Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 14:18
Thomas Fersen à l'Ancienne Belgique- Bruxelles, le 26 avril 2017

Thomas Fersen à l'Ancienne Belgique- Bruxelles, le 26 avril 2017

 

L'Ancienne Belgique en configuration flex pour accueillir le bestiaire de Thomas Fersen.

 Ce soir, l'amour n'était pas dans le pré, mais à Bruxelles, rue des Pierres où  l'héritier d’Esope tenait une forme olympique. Pendant plus de deux heures, Thomas l'incrédule, qui, à 54 balais, se tape toujours une dégaine d'adolescent paumé, a fait sourire la Belgique avec ses fables, son apparente nonchalance, sa tendresse  et ses traits d'humour passant du raffiné au gaulois.

Il y a belle lurette que tu n'avais plus savouré, sans retenue,  un concert où l'ironie, le surréalisme et l'esprit français, bien mal en point ces derniers temps, ont régné en maître.

Donc, Thomas Fersen  est venu jouer sur scène 'Un coup de queue de vache', son dixième album, il a choisi de se faire accompagner par une fine équipe: Pierre Sangra, ukulélé, mandoline, banjo et guitare/ Anne Le Pape, premier violon/Aurélie Branger, second violon/ Julien Gaben, alto et Nicolas Carpentier, violoncelle.

A 20:10, la scène est toujours inoccupée, une dizaine d'impatients marquent leur mécontentement en battant des mains, un ou deux cris réprobateurs fusent, il faudra encore poireauter pendant dix minutes et subir  d'autres clameurs avant l'arrivée du quatuor à cordes et du formidable Pierre Sangra, croisé cet été à Paimpol au sein de Red Cardell, pour que les récalcitrants se calment.

Thomas Fersen, vêtu de noir, a choisi le côté opposé de la scène pour apparaître.

Il ramasse un ukulélé, nous fixe avec un sourire narquois et  lance.. sentez-vous la tension mont, puis  attaque ' La chauve-souris' , pas celle de Johann Strauss, non, un chiroptère amoureux d'un parapluie.

Cette première tragi-comédie narrée sur un fond swing-jazz fait mouche d'emblée.

Les fans, ils sont nombreux, se frottent les paumes, c'est bien parti.

 Par une rare conjonction entre Vénus,  Mars et Saturne, mordu par un chien taciturne, j'avais reçu l'extrême onction...  c'est pas du Guy des Cars,  ' Les loups-garous' soutenus par la maestria des musiciens font sourire plutôt qu' effrayer.

Il passe au morceau ayant donné son titre au dernier méfait, 'Un coup de queue de vache', narrant les mésaventures du cousin de Chantecler.

Le Parisien passe derrière le piano  pour relater ' La cabane de mon cochon' , une bicoque dans laquelle vont atterrir tous les objets devenus inutiles.

Le titre préféré de Brice Lalonde!

Il reste derrière les touches pour nous faire part de son 'Testament', un texte sombre apposé sur un menuet courtois.

Les musiciens au repos lors d'un premier monologue malicieux, ' La Martelanche'.

Fernand Raynaud, à tes côtés, était plié en deux!

Puis, il retrouve la guitare hawaïenne et propose le tendre 'Les petits sabots' suivi par ' Coccinelle' une autobiographie imaginaire, ironique et grivoise, en version récitée.

Le banjo de Pierre entame ' Un lièvre'  fort apprécié par Artémis et sa cousine romaine, Diane.

Les musiciens ont souri tout comme nous au texte à l'humour noir , ' Mes amitiés à votre mère' , avant de reprendre du service lors du majestueux et grave ' L'enfant sorcière'.

Après une amorce à la guitare, Thomas attaque la valse funèbre ' Je suis mort' .

Il sourit et se fout gentiment des réparties d'un public enthousiaste...   Ah , mais quel accent.... répétera-t-il sous forme de leitmotiv en se moquant de notre belgitude!

Exit les musiciens.

A présent, nous sommes seuls, constate l'humoriste qui lâche un nouveau sketch , ' Avant'.

Le croiras-tu, avant d'être chanteur, Monsieur Fersen était un blouson de cuir qui a connu pas mal d'avatars.

Le rusé bonhomme s'en va en saluant, il est à peine 21:15', Yvonne, ta voisine, se plaint... pas, déjà, reviens, gamin!

Ce qu'il fait en prenant place face au  pianoforte, mais non sans lancer... j'étais déjà dans la bagnole !

Il attaque ' Felix' l'histoire d'un centenaire, encore vert, que les vioques indisposent!

Bruxelles, et si on allait se coucher, vous m'avez épuisé....

Non, hurle Yvonne.

Il nous fait son Michel Simon  et propose  'Arabesques', drague  ' Diane de Poitiers' qui aime le cognac  et raconte 'La créature du marais', l' histoire nocturne d'un moustique plaisantin.

L'équipe rapplique, Bruxelles va faire la connaissance de 'Zaza', sa chienne qui pue et qui ronfle sur fond folky.

' Tu n'as pas les oreillons' évoque certains titres de Renaud mais aussi des images de  curés pédophiles.

Il a sorti ' La pelle' .

 Oublie l'outil déjà utilisé au néolithique , la pelle est une invention française fort bien illustrée dans le long-métrage ' A nous les petites anglaises'.

 Thomas, il en a roulé des tonnes, on l'a cru et on a ri.

Le pop rock ' Encore cassé',  une adaptation libre d'un conte de Charles Perrault, voit tes pieds battre la mesure, il précède le monologue en vers, 'Orléans', une démystification des aventures de Sherlock Holmes.

Suite logique en pensant à Landru, voici 'Monsieur' .

Le verbe de Fersen est non seulement brillant, il est inimitable, la salle jubile et quand tu entends 'Riton',  une parodie du 'Gentleman d'Epsom', ah, l'immortel Jean Gabin, tu te dis que tous les François Pirette, Jean-Marie Bigard ou l'infâme Cyril Hanouna, peuvent aller se rhabiller.

C'est pourtant Thomas qui entame un strip-tease pendant l'ineffable ' Big Bang' , son petit pas de danse coquin a fait glousser les madames derrière toi.

Il est 22:05, les musiciens nous quittent, le conteur nous invite à les applaudir mais aussi à acclamer les différents objets installés sur le podium, un siège anodin devenant un meuble Louis XVI , ce qui lui permet de raconter ' La révolution de salon' qui clôture ce spectacle haut en couleurs.

 

Rideau!

Après quelques instants, l'artiste ressurgit... vous en voulez une autre, encore?

Un Oui sonore,  retentit d'une seule voix, et si on dansait ' La Pachanga' ?

Les amateurs de merengue et de danses latines ont apprécié, comme les Bretons ont craqué pour le jovial  ' Saint-Jean-du- Doigt'.

Nouvelle sortie pour revenir,  ensuite, interpréter 'Le balafré' , un joueur de scie musicale aimant se balader au parc Monceau, là où,  un jour, des promeneurs ont trouvé une bourgeoise coupée en morceaux!

Sur la lancée,  il enchaîne sur l'éloge à la paresse, ' Deux pieds'  suivi par 'Les malheurs du lion' . Cabot, il se lève pour annoncer...vous connaissez la fin, salut!

Le funambule s'éclipse mais Bruxelles connaîtra la fin de l'histoire, comme Zorro, il ressurgit, achève sa fable, invite tous les copains et  termine ce spectacle exceptionnel par 'Louise' .

 

En rentrant chez toi, madame affalée face au petit écran, constate,  tu as l'air heureux, c'était bien?

Bof, il n'a pas joué 'Que l'on est bête' !

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas Fersen à l'Ancienne Belgique- Bruxelles, le 26 avril 2017
Thomas Fersen à l'Ancienne Belgique- Bruxelles, le 26 avril 2017
Thomas Fersen à l'Ancienne Belgique- Bruxelles, le 26 avril 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents