Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 22:04
Rock Nation Festival ( Part two) - Zik-Zak - Ittre, le 18 mars 2017

Rock Nation Festival ( Part two) - Zik-Zak - Ittre, le 18 mars 2017

 

Avec un léger retard sur le timing initial, Nico présente The Synd!

Il y a quatre jours, les Liégeois étaient reçus chez le pape Pierre Paulus pour Génération 21, ils y avaient fait la promo du festival.

Ce soir ces amateurs de Médoc, le vin, pas les pilules, vont fournir la prestation la plus appréciée du festival.

Les syndiqués ont autrefois sévi sous l'étiquette Bleeding Hearts Syndicate, lauréat Puredemo, pour d'obscures raisons, certains ont mentionné Publifin, en 2015, ils deviennent The Synd. Musicalement leur rock touche-à-tout reste super efficace, tu y ajoutes une attention particulière destinée à soigner le look et un brin d'humour surréaliste et tu passes un excellent moment en compagnie de David Lefrançois ( vocals, rhythm gt) , Olivier Rahir ( drums) , Roberto Cimino, pas un malfrat bien connu du côté de Jumet, mais un racé guitariste , et de Sébastien Mentior, le bassiste.

Tout récemment, le combo a sorti un EP 3 titres baptisé ' 136', il n'effectue pas le trajet Anderlues - La Hestre.

Mise en scène Broadway sur fond Paul Anka croonant ' Black Hole Sun'.

Le petit David se débarrasse de sa liquette pour arborer un T-shirt ' Fuck rock'n'roll' très second degré, après ce préambule, ils dépêchent le décapant 'I'll be gone' datant de l'époque BHS.

Le matador lance une intro Danse du Sabre se fondant en ' Dying dream'.

Ensuite vient le single ' Raise you' qui déménage joyeusement, un gars à tes côtés cite Green Day.

' Alcoojazz' sent bon le Nirvana unplugged, il précède ' All to nothing' qui lui nous renvoie vers Placebo.

Le punk bien carré ' This man is free' énerve tes voisins, ...fuck you, imitation... les inspire!

Dans la même veine No Future, ils enchaînent sur' Shot down on the way to hell' et sur ' Lost in Amsterdam' .

Leur discours s'achève par ' This is the band' décrivant tous les périls que tu peux encourir durant le week-end.

On vide le pinard et on vient tailler une bavette, saignante, sans oignons, avec vous.

Sont sympa!

 

Raxola.

Le groupe d'Yves Kengen , Yke Raxola, pas Rexona, connard, à l'époque, fait partie de la première vague du punk belge, leur album de 1978 se vend à des prix fous sur les sites de seconde main.

Split et reformations fugaces caractérisent son histoire, Yves, le journaliste, a traîné chez Sttellla lui qui ne buvait que de la Wiels, et récemment tu l'as croisé au sein des Piglets.

Avant de se retrouver en maison de repos, il remonte Raxola avec de nouveaux potes ( dont Phil Bertran, ex Klang à la guitare/Fab Giacinto à la basse ( Von Durden, Romano Nervoso...) et un autre rescapé de toutes les guerres derrière la batterie) , va sonner chez Thierry Plas qui co-produit un nouvel album 'Guts out'.

Ce soir, Ittre va trembler.

Yke, fringué Rod Stewart époque 'Smiler' , respire la classe et la bonne santé, les punks sexagénaires entament le show par ' Strip on my mind' suivi par l'antique ' Son of a bitch' avec la ligne .. I was born a son of a bitch. I can't explain myself. The point I've reached. I was born a son of a bitch... qu'un jour tu chantonnais dans la cuisine, c'était ton tour de faire la vaisselle, avant que ta maternelle t'en balance une pas douce en pleine poire.

Tu revois les Damned, Generation X , Chelsea et d'autres gloires des mid-seventies.

' Waiting WW 3', c'est quoi WW mémé?

Demande à Trump, Erdogan, Poutine et aux autres marionnettes!

' Come back shoes' précède ' Back on wild' qui a la particularité d'exhiber un guest invisible, puisque Mingus, un hip -hopper sud africain, a raté l'avion devant le parachuter dans le Brabant Wallon, son chant samplé sera lancé par le batteur, vive la technologie qui n'existait pas aux temps héroïques des crachats et pinces de nourrice.

Une belle réussite que ce mariage punk/hip hop, aussi heureux que les Clash s'appuyant sur des sonorités reggae.

Kengen a vendu le Stradivarius mais gardé l'archet.

Oei, ça grince à l'orientale pour amorcer 'Rolling Son' qui évoque le Sensational Alex Harvey Band.

On nous signale qu'il faut restreindre la playlist, donc, on supprime le superflu pour conserver l'essentiel, ' Kill your son' qui a 40 ans et pour prendre congé, en emballage cadeau, voici 'Paranoized'.

Un set ayant enflammé une bonne partie de l'auditoire mais aussi chagriné quelques uns.

 

Il est 21:35', en piste: Z, les protégés de Nico.

Après le Rock for Life de novembre 2016, une deuxième rencontre avec les justiciers du Brabant wallon.

Ils ont une mission, dis- nous, Mr Woody: our mission is to make some fucking noise!

Noddy Holder, right, kid, we can feel it!

La Pub: sortie d'album prévue pour le premier avril, soutenez-nous sur KissKissBankBank.

  1. Tuizir, guitares et backings/ Mich Vrydag ( encore lui!) à la basse./ Matthieu ' Mr Woody' Van Dyck, au chant et Jerry Delmotte à la batterie, ouvrent, comme à Laeken, avec ' I got a mission'.

Bénédicte: il est mignon le chanteur!

Mr Woody ignore les flatteries, ce sont Jerry et Michel qui, en éclaireurs, attaquent 'Diamonds in the rough', un bijou concis.

La playlist annonce ' YYYY'ld' , sur fond wah wah, le chanteur se pose des questions, why, why, why, soudain la plage vire crossover, Bénédicte s'agite!

La suivante est nouvelle: 'Always running', le starter est derrière les caisses.

Faux départ, j'ai plus de son, constate Véronique à la guitare.

Changement de Jack, Z reprend sa course.

RATM est dans le coin, pris d'une petite fatigue Mr Woody se couche sur le podium pour entamer 'Sweet fruit', des agrumes pas pourris.

Tout ça est bien beau, mais Z ne te surprend plus, la machine tourne nickel, mais chez toi, l'émotion est, à présent, absente!

Apparition d'un mégaphone pour ' Right here right now', catalogué blues par le frontman, on hésite sur blues!

Saluons la présence de Black Sabbath, 'War Machine', étant du genre non violent, tu vas t'acheter une saucisse.

Tu reviens, les hostilités semblent terminées, tu entends encore 'No loose behavior' et ' Mozzarella' qui ne convenait pas avec la sauce andalouse dégoulinant de ton pain qui allait faire grimper le taux de cholestérol.

Ittre conquis, toi, un peu moins!

 

Les résultats du contest sont communiqués, tâche ardue pour le jury, Philippe termine 3è, Karma Nova et The H of Horse n'ont pu être départagés, un ex-aequo pour la première place, donc!

 

SteeLover, le groupe que tous les metalleux, chevelus ou chauves, nés avant 1960 et quelques jeunes pousses, attendaient!

Quand on compte en son sein un monsieur affichant une carte de visite mentionnant Scorpions, Such a Noise ou K-West , on attire du monde.

Rudy Lenners est entouré d'autres vétérans: Pat Freson( gt), Nick Gardi ( bs), le chanteur Pheel Coibion et d'un petit jeune John L ( gt et vocals).

Une bande symphonique annonce l'arrivée de SteeLover qui, d'emblée, entre dans le vif du sujet en attaquant ' Need the heat' datant de 1985.

Question chaleur, ils sont servis, la salle est bourrée, il n'y a pas qu' Eugène qui sue, ça sent la bête et la bière, de Londres à Ittre.

' Heartbreaker', suis curieux de savoir combien de groupe ont un titre baptisé ainsi dans leur catalogue.

' Rock  bottle' , tous les plans du hard façon Scorpions, Montrose, UFO, Michael Schenker Group, etc... défilent , guitares viriles, chant puissant et mélodique à la fois, assise rythmique infaillible, avec SteeLover tu replonges au coeur des belles années du hard/heavy, les années 70/80.

Originalité?

Non, classicisme!

Un doublé de guitares, suivi d'une déferlante batterie/basse, entame 'Fire and passion' qui n'a pas usurpé son nom.

Après avoir salué Dante, 'Inferno' , on lâche la bride ' Wild and free' , puis on retourne où ça brule pour prendre des nouvelles de 'Satan sister', une fiction basée sur une histoire vécue, dixit Pheel.

Après 'Speedy's coming' de Scorpions, titre très bien chanté par John L, qui n'est pas une pute, on nous annonce une petite dernière pour la route, 'Forever' .

Rien de neuf sous les ponts, la rivière charrie tous les poncifs du genre, c'est ce que demandaient les fans qui obtiennent un bis, que tu écoutes d'une oreille distraite, accoudé au comptoir.

 

La Polizia, tu évites, tu avais déjà trop bu et on annonçait des contrôles d'alcoolémie à Tubize.

 

Bye, bye Ittre, bravo à Nico, Annick, Manu et tous les autres, votre premier festival a comblé les plus difficiles!

 

photos- ManuGo ( concert monkey)

 

 

 


 

 

Rock Nation Festival ( Part two) - Zik-Zak - Ittre, le 18 mars 2017
Rock Nation Festival ( Part two) - Zik-Zak - Ittre, le 18 mars 2017
Rock Nation Festival ( Part two) - Zik-Zak - Ittre, le 18 mars 2017
Rock Nation Festival ( Part two) - Zik-Zak - Ittre, le 18 mars 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - ManuGo - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents