Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 12:39
Iggy Pop - Cognac Blues Passion ( Blues Paradise ) 6 juillet 2016 à 23h15

Iggy Pop -Cognac Blues Passion ( Blues Paradise ) 6 juillet 2016 à 23h15

IGGY POP - Festival Blues Passions, Cognac (F) - 2016.07.06

Setlist :

01.No Fun.

02.I Wanna Be Your Dog.

03.The Passenger.

04.Lust For Life.

05.Five Foot One.

06.Sweet Sixteen.

07.Skull Ring.

08.1969.

09.Sister Midnight.

10.Real Wild Child (Wild One).

11.Nightclubbing.

12.Some Weird Sin.

13.Mass Production.

14.Repo Man.

15.Sunday.

16.Break Into Your Heart.

17.Gardenia.

18.Seek And Destroy.

19.Down On The Street.

20.Neighborhood Threat.

21.Tonight.

22.Wild America.

Apres un délire en voiture et une crise de fou-rire avec mes amis Jean-Michel et Martine au cours duquel nous invoquons entre autres Raoul et Raymond, nous y voilà enfin!

Le panneau d'entrée de la ville Indique "Cognac". C'est désormais une tradition, chaque année, j'attends ce rendez-vous comme on attend le messie, pas Lionel, l'autre: le Festival Blues Passions. Je retrouve avec plaisir ma chambre dans le domaine de Charente-Maritime qui me fournit le gîte pour cette 23 ème édition.

Première grosse tête d'affiche : Iggy Pop.

James Newel Osterberg Jr. né le 21 avril 1947 à Muskegon, Michigan porte ses presque 70 ans avec plus ou moins de bonheur. Son corps affiche les traces des excès de l'iguane depuis ses années Stooges. Chaque cicatrice raconte une histoire, témoigne d'une expérience douloureuse tout comme la claudication importante dont il est frappé depuis des années. Iggy, c'est un témoignage vivant d'un passé historique, social, politique et économique d'une Amérique en pleine mutation. C'est le Detroit bouillant des années 60 et 70, celui de l'industrie automobile qui va peu à peu sombrer dans le chaos de la crise pétrolière de 1973, entraînant dans son sillage une économie mondiale reposant sur le capital.

Un concert d'Iggy Pop, d'habitude, ça sent le souffre, la révolte, l'agression. Notre homme s'y entend pour provoquer et pousser le public à déborder le service de sécurité, à envahir la scène.

Hier, rien de tout ça, mis à part un noyau d'une vingtaine de jeunes qui "moshent" de temps à autre, l'assistance est sage et l'iguane n'en remet pas non plus. Sans doute que les récents événements terroristes de triste mémoire ont généré toute une série de mesures de sécurité qui conditionnent le concert de celui que l'on considère comme le grand-père du punk. Tout comme Lemmy, Iggy Pop est un musicien respecté par ses pairs, quelle que soit leur appartenance musicale. C'est sans doute. parce qu'il est, lui aussi, quelqu'un de vrai, d'authentique, un gars qui ne triche pas. Malheureusement, à l'image de Lenny Kravitz en 2015 et de Robert Plant en 2014, Iggy n'accorde pas d'interviews, dommage. Ce qu'il a à dire, il le fait sur scène et en musique, avec un langage fleuri où le "F Word" est omniprésent.

Il est 23.15, c'est parti! Deux immortels des Stooges pour débuter : "No Fun" suivi des aboiements de "I Wanna Be Your Dog" annoncent "The Passenger" et "Lust For Life" les deux gros hits de l'album éponyme. L'album qui porte la griffe de David Bowie et qui relance, à l'époque, un Iggy Pop en pleine tourmente. On n'affiche pas "sold out" loin s'en faut, la demi-finale de l'Euro 2016 opposant le Portugal au Pays de Galles y serait-elle pour quelque chose? Si c'est le cas, il n'y aura personne pour les Cranberries ce soir car la France rencontre l'Allemagne.

On s'en fout après tout, nous sommes là pour la musique non? J'ai un faible pour le répertoire des Stooges et "1969" me fait bouger sur un riff endiablé. Mon coup de coeur ira à "Real Wild Child (Wild One)" j'adore ce titre. Il y a des trucs comme ça qu'on ne peut pas expliquer et qui vous prennent aux tripes, dont acte. Dans mon voisinage, une superbe représentante du sexe opposé se trémousse avec sensualité, un peu comme un vaisseau du désert. Tempo plus lent, presque obsédant, avec le superbe "Nightclubbing".

Cette première heure de concert est vraiment bonne et puis, à mon humble avis, c'est la faute de goût, l'erreur de programmation dans la setlist avec 4 titres par trop linéaires, quatre morceaux trop semblables qui font retomber l'ambiance. Pendant une vingtaine de minutes, on sent du flottement dans l'assistance, certains quittent le concert. Ces morceaux (de 14 à 17 voir serlist) vont tuer l'ambiance et il faudra attendre un retour aux hits des Stooges que sont "Seek And Destroy" et " Down On The Street" pour retrouver un regain d'enthousiasme. Iggy s'amuse et ça se voit, il rappelle ses musicien par deux fois pour nous gratifier de "Tonight" et de "Wild America" qui termine ce show. Une heure quarante-deux minutes de concert, c'était bien, mais pas transcendant, il manquait cette étincelle de folie que je n'ai pas vue briller dans les yeux de l'iguane. À bientôt 70 ans, peut-il encore allumer un feu d'enfer? Pas sûr. Mais ne vous méprenez pas sur mes propos, j'ai passé une bonne soirée.

Mitch "ZoSo" Duterck

Iggy Pop - Cognac Blues Passion ( Blues Paradise ) 6 juillet 2016 à 23h15
Iggy Pop - Cognac Blues Passion ( Blues Paradise ) 6 juillet 2016 à 23h15

Partager cet article

Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Fred 11/07/2016 19:15

globalement ok avec votre critique. les titres de son dernier album ont donné un coup de mou au public, mais il a commencé et fini en beauté. Il a encore pas mal d'énergie l'iguane !
Sinon, il ya une petite coquille : seek and destroy c'est de metallica. Là en l'occurrence c'est search and destroy...

Articles Récents