Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 15:11
Izzy Bizu, Dom McAllister à l'Orangerie du Botanique,Bruxelles, le 17 février 2017

Izzy Bizu, Dom McAllister  à l'Orangerie du Botanique,Bruxelles, le 17 février 2017

 

Le panneau Sold Out s'affiche à l'entrée, l'écran prévient :

Portes: 19:30'

Dom McAllister: 20:00

Izzy Bizu: 21:00

 

Les portes s'ouvriront à 19:35', près du bar on sent toute l'Orangerie vaciller aux sons de basses tonitruantes, le mec à la table est malade, avance un mec dans la queue, ce n'est pas le cas, lorsque, enfin, Ali Baba prononce la formule magique et que JP se rue frontstage, on distingue, une casquette, rouge, s'employant à pratiquer avec plus ou moins  de bonheur l'art du deejaying.

Pour nous c'est clair, finie la comédie, les mecs concentrés sur leurs manettes et platines ne valent pas deux lignes, donc on scrute l'horizon en contemplant les jeunes filles, fort nombreuses, garnissant l'Orangerie.

Quoi, si j'ai reconnu un titre?

Une version goulash de ' Clint Eastwood' accouplée à ' No diggity'.

A 19:58, le bidouilleur manipulait toujours ses joujoux , quand Dom McAllister  se pointe, accompagné par un musicien se chargeant du programming et des synthés.

Dom McAllister n'est pas roux, ne joue pas au foot, ne porte pas le kilt et ne boit pas de pure malt au goulot, ce jeune homme, courtois, chante.

La notice du Bota le qualifie de précoce, à 22 ans Mozart avait déjà composé une douzaine d'opéras, cinq ou six symphonies, 42 sonates et 6 ou 7 oeuvres sacrées!

Le jeune homme, lui,  a  sorti une paire de singles et prépare un EP, pour lequel il n'a pas encore imaginé de titres, vos propositions sont les bienvenues.

Genre?

Soulful pop parsemée d'electronica et de r'n'b lisse.

Il démarre le set par un midtempo soyeux, il te faut 3 minutes pour t'habituer à la voix de fausset de Dom, les gens qui avancent un rapprochement avec Jamie Woon n'ont pas tout à fait tort.

Une fois que tes pavillons se sont accoutumés à ce chant castré, tu te rends compte que le garçon, et son acolyte, ne manquent pas de talent.

Ils enchaînent sur une ballade soul diluée, au potentiel radiophonique évident, pour ensuite proposer un mash up de  ' Luv'/  I know there's gonna be (Good Times) pour lequel Dom s'est mis à gratter une guitare.

Dans la même veine qu' Ed Sheeran, le duo nous propose encore trois titres de soul sophistiquée, sinueuse et décontractée dont ' Walking' et ' In time' audibles sur soundcloud.

Au fond, des gens tels que James Ingram ou Dobie Gray, dans les seventies/eighties, avaient ouvert la voie à cette veine de r'n'b édulcoré, seulement à l'époque l'electonica était inexistante!

 

Retour de DJ Anonymous, plus de trente minutes de crossfading n'intéressant que lui, à 20:57', la PA met abruptement fin à ses manoeuvres... pas content, il était!

 

Encore un peu de patience avant l'arrivée d' Isobel Beardshaw , alias Izzy Bizu, BBC Introducing artist of the year en 2016.

En été, Izzy passait au Pukkelpop, le 2 septembre paraissait son premier full CD, 'A moment of madness', il était logique que son passage au Bota fasse salle comble.

Une salle garnie de lanternes empruntées à Madame Claude, de coussins et de tapis achetés  le matin même place Liedts.

Izzy est accompagnée par trois musiciens compétents, un drummer puissant, un gars se chargeant des claviers/synthés et son copain  Mika Barroux, avec lequel elle a composé plusieurs titres, à la guitare, basse ou clavier.

Un mot sur le physique de la dame, on l' a vue au naturel avant le show, maquillée et coiffée sur scène, dans les deux cas c'est le genre de personne pour lequel les hommes se retournent en la croisant.

Un taupe-model?

Oui, et doublé d'une voix à faire frémir le barbare le plus sanguinaire!

' Diamond', le titre étrennant l'album, inaugure le show.

Une plage sereine rappelant la grâce d'une certaine Sade, la voix veloutée t'enrobe comme la couche de chocolat enveloppe le caramel d'un chokotoff.

' Fly with your eyes closed' s'avère tout aussi sophistiqué et attrayant.

Mika troque la guitare pour une basse, le breezy ' Naïve soul'  séduit, seul regret l'absence de choristes, les backings sont samplés,  et de section de cuivres.

Surprise lorsque l'accorte demoiselle s'adresse au public, elle semble introvertie, intimidée, la voix est chétive et peu perceptible, ce n'est plus le cas en attaquant le groovy ' Skinny' qui balance agréablement;

Si vous le permettez je me débarrasse de ces encombrantes chaussures, elle sourit, le band a entamé 'Adam and Eve' décoré d'un solo de guitare pas débile.

Le fantôme d'Amy Winehouse surgit!

' What makes you happy' jouit d'une intro bluesy et c'est à ' It's a man's, man's man's  world' que bizarrement ton cerveau s'accroche.

En mode slow, ' Circles' puis la ballade guitare/voix ' Confession song', nous prouvent que mademoiselle Izzy a plus d'une corde à son arc.

Le côté jazzy de la composition et le timbre de la séduisante chanteuse évoquent Minnie Riperton, disparue bien trop tôt!

Retour au r'n'b avec ' Lost paradise' porté par un orgue sautillant , 'Open to you' succède à cette plage irrésistible.

Quelques minauderies avant' Talking to you', le dernier single.

Une voix s'élève pour lui rappeler qu'elle a été choisie pour assurer l'avant-programme de la prochaine tournée de Coldplay, elle confirme et attaque  le sirupeux ' Sweet like honey' .

Une batterie guerrière amorce ' Give me love', un uptempo bien enlevé...gimme love, gimme love... Bruxelles lui en donne à profusion.

Confidence: avec les musiciens, on vivait tous sous le même toit, ce qui explique la grande complicité, ' Mad behaviour' a été écrit avec le petit Frenchie, Mika!

Le tube  ' White  tiger', repris par la chorale locale,  achève le set normal.

 

L'ovation répond aux attentes, la clique rapplique.

Izzy et le batteur qui a reçu la basse vont s'asseoir aux pieds du drum kit, avant d'entamer les rappels, Izzy gratifie Bruxelles d'une version a capella de 'Fool's Gold' titre qu'elle avait enregistré en 2013 sur le EP  'Coolbeanz', puis vient le jazzy  ' Floating lamps'    et sa gymnastique vocale audacieuse.

La fête prend fin avec ' I know'  une dernière plage extraite de l'album!

 

La tournée se poursuit aux Pays-Bas et en Allemagne!

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Izzy Bizu, Dom McAllister à l'Orangerie du Botanique,Bruxelles, le 17 février 2017
Izzy Bizu, Dom McAllister à l'Orangerie du Botanique,Bruxelles, le 17 février 2017
Izzy Bizu, Dom McAllister à l'Orangerie du Botanique,Bruxelles, le 17 février 2017
Izzy Bizu, Dom McAllister à l'Orangerie du Botanique,Bruxelles, le 17 février 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents