Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 13:37
PIY Punkrock Karaoke in Hamburg - Gängeviertel - Februar 4 2017

PIY Punkrock Karaoke in Hamburg - Gängeviertel - Februar 4 2017

 

Charles Eloy

 

Hambourg, une ville portuaire dans le nord de l'Allemagne, a toujours été ouverte à d'autres cultures. Dans les années septante, elle a été le centre du mouvement punk en Allemagne.

Durant la période du mois d'août 1960 au mois de décembre 1962, The Beatles se sont produits dans différents clubs de Hambourg.

Une citation de John Lennon "I was born in Liverpool, but I became an adult in Hamburg"

 

Ce soir, nous sommes dans le quartier Gängeviertel, - entouré de hautes constructions en béton -résistant aux pressions des promoteurs immobiliers et conservant son âme. Des visiteurs du monde entier sont venus pour des expositions, des concerts ou discuter du développement urbain. Les habitants se battent pour continuer à vivre dans leur quartier en rénovant les anciens bâtiments afin de les sauver de la démolition.

Les artistes et militants politiques ont choisi ce quartier, habité au 18e siècle par la classe ouvrière.

 

Il y a un parallèle entre la musique punk et Gängeviertel. En effet, le mouvement punk trouve ses racines dans la classe ouvrière des années soixante, récupéré par Malcom McLaren, le manager et la tête pensante du groupe The Sex Pistols. Malcom McLaren a été influencé par l'organisation Situationist International, (créée en 1957 et dissoute en 1972), de révolutionnaires sociaux, d'artistes d'avant-garde, d'intellectuels et de théoriciens politiques (anti-marxisme autoritaire et critique du capitalisme).

L'événement de ce soir, un concert PIY - Punkrock Karaoke.Un groupe de trois musiciens accompagne les chanteurs, faisant partie du public. Such dir deinen Lieblingspunkrocksong aus und lass gemeinsam die Bühne rocken: Wir spielen - Du Singst! Un principe simple, ils jouent, et vous chantez.

En Allemagne, c'est une culture, car ce groupe tourne dans tout le pays. Leurs fans qui participent aux concerts ou partagent la scène sont souvent présents.

Il est annoncé " Nazipisser, homophobe/sexistische Arshlöler müssen draussen bleiben". La communauté du quartier Gängeviertel est tolérante. Exit les extrémistes de tous genres. Un exemple de démocratie: l'entrée au concert est gratuite et les consommateurs paient les boissons selon leurs moyens afin de ne pas défavoriser les plus démunis.

 

Une jeune dame chante "American Idiot", une reprise du groupe américain Green Day. Cette chanson hautement patriotique a été publiée en 2004 en réaction contre l'administration G.Bush.

  1. de la chanson nous met en garde contre la manipulation par les émissions de téléréalité, les annonces commerciales. Green Day reprend le flambeau avant l'élection de Donald Trump.

Quelques extraits de la chanson qui sont d'actualité.

"I'm not a part of a redneck agenda". Donald Trump, qui a fait partie d'une émission de téléréalité "The Apprentice" sur NBC, s'appuie sur les électeurs républicains dont une partie sont des rednecks, habitants des campagnes américaines, vivant parfois dans des situations précaires.

" Maybe I'm the faggot America". Mike Pence, le vice-président et adversaire des droits LGBT, est à l'origine, dans l'état de Indiana, de la RFRA ( Religious freedom restoration act). Cette loi permet aux entreprises de refuser leurs services aux personnes homosexuelles ou transsexuelles en invoquant leurs convictions religieuses.

Le punk et les styles dérivés, ce n'est pas seulement le look, c'est également les idées et une critique de la société.

 

Après chaque prestation, les chanteuses et chanteurs sont récompensés par un "Belohnungs-Shot", une liqueur. Prosit.

 

Voilà un punk hybride qui confirme la théorie de l'évolution de Darwin. C'est un croisement entre Iggy Pop en Johnny Rotten des Sex Pistols. Il a enlevé sa chemise et son pantalon a glissé quelques centimètres dévoilant la partie supérieure de son caleçon. Ses cheveux colorés en orange sont dressés, un fort symbole visuel de l'attitude jusqu'au-boutiste des punks. Ses compères tatoués à crête iroquoise (les deux côtés de la tête rasés à ras et les cheveux restant longs, dressés au milieu) s'agitent dans la salle, une bouteille de bière à la main. Prosit.

 

Il nous chante "Search and Destroy" (rechercher et détruire). C'est une chanson écrite par Iggy Pop des Stooges de leur album Raw Power sorti en 1973.

 

"Search and Destroy" était un type de mission tactique utilisée par l'armée américaine lors de la guerre du Viêtnam (1955-1975).

 

 

 

Après deux heures de concert, dont dix minutes à remplacer les cordes de guitare cassées, suit une pause d'un quart d'heure. Le temps de fumer une cigarette.

 

Je suis assis dans les fauteuils. Hannah, une blonde, comme beaucoup de filles dans le nord de l'Allemagne, me demande "As-tu vu Tommy". Je lui réponds "Nein". Elle me dit " je le vois derrière toi. Tommy, c'est mon fantôme".

 

Une lacune dans ma culture. En Belgique, ils ont les anges (e.g. Zusterklooster en meisjesschool van de Heilige Engelen) et les Diables Rouges de leur équipe nationale de football, en Transylvanie le vampire Dracula et en Allemagne des fantômes (Geisten).

 

 

 

 

 

Un groupe d'étudiants de Hambourg a rencontré un interprète nomade Charles Elliot hors d'une jam dans la salle de spectacle dans l'auberge de jeunesse Art Hostel à Sofia (Bulgarie).

 

Ils l'ont invité à la soirée punk karaoké live à Hambourg. Les jeunes entre 20- 30 ans étaient agréablement surpris de voir sur scène un rescapé des années septante en pleine forme. Il chante d'une voix enrouée et bondit sur la scène durant le refrain de "Should I stay or should I go" du groupe britannique The Clash. Le volume du micro est trop faible, mais Charles, coiffé d'un bonnet de marin scandinave, persiste. The show must go on et les spectateurs lui en sont reconnaissants.

 

Il harangue le public "cause I want to be anarchy, it's the only way to be" dans la chanson "Anarchy in the UK" des Sex Pistols. Prosit. Sorry, brexit.

 

 

 

La blondine Hannah est heureuse, elle a retrouvé son fantôme Tommy. Rassurée, elle monte sur scène, accompagnée d'une amie et elles chantent en allemand. Danke! Je n'ai rien compris, mais la foule est en délire. Les spectateurs se bousculent gentiment.

 

Elles restent sur scène, bouteille à la main (prosit),en compagnie d’autres interprètes, pour terminer le concert qui a duré plus de quatre heures.

 

 

 

 

 

Le punk des années septante est mort, mais l'esprit du mouvement, proche des réalités et de la vie sociale, persiste.

 

Punk is dead, long live punk

 

PIY Punkrock Karaoke in Hamburg - Gängeviertel - Februar 4 2017
PIY Punkrock Karaoke in Hamburg - Gängeviertel - Februar 4 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by charles eloy - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents