Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 11:58
Wallis Bird - Sam Vance-Law au Witloof Bar du Botanique - Bruxelles, le 26 février 2017

Wallis Bird - Sam Vance-Law  au Witloof Bar du Botanique - Bruxelles, le 26 février 2017

 

Wallis Bird est un drôle d'oiseau au plumage ébouriffé, ce zozio, zozo, rit, pleure, s'agite, suinte, raconte des boniments et compose des chansons incisives, dimanche dernier, Wallisimo l'Irlandaise, a mis tout le Witloof à genoux , l'a éclaboussé de son talent et de sa bonne humeur communicative.

Un grand concert !

 

La soirée avait déjà débuté sous d'heureux auspices avec la prestation colorée de Sam Vance-Law, un artiste canadien devenu ich bin ein Berliner, ville dans laquelle il s'est trouvé des affinités avec les dandies de Get Well Soon.

Sam fait partie du band de Miss Bird, en début de set il est accompagné par Emma Greenfield, également membre du club, au cornet, percussions et backing vocals, plus tard, le bruxellois d'origine irlandaise, Aidan, se joindra au duo, à la guitare et au sax, Sam, quant à lui, croone, joue du piano et du violon.

En français, accent patate chaude: il y a dix minutes j'étais perdu dans votre ville magnifique, je m'appelle Sam, j'ai 13 ans, je ne parle pas le français, sorry!

Sam's debut, ' Homotopia' est prévu pour bientôt.

Tu dis, Elio?

Tu aimes le titre, Sam est spirituel, c'est pas comme certains de tes collègues!

Au piano, il lance ' Wanted to' ( à vérifier), à l'arrière la délicieuse Emma l'accompagne au bugle.

Cette valse élégante évoque effectivement le monde de Konstantin Gropper ou celui de The Divine Comedy.

Next one is another chill song, it is called ' Isle of  Man' ....it's a secret place where I live my fantasies... romantisme accentué par la trompette pâteuse.

Joli!

Voilà Aidan, à la guitare, Sam saisit un violon pour amorcer 'Gaybe', au choix un bébé ayant deux papas ou deux mamans.

Il ne manque pas d'humour cet élégant trentenaire qui propose ' Let's get married'.

 S'adresse-t-il à JP ou à toi, who knows?

Il en reste une.

Une seule, le public est déçu!

Oui, il paraît qu'une certaine Wallis Bird joue après nous.

En cette période de carnaval tout le monde se déguise, un petit moustachu, styla la bande à Bonnot, prend place derrière les caisses, qu'il/elle tabasse joyeusement pendant  ce slow forain qui clôture un show distrayant de 20' à peine.

A 13 ans, on ne doit pas brûler la chandelle par les deux bouts!

 

 Wallis Bird

Le cinquième album ' Home' ( analysé précédemment) est sorti fin 2016,  et depuis novembre, l'oisillon a quitté son nid douillet pour aller le présenter aux quatre coins du globe, ce qui nous vaut une halte bruxelloise au Witloof, peuplé à 75% d'expats.

Bonsoir, bonsoir, the wine is fine, let's have a good time!

Des promesses électorales tenues, c'est rare!

Accompagnée par toute l'équipe vue il y a 25', Aidan à la clarinette basse, ce coup-ci,  Wallis engage le set avec le chant choral ' Love', sur lequel elle a plaqué ' The deep reveal' , un gospel fragile.

Après ce démarrage relativement sage elle annonce...I wanna see you shake your body, Brussels... message bien capté par une jolie voisine, ' Fantasy'  remue à la manière de Sheila E, du white funk salement agité!

A l'acoustique, 'The Circle', de 2007, is a song about friendship qui se fond dans 'That leads the way' , nettement plus épique et enjoué avec ces battements de mains fébriles.

Nouvel enchaînement sans pause, ' I can be your man' un doo wop/gospel vaudou/ tribal  entamé a capella , Herr Professor en beatboxing, Emma aux percus, Bruxelles aux handclaps.

Une bête de scène, la petite Wallis!

Elle s'en va jouer le single 'Change' au piano et le chante avec ses tripes.

La setlist semble abandonnée, le moineau  reste derrière les touches et propose la ballade baroque pop  ' Seasons' qui en principe devait achever le show.

Un grand moment lorsque solo, la Berlinoise adoptée, expose 'Home', toute la crypte tremble avec elle, sauf  deux ou trois  trublions tapageurs,  installés au bar,  auxquels Aidan va demander le silence.

Après ces  minutes sérieuses, le naturel espiègle de l'enfant refait surface, pour rire elle entame' Eye of the tiger' puis ' Oops, I did it again' avant qu'un plaisantin ne hurle ' Shaft' et qu'elle éclate de rire en se tapant les cuisses comme un hussard revenu de Russie.

Revenons aux choses sérieuses avec le rock rocailleux  ' Control' , tellement allumé qu'elle brise une corde.

Une bonne âme dans le public tient à rafistoler l'instrument, Wallis a reçu une roue de rechange et amorce une version débridée de  ' Teardrop' .

Après ce fait d'armes, Bruxelles a droit à un salut de gladiateurs, les combattants quittent l'arène avant de revenir pour les bis.

 

Quelques savoureuses anecdotes concernant son passé de joueuse de foot précèdent le singalong ' To my bones', un Celtic rock tellement délirant qu'une seconde corde rend l'âme.

C'est à quatre derrière un micro pour interpréter ' In dictum' a capella que s'achève un des concerts les plus énergiques de ce début 2017.

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

Wallis Bird - Sam Vance-Law au Witloof Bar du Botanique - Bruxelles, le 26 février 2017
Wallis Bird - Sam Vance-Law au Witloof Bar du Botanique - Bruxelles, le 26 février 2017
Wallis Bird - Sam Vance-Law au Witloof Bar du Botanique - Bruxelles, le 26 février 2017
Wallis Bird - Sam Vance-Law au Witloof Bar du Botanique - Bruxelles, le 26 février 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by michel- jp daniels - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents