Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 07:53
The Uppertones au Bonnefooi - Bruxelles- le 29 juin 2016

The Uppertones au Bonnefooi - Bruxelles- le 29 juin 2016

Le lendemain du concert, sur la page facebook du groupe de Turin:

The Uppertones have actually completed a full length show at Bonnefooi in Brussels - definitely thankful that the cops didn't break up the party this time!

Et party, il y eut!

Rien ne laissait prévoir qu'à 21:20', après vingt minutes de spectacle, le café-concert de la rue des Pierres allait être bondé, ni que tous les gens restés au rez-de-chaussée allaient suer comme des bêtes de trait en plein labeur en dansant comme des fêlés au son du Jamaican rhythm 'n'blues/vintage swing/calypso/ska/rock'n'roll proposé par le trio The Uppertones.

On ne remerciera jamais assez Beit Live et le Bonnefooi d'avoir fait revenir Mr.T-Bone (Vocals and Trombone), Peter Truffa (Piano and backing vocals) et Paolo Inserra ( Drums) après les déboires du dernier passage au même endroit, une descente de flics pour tapage nocturne!

Si la discographie des Uppertones ne compte qu'un échantillon, ' Close to the bone', ses membres ne sont pas nés de la dernière pluie, Gigi De Gaspari, a.k.a. Mr. T-Bone, a sorti plusieurs albums en tant que bandleader, il a collaboré avec toutes les pointures du monde ska ( les Skatalites, Rocksteady 7, les Bluebeaters, les Toasters, Casino Royale, les Slackers ) et a joué avec ses propres Young Lions, bref une carte de visite kilométrique.

Au piano, le New-Yorkais trois-quarts italien, Peter Truffa a été membre du New York Ska Jazz Ensemble et des Bluebeaters et enfin, Paolo Inserra, le batteur, a également fait partie des Bluebeaters ainsi que du groupe pop Baustelle.

A 21h tapante, The Uppertones envoient 'I'm walking' de Fats Domino, aucun doute à avoir, Brussels is gonna jive tonight!

Trombone fou, piano frivole et drumming brûlant, ça chauffe, ils embrayent sur un calypso à faire pâlir Mighty Sparrow, suivi par un nouveau blues sautillant sentant bon les fifties...me demande pourquoi ta mère ne m'aime pas et ta soeur non plus d'ailleurs...c'est dingue, t'as vu mes fringues et mes pompes, les mêmes que celles d'Al Capone!

Un autre tube de la fin des années 50, Johnny O'Keefe, 'She's my babe' , voit les spectateurs se trémousser sur un espace réduit.

Piano et trombone alternent les vocaux ou travaillent en communion, les petits soli se succèdent tandis que Paolo imprime une base rythmique d'enfer.

Après un nouvel air aux effluves Trinidad vient l'histoire d'une copine, ' I had a girl' and she was so nice, ouais, mais elle s'est barrée.

Que diriez-vous d'une version spaghetti de 'Got my mojo working' popularisé par Muddy Waters?

Peter quitte les touches d'ivoire, escalade un tabouret et encourage une assistance qui s'époumone pour manifester son allégresse.

Après un numéro à la Little Richard, ' Just a little bit' les transalpins attaquent un 'Travelin' blues' juteux, puis propose une romance aussi désespérée que 'Coeur blessé' de Petula Clark.

Le délire altère les sens d'un black à nos côtés, il se met à serrer toutes les pinces, musiciens inclus, ceux-ci ne se démontent pas et proposent la perle de Louis Prima, 'Angelina'.

Non, Riton, c'est pas Lange Jojo qui est à l'origine de ce chef-d'oeuvre!

Une intro majestueuse nous invite à retourner vers la Nouvelle-Orléans pour une interprétation magistrale du standard 'St James Infirmary'.

Le clown de tout à l'heure envisage un nouveau numéro improvisé, il a fallu toute la force persuasive du barman pour inviter cet olibrius à quitter les lieux, tandis que le groupe amorce un boogie sautillant suivi par une composition de Peter Truffa.

Un petit 'Happy Birthday' instrumental précède le morceau donnant son titre à l'album, ' Closer to the bone'. La suivante, ' No One', est un nouvel exemple de swing sorti des forges Louis Prima, Louis Armstrong ou Louis Jordan.

Pas de cops, on continue avec un original composé par le bistecca au trombone.

L'alchimie est parfaite, l'ambiance n'a pas faibli d'un poil, elle va encore monter d'un cran avec le singalong 'Oh, what a night' qui, momentanément, met un terme à la fête.

You want more, personne n'a fait appel à la flicaille?

C'est parti pour une série de bis débutant par ' Personality' de Lloyd Price, le copain de Sacha Distel. Sur la lancée, ils proposent Elvis et son 'King Creole' qui voit une madame potelée se transformer en vahiné, sans pagne mais en jeans, c'est, forcément, moins carte postale.

Direction la Jamaïque et le ska avec 'Fat Man' un titre repris par les Specials.

Puis vient une note sentimentale pour calmer les esprits, 'Crying over you' de Ken Boothe et enfin la dernière explosion, ' Boogie my bones' qui met fin à 100' d'énergie, de sueur et de jouissance!

Le 02/07 : The Uppertones - Antwerpen (BE) Bagger

The Uppertones au Bonnefooi - Bruxelles- le 29 juin 2016
The Uppertones au Bonnefooi - Bruxelles- le 29 juin 2016
The Uppertones au Bonnefooi - Bruxelles- le 29 juin 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents