Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 08:37
Pendulum Reunion Band - Toogenblik- Haren - 27 janvier 2017

 Pendulum Reunion Band - Toogenblik- Haren - 27 janvier 2017

 

Concert de Pendulum Reunion Band au Toogenblik le 27 janvier 2017.

Chronique et reportage photos Margaret et Pierrot Destrebecq-King.

 

 Pendulum, ce band des années 70 a, sous l’impulsion de Serge Demol, décidé de se reformer pour un concert « unique » sous la dénomination de « Reunion Band », ce qui laissait à supposer qu’après ce concert-là, chacun repartirait de son côté.

Mais la passion de la musique en a décidé autrement et les 7 musiciens ont continué à se voir, à répéter ensemble et à produire des concerts dont celui de ce soir. Présenté par Guido Mommaerts, le Band monte sur une scène surchargée d’instruments.

Chacun doit trouver sa place, d’abord Jan Schoevaert qui doit se glisser derrière ses fûts, puis Marc Loos va fermer le passage pour rejoindre sa double bass qui heureusement a laissé sa caisse au vestiaire, faute de quoi il ne passait plus.

Occupe aussi l’arrière de la scène, le sympathique et humoristique guitariste et chanteur d’Outre-Manche Simon Shrimpton-Smith. Viennent enfin les quatre membres qui vont occuper l’avant de la scène, à savoir le guitariste chanteur Anthony Aussems, l’un des membres d’origine du Pendulum de 1967, Marcel Schraepen, guitariste et chanteur, Michel De Smet, le magicien de l’archet avec son fiddle et ses bottes rouges (these boots are made for singing, not walking) et pour fermer cette boîte à musique, la clef d’or en la personne de Serge Demol, Le Chanteur en titre de Pendulum, membre fondateur et moteur des diverses reformations. Mise en voix avec « Garden Party », un titre de Ricky Nelson de 1972 qui nous plonge tout à coup et pour la deuxième fois dans l’obscurité, (est-ce un signe que la suite va faire péter les plombs à l’assistance ?) suivi de « Mama Tried » (Merle Haggard 1968) pour nous rappeler que hormis quelques compositions personnelles, le groupe est surtout un cover band amoureux des Byrds, des Eagles, de CSN, de la musique Country et surtout des belles harmonies vocales qu’ils vont reproduire tout au long de leurs deux sets acoustiques. “Teach Your Children” nous donne des frissons tout comme “Crying In The Rain” des Everly Brothers. Arrive ensuite “It’s A Beautiful Day”, LE hit de Pendulum composé par Serge, tube qui n’a pas pris une ride et met de la joie au cœur du public qui soit dit en passant n’est plus tout jeune et doit avoir entendu ce morceau dans le temps sur « la TSF » ou dans « son transistor ». Nous repartons planer avec les Aigles pour « Peaceful Easy Feeling » puis retrouvons les sonorités Country de Bob Dylan et des Byrds avec un tribute to Merle Haggard décédé l’an passé et pour terminer ce premier set, un titre de Hal Ketchum de 1991 composé par Pat Alger et Hank DeVito, « Small Town Saturday Night ». Le temps d’aller se rincer les mains pour les Boys et se repoudrer le nez pour les Girls, n’oublions quand même pas que Toogenblik est aussi un peu un débit de boisson même si on y débite surtout des décibels, et voilà le Rubik's Cube qui se remet en place, chacun coincé sur son décimètre carré et qui pour bien caler tout ça propose un « All Shook Up » d’enfer. John Parr est revisité avec « Restless Heart » et puis on s’envoie un « Tequila Sunrise » histoire de se mettre en condition pour déguster un « Blues Stay Away From Me » des Delmore Brothers et un CSN absolument sans espoir. Après nous avoir demandé de ne pas les laisser tomber en hommage à Gerry Rafferty et Stealers Wheel, ils nous commandent deux bouteilles de vin supplémentaires, à l’origine chanté par Emmylou Harris, confirmant ensuite que le « Country Is In My Genes » de The Broken Circle Breakdown. Un petit coucou à Steve Earle avec « Galway Girl » et nous reprenons notre envol avec les Aigles pour les deux derniers morceaux de ce set. Bon ce n’est pas tout ça, le public en veut encore et ces gaillards aiment ce qu’ils font alors ils vont nous gratifier, tenez-vous bien, de 5 titres en rappel mettant en lumière les artistes qu’ils aiment dont Townes Van Zand avec « If I Needed You », Gene Pitney avec « Hello Mary Lou », les Everly Brothers avec “When Will I Be Loved”, Linda Ronstadt avec “It’s So Easy” et… Pendulum pour ‘It’s A Beautiful Day” et vraiment nous avons passé un très bon moment en leur compagnie.

 

 

Set list : Part one: Garden Party Mama Tried Teach Your Children Crying In The Rain It’s A Beautiful Day Peaceful Easy Feeling Mr Tambourine Man Ballad Of Easy Rider Wasn’t Born To Follow White Line Fever Small Town Saturday Night

 

 Part Two: All Shook Up Restless Heart Tequila Sunrise Blues Stay Away From Me Helplessly Hoping Don’t Give Up On Me 2 More Bottles Of Wine Country In My Genes Galway Girl How Long Take It Easy Encore If I Needed You Hello Marylou When Will I Be Loved It’s So Easy It’s A Beautiful Day

Pendulum Reunion Band - Toogenblik- Haren - 27 janvier 2017
Pendulum Reunion Band - Toogenblik- Haren - 27 janvier 2017
Pendulum Reunion Band - Toogenblik- Haren - 27 janvier 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Margaret et Pierrot Destrebecq-King. - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents