Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 18:13
Noel Gallagher's High Flying Birds - Forest National - le 17 avril 2016

Noel Gallagher's High Flying Birds - Forest National - le 17 avril 2016

NOEL GALLAGHER's HIGH FLYING BIRDS – Forest National, Brussels – 2017.04.17

Line Up :
Noël Gallagher : Vocals - Guitars
Mike Rowe : Keyboards
Jeremy Stacey : Drums
Tim Smith : Guitar - Backing vocals
Russel Pritchard : Bass - Backing Vocals

Setlist :
01. Shoot A Hole Into The Sun (Intro).
02.Lock All The Doors.
03.In The Heat Of The Moment.
04.Riverman.
05.Talk Tonight. (Oasis cover)
06.The Death Of You And Me.
07.You Know We Can't Go Back. (Oasis cover)
08.Champagne Supernova. (Oasis cover)
09.Ballad Of The Mighty I.
10.Sad Song. (Oasis cover)
11.D'Yer Wanna Be A Spaceman ? (Oasis cover)
12.The Mexican.
13.Half The World Away. (Oasis cover)
14.Listen up. (Oasis cover)
15.If I Had A Gun.
16.Digsy Dinner. (Oasis cover)
17.The Masterplan. (Oasis cover)
18.Wonderwall. (Oasis cover)
19.Aka...What A Life !
20.Don't Look Back in Anger. (Oasis cover)

Un samedi soir en villégiature à la côte belge, un sms qui s'annonce et me voilà tout à coup nanti de deux invitations pour le concert de Noël Gallagher à Forest National, je ne vais pas refuser çà tout de même! Bon, reste à trouver un chauffeur. Petite annonce sur un réseau social bien connu et hop, en dix minutes, j'ai mon driver. Chose étrange, je n'ai eu qu'une seule proposition pour profiter de cette place gratuite en VIP.

Symptomatique ?

Qui sait…
Allez, départ de Ciney à 17.00 à bord de la Berlingo de Matthieu. Une sono d'enfer et d'origine chez Citroën svp, on monte le son et on s'écoute Mandrake Root, le nouveau groupe de cover de Deep Purple, suivi des néerlandais de Paceshifters, passage par le Japon avec Loudness, les Belges de Horses On Fire et la Hongrie avec Ozone Mama pour se détendre et se cultiver un peu les neurones acoustiques.
Premier bug : arrivés à hauteur de Wierde un bouchon de 50 minutes, tout ça pour franchir les deux kilomètres de travaux effectués aux abords et sur le viaduc de Beez. L'indiscipline et le manque de courtoisie bien connus chez l'automobiliste lambda se sont encore vérifiés dans toute leur splendeur et leur connerie hier soir. On a un peu l'impression de ressentir ce qu'un accoucheur éprouve lorsqu'il s'empare des forceps : vingt Dieux ce que c'est pénible ! Et comme dirait mon ami Stevie « C'est s't'on malheûr, surtout pô les parînts d'ô costê d'èl feûme !». C'est du wallon local.
Allez, direction Charleroi, Nivelles et Forest où nous arrivons frais comme des gardons vers 18.45.
Parking payant, mais on est peinard au moins. Petite fouille d'usage aux abords immédiats de la salle, l'armée est déployée, c'est déjà ça. Un hamburger à 5Euros , un coca à 3Euros et deux changements de sièges plus tard nous voilà enfin installés au premier rang et bien assis en plus.
On s'occupe comme on peut alors on Shazaam quand on entend quelque chose qu'on aime. Pour une fois le DJ qui accompagne le groupe est vraiment bon dans ses choix.
La salle est en version Club, ce qui signifie un maximum de 5.000 personnes possibles attendues pour le concert du moins charismatique des frères Gallagher dit-on. D'un autre côté, étant donné que c'est lui le principal compositeur des oeuvres d'Oasis, on s'en fout un peu du charisme de cet enfant issu des banlieues de Manchester. Ca s'entend très fort quand il parle. Au niveau vocabulaire, à mon humble avis (IMHO en abrégé anglais) il n'y a que Vince Neil de Mötley Crüe qui soit capable d'aligner autant de « Fuck » dans une phrase que notre ami Noel.
Oui, je ne vous l'ai pas dit mais je présume que la plupart d'entre vous a deviné que Noël était le frère de Liam et qu'à eux deux ils ont fait partie d'Oasis, un groupe pour lequel j'avoue n'avoir jamais eu d'atomes crochus. Le seul Oasis, spécialiste Toko avec qui j'en ai vraiment est partenaire de jeu sur HD. Voilà, c'est précisé.
En tant que chroniqueur, à ne pas confondre avec gros niqueur même en cas de rhume de cerveau, je vais donc faire preuve d'impartialité et prendre ce show, comme il vient. N'ayant jamais vu Oasis je n'ai aucun point de comparaison, donc je m'en remettrai à mon vécu à chaud.
On démarre sur une bande sonore d'intro des plus brise-menus, ça ressemble à un concert de klaxons auquel on aurait ajouté l'enregistrement d'une tonne d'écrous déversés dans une cuve en métal. Stooooooop !
Bon début de concert avec trois titres bien enchainés et très bien joués, bonne surprise donc.
Et puis second bug de la soirée, le pédalier guitare de Noël tombe en rade et il faut le remplacer et tout recabler. « Cinq minutes, vijf minuten, five minutes » nous annoncent les speakers de la salle. A mon avis c'était plutôt cinq minutes par langue au minimum car le break forcé en fait presque vingt ! Et ça brise le rythme de l'ensemble. Il y aura 10 morceaux d'Oasis interprétés par le band mais, le problème qui constitue le bug numéro trois, c'est qu'il n' y a pas assez de communication avec le public et que les changements d'instruments entre les chansons sont beaucoup trop longs, à chaque fois on brise la continuité du concert.
Au niveau pop, on savait déjà que Noël avait beaucoup écouté les Beatles et qu'il était capable d'écrire des ritournelles dans le plus pur style des Fab Four. C'est bien fait mais parfois, certains titres sont trop similaires, enfin je trouve. C'est « Champagne Supernova » qui va réveiller un peu le public que je trouve très peu enjoué pour des retrouvailles avec un des groupes phares de sa génération. C'est gentillet comme ambiance, un peu scolaire. D'où nous sommes installés Mathieu et moi, on le perçoit très bien et sans s'être consultés, nous émettons la même opinion tandis que mon voisin de derrière émet la sienne sur les avantages de posséder un chalet à Enghien pour fuir « le stress de Bruxelles le weekend », d'ailleurs il en revient tout juste ! Ca fait très « prou-prout » Brabant Wallon et avec l'accent si vous voyez ce que je veux dire. Là-dessus l'autre voisin avec qui il vient de lier connaissance s'excuse presque en y allant d'un « oh moi, je viens des campagnes près de Mons » sur un ton d'excuses qui fait presque de la peine à entendre.
Première petite perle qui a du corps et du mordant avec le superbe « Ballad Of The Mighty I » qui trouvera son pendant un peu plus tard avec le non moins musclé « The Mexican ». Toujours une très bonne prestation du band qui s'adjoint également un trio de cuivres pour la tournée. On s'achemine vers les rappels et on sent le arriver, l'hymne d'Oasis : « Wonderwall » et là je suis consterné, toujours pas plus de réactions enthousiastes d'un public décidément bien sage. Il faudra attendre le dernier morceau du set : " Don't Look Back In Anger " pour voir enfin la moitié de la salle se lever et reprendre la chanson en choeur mais ce n'est pas le délire que j'ai connu à d'autres occasions, loin s'en faut. Bref, une bonne soirée et un concert qui aurait certainement gagné en intensité si il n'y avait pas eu autant de temps-morts. Je me suis bien amusé.
La première partie était assurée par « Augustines » un trio New-Yorkais dont un morceau à la Johnny Clegg a retenu toute mon attention, mais là non plus on ne se pressait pas pour enchaîner les morceaux.
Retour à Ciney sans encombres et vivement le prochain concert. Tout grand merci à Eric Laforge et à Mathieu Dessy
Mitch « ZoSo » Duterck

Noel Gallagher's High Flying Birds - Forest National - le 17 avril 2016
Noel Gallagher's High Flying Birds - Forest National - le 17 avril 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Mitch « ZoSo » Duterck - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents