Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 03:51
Album - Last Train – Weathering

Album - Last Train Weathering

 

Last Train pour où?

Last train to Claksville? to London? to Memphis? le train pour nulle part?

Sais pas, ce qu'on sait, c'est qu'il a démarré de Mulhouse vers 2005, tu les avais remarqués lors d'un concert au feu DNA en 2014, les gamins avaient impressionné les rockers bruxellois, depuis ils ont pondu deux EP's et leur premier album, ' Weathering', est dans les bacs depuis plusieurs semaines!

 

Jean-Noël Scherrer (chant et guitare), Julien Peultier (guitare), Tim Gerard (basse) et Antoine Bashung (batterie) sont désormais considérés par une certaine presse comme le futur du rock français!

 

Weathering/ Tracklist :

01 Dropped by the doves

02 Never seen the light

03 Jane

04 Between Wounds

05 Golden Songs

06 Fire

07 Way Out

08 House on the moon

09 Sunday morning son

10 Time

11 Cold Fever

12 Weathering

L'album débute par un ouragan nommé 'Dropped by the doves', c'est bien la première fois que tu entends des colombes lâcher des bâtons de dynamite.

 Le son est aussi massif que ce que propose Black Rebel Motorcycle Club, when doves cry disait un gars de Minneapolis , ben, ces tourterelles ne semblent pas évoquer un message de paix, ça cogne sévère!

Le bouillonnant ' Never seen the light' reste dans les mêmes eaux.

Un mec souffle, débarrasse-toi de tes raybans tu verras  l'aurore pointer, pour toute réponse il s'est vu balancer une série de riffs mordants, suivis par une courte accalmie, vite interrompue par le drumming sauvage d'Antoine.

Si 'Jane' démarre en mode serein, la petite a dû apercevoir Tarzan peloter une  Ougandaise, forcément ce tableau l'a perturbée, la plage de près de huit minutes explose soudain, mais comme elle est faite de flux et reflux, un calme  passager s'installe avant un dernier  hurlement de guitares mixant psychédélisme, fuzz et noise.

'Between wounds' , le premier titre de l'album illustré par un clip,  sent le cambouis et la sueur.

Pour amateurs de rock musclé et  bien crado.

Ce n'est plus le cas avec 'Golden songs', un midtempo pondéré comme pouvait en pondre Snow Patrol ou Supergrass.

Last Train fait preuve de versatilité, c'est un bon signe!

Les bûches mettent quelque temps à s'embraser, puis ce 'Fire' va te tenir au chaud pendant 6'30" et te permettre de penser aux meilleures compositions des frères Gallagher.

Avec ' Way out', qui s'entendait déjà sur le EP de 2016, l'Alsace revient au rock offensif, le solo de basse a retenu l'attention du  placide John Entwistle et quand les guitares ont  embrayé, ton chat a quitté son fauteuil à la recherche du way out.

Un sale morceau, sérieusement secouant, suivi par une ballade, ' House on the moon', mixant le côté épique d'Oasis et les sonorités surf d'une guitare indolente.

Avec ' Sunday morning son' on reste dans l'univers léché  d'une Britpop  basée sur les compositions de Lennon/McCartney époque 'Revolver'.

Le titre ' Time', capricieux, passe par plusieurs climats, il démarre sur fond d'orgue sur lequel se greffe, une nouvelle fois, un timbre proche de Liam Gallagher. Après plusieurs changements de tempi, Jean-Noël pousse un cri rageur avant de nous lancer ... go back to your troubles and I'll go back to mine... à l'arrière ses copains entament un choeur de falsettistes, nous renvoyant vers Farinelli, avant une montée en puissance des guitares s'achevant sur un final abrupt.

Du grand art!

' Cold Fever' avec  ses riffs mordants et son refrain racoleur faisait déjà un tabac en concert en 2014, il en est de même en 2017.

L'album se termine par 'Weathering' , un  titletrack résumant à lui seul l'univers de Last Train.

 

' Weathering' un premier album percutant d'un groupe qu'il faut absolument voir sur scène.

Coup de bol, ils sont ce 11 mai aux Nuits Botanique, à la même affiche que Moaning Cities et (Run) Sofa!

 

 

 

 

 

 

 

 

photo- JC Thibaut

photo- JC Thibaut

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article

commentaires

Articles Récents