Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 15:40
Boss Hog + Id!ots - Het Depot - Leuven, le 6 février 2017

Boss Hog + Id!ots - Het Depot - Leuven, le 6 février 2017

 

Husband and wife, Jon Spencer  and Cristina Martinez, se retrouvent sur scène au sein de Boss Hog depuis 1989, leur dernier album ' Whiteout' datait de 2000, quant à leurs prestations scéniques, elles sont tout aussi rares, il leur arrive d'insérer un hiatus de huit ans avant de remonter sur un podium.

En 2017, monsieur Pussy Galore, Heavy Trash, Jon Spencer Blues Explosion et son ombrageuse  madame ( Pussy Galore, The Honeymoon Killers) décident de mettre fin à leur longue léthargie, ils vont sortir un EP ( Brood X) et partent sillonner les routes.

Evénement rare à ne manquer sous aucun prétexte!

 

Peter Verstraelen a envoyé Id!ots comme avant-programme, pas couillon comme idée.

T'avais eu l'occasion de voir ces jeunes gens posés au festival Tropiscala à Overijse durant l'été, depuis lors ils sont encore plus sensés et ont pondu une seconde oeuvre, intelligemment baptisée, ' II'.

 

 

Luc Dufourmont: Dames en Heren, wij zijn idiots, dag Rik, dag Frans, salut Abdel, Hello Angèle, et toi, t'es qui, je te connais pas?

Le comédien a l'air en pleine forme, ses auxiliaires,  Dick Descamps, le cousin de Soeur Sourire, le petit Wouter Spaens et  topless Tom Denolf, le sont aussi.

Le Depot va trembler!

Feu!

' Crossing borders' , t'as l'impression qu'un des volcans, endormi, d' Auvergne a repris son activité et bien que nous soyons éloignés de 700 km de l'épicentre, on l'entend gronder à nos portes!

Wouter fait honneur à l'étiquette de guitar hero et gratifie l'assistance d'un premier numéro cabriolant.

' Pakistan' , imagine les Hives fricotant avec un glam rock band des seventies, oublie les paillettes et les talons compensés, ce truc secoue salement.

Dufourmont annonce un retour à l'âge de pierre avec ' Backk', c'était l'époque où  l'homme des cavernes draguait une nana, l'assommait et la traînait par les cheveux avant de lui faire son affaire.

A Lascaux, ils ont applaudi!

Put on your red shoes, baby: '  Id!ots Dance', une basse destructrice te balance un fucking beat , tandis que l'animal derrière les fûts frappe comme un malade, c'est du lourd!

Je m'envoie une rasade de Brandy après tous ces efforts and let's go disco, euh, disto!

Je digère moins la gnôle qu'avant, je place un petit rot et puis on attaque '60 miles' , en passant j'admire un cimetière, ensuite je reprends mon chemin de croix!

' Bricks to dust' est entamé en mode vaudou avant d'exploser en chemin.

Wouter, menneke, que pasa, t'as des problèmes de câblage?

C'est réglé, bompa!

Fijn, on envoie ' Mosquito', et je me transforme en fontana de Trevi, les touristes adorent!

Débile.

Qui, moi?

T'es sourd, ik zei ' The bill' .

Je peux avoir la souche TVA?

Il est 20:55, alleï, encore une, ' Albania' fait 5'31"!

On s'amuse, non, les gars de Boss Hog sont toujours chez la maquilleuse, on vous envoie le chaotique  ' Norton' avant d'aller écluser deux ou trois fûts de Stella!

Avec Id!ots pas de guirlandes, ni de baratin, mais du bon vieux rock'n'roll qui te file la patate!

 

Avec 5 petites minutes de retard:  Boss Hog!

 Au chant, Cristina Martinez ( there was a time she used to be a sex symbol, vise les pochettes d'albums...  tout le monde vieillit, elle a peinturluré le contour de ses yeux, un méchant journaliste de sa majesté parle de poches) - guitares, vocaux:  Jon Spencer - Hollis Queens aux  drums et  secondes voix - Jens Jurgensen à la basse  et Mickey Finn aux keys.

Eclairage anecdotique, les nombreux photographes râlent et démarrage avec 'Wichita Grey' , du punk/thrash/garage/blues bien crasseux, celui auquel les New-Yorkais nous ont habitués.

' Winn Coma', même recette, madame se paye des poses lascives à hauteur du premier rang.

Ils enchaînent sur ' Trouble',  une bombe extraite de 'Whiteout'. Tu la crois quand elle scande ....I can't stand it..

Du coup elle se colle au micro et envoie ' Black eyes' prévu pour le prochain album, son mec participe au dialogue conjugal.

' Ground control' et sa vision apocalyptique des States en 2017 suit, puis vient une plongée en 1995 avec le noisy  'Strawberry' .

Se succèdent, le carré et saturé 'Disgrace'  et la chanson d'amour des débuts  ' Gerard'.

Se flanquer la tête contre un projo, ça ne fait pas du bien.

Euh, Leuven,  on est quel jour?

Lundi!

C'est pas Halloween, vous auriez pu vous raser et changer de chemises, merde, ça craint!

Une autre nouveauté, la longue plage 'Formula X'  pendant laquelle Cristina disparaît, on la voit dans la fosse, elle ne parvient pas à regagner le podium, Jon part à sa recherche, nous bouscule, mais la coquine a ressurgi sur scène et attend le pisteur.

Après cette saynète domestique le concert reprend son fil avec le hit ' I idolize you' .

Shit, mon micro a rendu l'âme, it is as dead as is America!

Tiens, une autre babiole!

' Whiteout' magnifiquement chanté par Hollis Queens sera un des points forts du concert , il est suivi par le salement thrash ' Sugar bunny' .

' Signal' et l'intense ' Elevator' terminent le set normal de 55'.

 

 

Retour de la volcanique Cristina et de sa clique.

On se fait un staring contest?

 Toi, fixe -moi dans les yeux,..t'as triché, tu sors!

La setlist ne prévoyait aucun rappel, Louvain a été gâté, cinq titres en rab,  dont 'Itchy and scratchy',  le barbare  ' Count me out' et son orgue crapuleux, 'Billy' ou  '17' du nouvel album, Cristina se tire, les autres à leur tour, sans prononcer un mot,  disparaissent, la salle commence à se vider, quand contre toute attente,  Boss Hog refait surface pour balancer une dernière salve.

 

Certains ont trouvé le concert un peu mou, pourri même, faut pas exagérer, en 2017 Boss Hog tient toujours la route et  leur show garde un côté subversif et sexy.

Ils sont en France jusqu'au 11 février!

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

 

Boss Hog + Id!ots - Het Depot - Leuven, le 6 février 2017
Boss Hog + Id!ots - Het Depot - Leuven, le 6 février 2017
Boss Hog + Id!ots - Het Depot - Leuven, le 6 février 2017
Boss Hog + Id!ots - Het Depot - Leuven, le 6 février 2017
Boss Hog + Id!ots - Het Depot - Leuven, le 6 février 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents