonde, la Gretsch déchire, basse et drums  imposent le respect et quand la petite hurle...baseball fights... t'as les poils qui se hérissent tandis que ton crâne s'agite en soubresauts  nerveux.

Terrible!

Kom dichterbij, Overijse, dit-elle avant de nous envoyer une nouvelle gifle en pleine tronche, ' No Idea'.

Rien ne peut calmer une riot grrl, et bien, si, le downtempo ' Raise' mixant les ambiances Fleetwood Mac et la fulgurance Blood Red Shoes.

Next one is a cover, ' Cheap thrills' de Sia, Overijse a frissonné.

Avec ' Obvious' on revient vers l'album et c'est à Lana Del Ray qu'on pense avant que Dieter ( magnifique seconde voix) ne lance un roulement de tambour guerrier annonçant l'arrivée d'une brigade pas des plus légères.

La dernière fois que je suis montée sur une scène à Overijse j'ai failli y rester, j'ai avalé une guêpe, un cauchemar, voici ' Vultures' et sa basse saturée.

Un vautour n'est pas un colibri, Anne-Sophie scande le titre à la manière d'une Grace Slick pas encore obèse, ses copains travaillent en mode postpunk et ça fait mal.

' Hindrance' précède le soyeux  'Immune to the weather' qui va exploser quand Dieter donnera le signal de la curée.

GodV., mes lentilles sont naze, j'ai l'impression de voir des milliers de têtes, il nous reste trois titres!

'Magnify', ' Islands full of gold'  et 'Break/Brake' entamé par quelques effets psychédéliques attrayants.

Un petit salut, les guitares continuent à ronfler, High Hi revient pour balancer celle que les fans attendaient, 'Tommy'.

Le Nord est conquis, il suffit de convaincre la Wallonie!

 

Mama's Jasje ( beter dan The Beatles, selon Philippe Geubels, qui n'avait rien bu)

Les préparatifs avant la montée sur scène de Peter Van Laet, qui s'occupe désormais seul de la veste de maman, après  quelques sérieux ennuis avec une firme de disques qui ne lui permettait plus de se produire sous l'étiquette Mama's Jasje, s'avèrent des plus fastidieux, les 21:30'  annoncées deviendront 22:15'.

En attendant le début du show, les locaux soignent leur taux d'alcoolémie, tu te dis qu'avec un BOB pour 85 autochtones c'est pas gagné en cas de contrôle sur les routes en début de nuit.

Le retard sur l'horaire n'a pas l'heur de plaire  à certains biturés, ils le font entendre.

Le podium se peuple, trois violonistes, un violoncelle, un claviériste, une basse et un batteur plus le chef d'orchestre, l'homme qui a convaincu Peter à remonter sur scène, l'excellent guitariste Bert Verschueren, qui avait dirigé un Freddy Mercury Tribute d'anthologie à Asse, il y a quelques mois.

Ouf, on peut commencer!

Une entrée en matière symphonique précède l'arrivée  de celui qui il n'y a pas si longtemps se produisait sous l'appellation Peter Van Laet en de Wolven, ce qui a fait rire Sergei Prokofiev!

1992, 'Zonder verhaal', une cover de 'Always on my mind' gros succès pour le King, ouvre le bal, Overijse se souvient et pleure.

Mama's Jasje, inconnu à Charleroi ou à Libramont, c'est tout de même plus d'un million cinq cent mille disques vendus en Flandre et aux Pays-Bas!

Peter embraye sur 'Kristien', un morceau plus animé qui permet à Bert de placer un solo allumé. 

Un nouveau kaskraker, ' Zo ver weg', voit 459 mains se tendre dans les airs, tandis que Bert manifeste une seconde fois l'étendue de son talent, un joyeux  se hisse péniblement sur le podium et tente d'embrasser le chanteur, il est repoussé avec peine.

Vlaanderen zingt, épisode suivant: ' Teken van leven', la préférée d'Angèle et de sa cousine Ernestine.

Un second illuminé aboutit sur scène, Bert s'énerve, c'est quoi ce carnaval, Peter en voit de toutes les couleurs, il décide d'envoyer 'Regenboog', un pseudo rock bigarré.

Ambiance!

En nu een ode aan Frank Boeijen, le superbe ' Koud in mijn hart'.  

Blankenberge, 'Tien om te Zien', qui y était? 

Moi, et moi aussi, ik ook,  ils y étaient tous et comme à l'époque il y a eu  des vagues pendant 'Laat me alleen'.

...t'is mooi, hein, meneer!

Oui, madame, magnifique!

Peter propose un nouvel emprunt, ' Magie' de Philippe Robbrecht.

 Het mooiste Nederlandstalige lied ooit, d'après Rolande zonder bres!

Après cette tranche de sentimentalisme, on revient au rock et pendant qu'il se confesse...ik beken, ik beken, il a la mauvaise idée d'accepter la main tendue par un ivrogne qui a failli le faire atterrir dans la foule.

' Zwart op wit' est suivi par la belle ballade dominée par les cordes,   'Dat ik wakker word', prévue pour un prochain album, puis vient  un second nouveau morceau aux consonances country  avant de reprendre le best of avec 'Een nacht alleen' de 1998.

Et celle-ci, Adeline, tu t'en souviens?

Natuurlijk, j'ai dansé sur 'Als de dag van toen' lors de mon premier  mariage, il y a 20 ans, il m'a quitté en se rendant compte qu'il aimait les hommes.

Le vent s'est levé, quelques gouttes tombent sur nos crânes, il est temps de prendre congé, 'Tien om te Zien', c'était bien, mais faut pas exagérer afin d'éviter l'overdose.

Le nouveau Mama's Jasje fredonne ' Laat je hart staan' une cover des Bellamy Brothers ( Let your love flow), tu traverses la foule, hésites devant le bar, réfléchis pendant trois secondes, abandonnes l'idée du dernier pour la route et prends la route vers ton chez toi. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017
Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017
Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017
Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017
Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017
Tropiscala 2017- Begijnhof- Overijse- le 24 juin 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents