Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 20:16
Jenny Hval - Olga Bell, Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 21 octobre 2016

Jenny Hval - Olga Bell, Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 21 octobre 2016

 

Bruxelles, le 21 octobre: sommet européen, comme toujours synonyme d'embarras de circulation.

Ancienne Belgique le même jour: salle, Sophia - Club, Jenny Hval!

 

 

20:20, apparition d'une séduisante silhouette, élancée, à la coupe Twiggy, Brussels, hi, lance Olga Bell qui prend place derrière son attirail, l'OP-1 (clavier synthétiseur numérique) et autres sequencers/samplers.

Olga Balashova est née  à Moscou, a grandi à côté des phoques en Alaska avant de s'établir in the Big Apple.

Après des  études de piano classique, elle abandonne  les conservatoires pour se lancer dans l'electro,  forme le groupe Bell, prête sa voix aux Dirty Projectors et à Chairlift, puis sort des albums solo, ' Diamonite' en 2011, 'Krai' chanté en russe et le récent ' Tempo'.

D'une voix trafiquée elle propose let's go.

Pas de bol, une fausse queue, on repart avec ' Power User' , de l'electro trip hop déstructuré et orné d'une séquence de hip hop en son milieu, on a entendu citer Björk, bien sûr, mais aussi Moloko ou The Knife.

Scéniquement, la gestuelle de la fine jeune personne peut faire penser à une certaine Madonna, sans l'aspect vulgaire.

Bleeps and bloops, body-moving music et  une voix  élastique murmurant ...You're killing me... ' ,Your life is a lie' captive, Olga enchaîne sur ' Chase no face' et ' Junior' datant de 'Diamonite' .

Guys, you know the Ancienne Belgique is one of the coolest venue in the world... ouais, on a déjà entendu ce point de vue!

'Incitation' , le titletrack d'un EP de 2015, dévoile un phrasé précieux sur fond sombre, austère, une nouvelle fois les rapprochements avec Roisin Murphy jaillissent.

' ATA' , qualifié de mutant pop  par Pitchfork, pose quelques questions existentielles...Am I dead, Am I fucking useless... tandis que le sampleur mélange beats caoutchouteux et sonorités de harpe.

Etrange, assurément!

Le set prend fin avec ' Randomness', un dance track tumultueux qu'elle illustre d'un pas de danse mécanique.

 

Pause et Jenny Hval

 

21:15' , du mouvement sur scène, deux filles, arborant une tenue pour le moins  fantaisiste, une culotte noire ( on verra plus tard qu'il s'agit d'un costume de bain une pièce) ou un short bariolé, un blouson nylon ou une cape et un sac à dos, sont suivies par un gars, lui aussi recouvert d'un habit monastique.

Ce dernier prend place derrière l'imposante machinerie, flanquée à gauche sur un podium sur lequel traîne une plate-forme, Jenny, devenue blonde peroxydée, se place, en fond de scène, près du DJ deck, sa copine farfouille dans le havresac.

Le décor est planté, Bruxelles est prêt à assister non pas à un concert, mais à une performance déconcertante.

L'artiste norvégienne ( lyriciste, romancière, chanteuse, danseuse)  vient de sortir ' Blood Bitch',  a fictitious story, fed by characters and images from horror and exploitation films of the ’70s, a-t-elle confié à un magazine britannique. Sur scène, c'est Orfee Schuijt, dancer and performer based in Oslo since 2012, qui se charge de l'élément visuel, souvent provocant ou lascif.

Même scénario que pour Olga Bell, un faux départ, there's no sound coming from my microphone signale Jenny alors que le musicien avait envoyé les bandes.

On fait comme si de rien n' était et on recommence, elle récite le sensuel ' Lorna' tandis que la grande Orfee tend une banane à la petite Solange, puis quelques raisins à son voisin, passablement surpris, sans pause Jeanne d'Arc a embrayé sur le mélodieux  ' Conceptual Romance', pendant lequel la danseuse franco-norvégienne s'amuse à griffonner sur une feuille vierge d'un carnet de croquis. Françoise Dolto n'étant pas présente dans la salle on ne peut t'expliquer le sens profond des gribouillages, pointillages, sinuosités ou  arabesques, produites par la grande  folle, gentiment, elle refile le feutre à sa copine, tout aussi cintrée, qui titre l'oeuvre: Brussels!

' Untamed region' débute par de brumeuses vocalises, mademoiselle Hval continue son auto-analyse, sa copine a ramassé un recueil de nouvelles qui gisait à côté des épluchures de banane, elle prend place dans une piscine rectangulaire installée sur l'estrade.

...there's blood on the bed... murmure la voix!

Halètements, frémissements aquatiques puis soudain un moteur vrombit, ' Secret touch' est lancé ... As I write this I must pretend someone's holding my hand . Probably someone dead... tandis que Miss Hval décrit ses songes noirs d'un falsetto effrayant, Orfee effeuille des roses en éparpillant les pétales sur scène avant d'en recouvrir Jenny puis  d'en lancer nonchalamment vers les premiers rangs.

Il y a un petit côté gore dans tout ce rituel...la rose, avec sa macabre couleur sang séché évoquait le cadavre d'Andrea... !

Brussels, you can dance or do aerobics on this one, ' The great undressing', pour les adeptes de Jane Fonda, sur le laptop la salle découvre un cours de fitnesss ( filmé dans les seventies), Orfee singeant les madames gesticulant sur le moniteur.

Hilarante gymnastique!

Look, this plastic pool is like a modern kind of coffin and I'm a modern vampire, elle entame ' That battle is over' datant de l'album 'Apocalypse, girl', où a-t-on entendu ..Merry Christmas, war is over...?

Le garçon délaisse les manettes, saisit une basse, les filles prennent place dans l'horrible bassin, chaussent des lunettes glamour, singent ' La Piscine' sans Romy Schneider, 'Period Piece' s'achève sur le cri ' I don't know who I am ' qui introduit ' The Plague'

La pataugeoire est expédiée dans le public, Orfee pleure, écrase une banane, une grappe de raisins, Dali applaudit, Magritte cherche sa pipe, la piscine devient boudin, Jenny constate.. we made a mess of Brussels... et indique que 'Female Vampire' sera la dernière tirade.

Elles reprennent leur cape, entament une danse de zombie, tu te tiens sur tes gardes, pas question de quitter des yeux  la grande bringue dont les mains ont baigné dans un pot de peinture de teinte vermillon, elle est capable de tout!

La performance s'achève sur cette danse/transe démente.

Tout s'arrête, Bruxelles reprend son souffle, Jenny réapparaît, sorry, pas de rappel, plus de chansons, mais j'ai apporté des fruits, distribution de mandarines, oranges, pommes et poires!

Non, pas de scoubidous, Sacha!

 

 

 

 

Jenny Hval - Olga Bell, Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 21 octobre 2016
Jenny Hval - Olga Bell, Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 21 octobre 2016
Jenny Hval - Olga Bell, Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 21 octobre 2016
Jenny Hval - Olga Bell, Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 21 octobre 2016
Jenny Hval - Olga Bell, Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 21 octobre 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

michel 24/10/2016 10:40

les mandarines venaient de Norvège!

Ivan 23/10/2016 18:52

C'était un marché bio? Salut Mich';

Articles Récents