Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 18:50
Lou Rhodes à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 novembre 2016

Lou Rhodes à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 novembre 2016

 

La foule ne se pressait pas sur les gradins de la Rotonde pour accueillir l' amène chanteuse de Lamb, Miss Lou Rhodes, venue à Bruxelles présenter son quatrième album solo 'theyesandeye'.

Pas de support prévu au programme, la délicate jeune personne, modèle idéal pour David Hamilton, fringuée post Woodstock, se montre à 20:25', accompagnée par deux musiciens touche-à- tout, Quinta ( violon, viola, harpe, claviers, scie musicale et backings aériens) et Ian Kellett ( drums, bodhran, basse, guitare, claviers, backings), ce barbu a apporté sa contribution aux travaux de Guy Garvey,  The Magic Numbers,  Tim Burgess, Suggs, Ed Harcourt, Emiliana Torrini, The Duke Spirit, Piney Gir, Howe Gelb et de quelques autres artistes pas cons!

The Observer ne tarit pas d'éloges dans sa critique du dernier album de la native de Manchester, lui attribuant quatre étoiles et indiquant  "Hazy and mellifluous, theyesandeye possesses a Nick Drake-like attention to detail.”.

C'est par ' All the birds' que le trio entame le récital, Quinta confectionnant des cris d'oiseau marins en détresse en faisant grincer le violon, l'acoustique de Lou, jouée en arpèges,  répond aux piaillements aigus.

Arrangements soignés, voix cristalline, préciosité et grâce, la soirée sera sous le signe du folk aérien!

Brussels, you are very polite, thank you, ce soir vous entendrez pas mal de nouvelles compositions mais aussi des chansons plus anciennes comme l'intimiste 'There for the taking', interprété sans batterie.

J'ai pris froid, il faut que je ménage mes cordes vocales, l'intendance m'a préparé du thé au gingembre, c'est plus efficace que du gin.

Quinta va chatouiller la harpe pour ' Hope and glory', Ian  tapote les blanches et  les noires.

 Lou, après avoir remis de l'ordre dans se coiffure sisters Brontë, entame la suivante invitant les gens à prendre leurs responsabilités au lieu de constamment  se plaindre, 'Them'.

L'humeur reste à la sophistication avec le séraphique  ' Angels', une cover du groupe xx,  , les anges dépeints par l'aimable jeune personne ne sont ni replets, comme ceux que tu retrouves chez Rubens, ni rebelles comme chez Pieter Bruegel l'ancien, ils ont l'attrait des putti de Raphaël.

Je vous propose une plage tiède par ces temps frileux, it is called 'All I need'.

Candide et charmant.

' Each moment new' figure sur son premier LP et n'a pas pris une ride, le titre est même plus rythmé que les compositions plus récentes.

Merci, dank u, Brussels, pas de polémiques, I don't know if it must happen in French or in Flemish, donc je poursuis in English. Avec 'Never forget', un titre proche des efforts d'une Janis Ian ou d'une Carole King, on replonge dans la lecture de 'theyesandeye'.

D'après elle 'Full moon' affecte plus le sexe faible, attention ce 14 novembre super lune, ne quittez pas le ciel des yeux!

Quinta  agrippe la scie, la frappe gentiment avec une baguette piquée au garçon, Lou a entamé 'Circle song'.

Guy baille et  se plaint de la relative uniformité, du manque de relief, de la représentation, il n'a pas tort, trop de perfection peut engendrer une certaine lassitude.

Le set demeure agréable sans remuer les entrailles, Lou propose un extrait de 'Bloom',  la plage 'Rain' qui nous rappelle certains titres d'America.

' Sea organ' puis 'Magic ride', sans l'apport de Ian, Lou au piano,  nous conduisent au terme d'un set de 50' .

 

Le temps d'accorder les guitares et le trio réapparaît pour les bis.

Elle accroche quelques clochettes à une cheville et amorce 'Sun and moon', un morceau que Ian n'apprécie pas trop car on lui a refilé une minuscule boîte à musique de style componium.

Lou Rhodes, d'un sourire des plus British, enchaîne sur 'Tremble' présentant des  charmes discrets d'une bourgeoisie d'une autre époque.

Pour ceux qui ont connu les années 60, voici une cover du Jefferson Airplane, 'White rabbitt', qui garde toute sa saveur dans la version de Miss Rhodes.

Pas question de vous envoyer au lit après ce trip psychédélique, on termine par une berceuse ' Sister moon' .

 

La tournée européenne se poursuit jusqu'au 12 novembre!

 

photos- jp daniels- concert monkey

 

 

Lou Rhodes à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 novembre 2016
Lou Rhodes à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 novembre 2016
Lou Rhodes à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 novembre 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by michel- jp daniels - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents