Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 12:37
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017

Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017

 

Organisation: Live Nation

Annoncé à la date du 4 avril, le concert avait été reporté au 14 mai, cela explique-t-il que l' AB en configuration Box n'affichait pas complet?

Heure inhabituelle pour l'avant-programme, c'est à 19:30' qu' Annika And The Forest est attendue sur scène, une scène dont les 2/3 de l'espace sont dissimulés derrière un voile opaque.

 

Annika And The Forest c'est le projet d'Annika Grill, une Suédoise, désormais Parisienne.

Pas étonnant qu'elle ait été invitée par la Femme Chocolat pour assurer son avant-programme, la Jean Seberg lookalike a participé au dernier album, ' A nos corps-aimants', de la native de Carcassonne.

Après quelques EP's, Annika and The Forest vient de sortir l'album ' She' , un titre fort apprécié par Charles Aznavour.

Elles sont deux à se présenter face à ceux qui savaient que le show débutait à 19:30, Annika à la basse et Agathe Issartier, alias GATHA, une violoncelliste qui a récemment enregistré le EP 'Renaissance'.

Le duo lance ' Be the night', une boîte à rythme s'ajoute au cello et à la basse, sur un fond trip hop, la voix blanche d'Annika distille une touche glacée à cette plage d'un esthétisme nordique.

Hello, on s'appelle Annika and The Forest, c'est une première belge pour nous, et une première pour 'Ready to play', un titre cadencé que nous n'avons jamais interprété sur scène.

Le dramatique ' The light of the night', sous forme de nocturne electro, fascine et tu la crois quand elle chuchote ...I burn to this light;.. t'as rien pu faire, t'es pas pompier!

La suivante sera intimiste, prévient Miss Grill,' Part of Sorrow' évoque la gravité de Get Well Soon et te refile des frissons.

Changement de cap avec les gros beats electro de 'She', un morceau pendant lequel elle nous questionne, are you hungry, coz I'm hungry..., soudain la voix se fait Tori Amos et tu n'as plus vraiment faim, par contre, lui prendre la main pour aller se promener du côté de St- Géry, pourquoi pas!

Avec la ballade embrumée ' Rain' elle revient à l'album précédant pour achever le set par ' No Grace', un dance track porté par une basse qui pulse.

That was it, on se fait un selfie avec vous et on va vider un verre, see you, Brussels!

Une première partie intéressante!

 

Il est 20:32, déjà quelques agités s'impatientent, les premiers rangs perçoivent du mouvement derrière le drap, les musiciens, David Hadjadj, clavier, trombone, trompette, chœurs/ Frédérique Jean, batterie, percussions/ Matthieu Denis, basse, contrebasse, guitare, chœur/ Franck Marty, dulcimer, pitle, nyckelharpa, guitares ( dont une douze cordes) , scie musicale, chœurs, bulbul tarang, banjo, jewish harp et Vincent David, guitares, ukulélé, charango, chœurs ont entamé le premier morceau, une voix se fait entendre ...Mon oiselle a prit du retard

Pourtant j'ai prié chaque jour... Olivia, cachée, a entamé 'La Dame-Oiselle' , une plage de son cinquième album 'A nos corps-aimants' sorti en novembre 2016.

Les rideaux s'écartent, elle apparaît aux yeux des Bruxellois qui spontanément applaudissent.

Elle a adopté une coiffure chignon et porte un chemisier à froufrou noir lui cachant le cou.

Bien vite, la séduisante madame libère sa chevelure et se débarrasse du chemisier pour ne conserver qu'une seyante petite robe gris/noir qui lui permettra de virevolter à sa guise, elle ne s'en privera pas.

Elle ne manque pas de tempérament et le prouve dès la seconde salve, l'explosif ' Question de pudeur' !

Bruxelles bat des mains et continuera cet exercice pendant ' Les crêpes aux champignons', du rock comestible pendant lequel elle virevolte à 50 cm du premier rang.

Après ce numéro de femme fatale, elle peut se le permettre, elle est sexy en diable, le band attaque 'Il y a des nuits' dans un style proche d'Edith Piaf.

La slide lyrique de Vincent David et la voix sensuelle de la belle font mouche, Bruxelles savoure.

Le tourbillonnant ' Quijote' la voit se transformer en fougueuse danseuse de flamenco, tu te verrais bien en torero macho pour l'emmener faire un tour sur les Ramblas.

Seriez-vous tous hispanophones, questionne la belle en riant, vous savez à Figueras, il n'y a pas que lui, il y a aussi des filles de Joie, Franck est de Perpignan, il en sait quelque chose.

Voilà, je suis Dali pendant trois minutes, celui qui déclarait je suis un 'Paranoïaque transcendantal'.

Si le morceau démarre façon blues, très vite il se transforme en tableau surréaliste à la façon du grand maître catalan, il ne manquait que l'oeuf géant sur la toiture!

La maternité laisse toujours des traces, le tendre 'Nino Mi Niño' aura ravi toutes les mamans présentes dans la salle, en fin de morceau on s'éloigne de la sage version de l'album pour se retrouver dans les ruelles de La Havane et danser la salsa.

' Elle panique' un hit de 2009 réjouit les fans plus anciens, sur scène la complicité avec les musiciens est grande, elle les taquine gentiment, ils se laissent faire.

Le titletrack ' Nos corps-aimants' est décoré d'une scie musicale flexible et d'un trombone vieux jazz, il précède ' My lomo and me' ( je photographie des gens heureux), auquel succède un passage au cirque pour 'Le tango du Qui'.

Olivia, le clown, quitte le cabaret et retâte du rock avec 'Dis-moi ton secret' et ' Goûtez-moi' au style Jacques Dutronc années 60.

Tout naturellement 'La Chica Chocolate', version française, fait un tabac et comme pur calmer les ardeurs, elle enchaîne sur la valse 'Ame en dentelle' qui soudain s'agite!

L'heure est aux présentations: musiciens, équipe technique et un clin d'oeil à son parrain spirituel, Salvatore Adamo, présent à l' étage et généreusement applaudi par l'assistance.

' L'éternité', un de tes titres préférés, évoque à la fois Dani Klein et Anna Calvi, la guitare métallique nous envoie quelque part dans un Ouest désertique, alors que la trompette nous fait traverser la frontière pour aller saluer les chicas mexicaines.

Ce titre sublime achève le set normal, en attendant les rappels Bruxelles bat des mains et scande Olivia, Olivia ..

 

' Le blanc du plafond' et son beau texte entame la première salve de bis.

Le single ' Mon corps mon amour' lui succède, ... je baise donc je suis.. . à placer en société lorsqu'un pseudo intellectuel te cite Descartes, cela fera toujours de l'effet!

Elle nous adresse un petit bisou et s'éclipse.

 

Mais la fête n'est pas finie, il faudra patienter avant de les voir revenir, et là, oh surprise, la fougueuse jeune femme se présente vêtue d'une tenue futuriste à faire pleurer Grace Jones, puis balance un rock épique piquant, 'Tokyo Eyes', chanté dans le vocable de ceux qui ont voté le Brexit.

C'est assise sur un cajon qu'Olivia Ruiz propose ' J' traine des pieds' , la chanson qui met un terme à ce concert brillant et varié.

Bruxelles et Adamo lui réservent un triomphe!

 

photos- jp daniels ) concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents