Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 14:26
Farao, Dralms au Botanique ( Witloof Bar) - Bruxelles, le 8 avril 2016

Farao, Dralms au Botanique ( Witloof Bar) - Bruxelles, le 8 avril 2016

Un message du Bota, la veille: This show won't take place in the Rotonde but in the Witloof Bar.

Peu de préventes, pour une double tête d'affiche prometteuse, étonnant!

Victor, rien à dire?

Être absent, c'est être injurieux.....

Farao et Dralms ont partagé plusieurs dates européennes, les PIAS Nites à Paris ou l'Amalgame à Yverdon-les-Bains, par ex., au Bota c'est Kari Jahnsen, alias Farao, qui se charge d'entamer les débats.

Kari, tu l'as croisée en 2013 au Little Waves à Genk, elle avait rejoint son compatriote Moddi sur la scène limbourgeoise,

Ce soir, la séduisante Norvégienne, désormais résidente londonienne, vient présenter l' album «Till It’s All Forgotten» aux Bruxellois.

En principe, Farao sur scène se bornait à deux éléments, Kari Jahnsen, voix céleste, guitare, Korg, small analog synth et James Field aux drums et mini keyboard, un troisième individu ( synthé) s'est joint à eux pour nous concocter un arty electro pop, majestueux, mystérieux et foisonnant d'idées.

A 20:00 précises, le trio entame le set par ' Lacuna' une plage à l'amorce atmosphérique, ( on suppose qu'il s'agit de 'Till it's all forgotten' , en fait) à laquelle James, de quelques coups de baguettes énergiques, donne rapidement une nouvelle direction moins dream pop, les layered vocals et les arrangements complexes captivant d'emblée.

L'énigmatique donzelle reprend sa guitare pour ébaucher 'Bodies' qui te fait penser à Lykke Li.

La fausse ballade glacée 'Maze' est bourrée d'effets et n'aurait pas dépareillé un album de Björk.

Puis vient une page éthérée, 'Anchor', entamée solo avant l'arrivée de percussions délicates soutenant des entrelacs vocaux d'une limpidité immaculée.

Ok, on jette l'ancre dans ses eaux cristallines, attendons l'apparition de la sirène qui doit nous attirer au fond du lagon.

Elle enchaîne sur 'Fragments' et ses loops vocaux, avant de signaler next one is brand new et de balancer un trip hop aux consonances asiatiques, elle termine ce set de 40' par 'Hunter', baptisé 'Honda' sur la playlist. Après un démarrage tout en douceur, la guitare se fait plus incisive et le morceau prend un ton nettement plus frénétique.

Un timide merci et le trio regagne le fin fond des catacombes après avoir séduit l'assistance.

Dralms

Lire la notice avant usage - Boompa Records " Don’t let the name stump you for too long, Dralms is not so much a word to define as it is a moving and moody force to be felt deeply, in the sublime haze of the twilight hours."

Enregistré!

Christopher Smith de Vancouver met sa carrière solo en hiatus pour former Dralms, il débauche Will Kendrick ( claviers) du groupe Failing et Shaunn Watt ( drums) et Peter Carruthers ( basse) du groupe Siskiyou, ils pondent l'album 'Shook'.

Le trio de musiciens investit la scène vers 21:15 et entame la longue intro de ' My heart in the right place'. Après 120 secondes , Christopher Smith à l'allure affectée, une stratégie de distanciation(?), rapplique en tenant négligemment une bouteille de Beaujolais, entamée, à la main, il la dépose avec grâce pour plaquer un crooning intrigant sur ce fond musical distingué.

Faut il songer à Marc Almond ou à Jimmy Somerville, le fait est que le ton mélancolique et enchanteur de la voix interpelle et lorsque la basse affolante de Peter Carruthers imprime un groove fourbe à la mélodie, tu ne peux empêcher tes hanches de se mouvoir en mesure, tandis que le chanteur sautille tel un poids plume désireux d'éviter les jabs d'un hypothétique adversaire.

C'est bien parti, Manu acquiesce en ajoutant, 'c'est excellent'.

Avant de proposer la suivante, 'Pillars and Pyre' , le feu follet invite le public à s'approcher de la scène.

Démarrage feutré mais, à nouveau, la basse infectieuse t'invite aux déhanchements, l'alchimie est parfaite, un falsetto grandiose, des claviers majestueux, un drumming efficace et une basse hyper sexy.

Un des meilleurs cocktails servi en 2016.

Elle est bien votre ville, annonce-t-il sans rire, Trump la trouve moins sympa, d'ailleurs visez la casquette de Will, vous pouvez y lire BRUSSELS, voici 'Usage' qui ouvre l'album.

A quote ' houses are machines for living', le philosophe canadien apprécie le Witloof et justifie son propos en soumettant 'Domino House' pendant lequel saveurs mentholées et envolées nerveuses se succèdent.

Un des tout grands moments du set suit, ' Divisions of labour' s'avère hypnotique à souhait, le final agressif te refile des frissons.

'Shook' succède à ce sommet.

Avez-vous remarqué que le brave Will a retranscrit la playlist sur un filtre Melitta?

Je vous en prie,veuillez détourner vos regards, je bois à la bouteille, sorry pour cette faute de goût...

Humour en prime, ce band a tout pour plaire!

'Gang of pricks' et 'Wholly present' un jazz track aux saveurs trip hop et aux brisures imprévisibles se succèdent.

Notre tournée s'achève, plus qu'une date, voici le dernier morceau pour ce soir, l'impressionnant ' Crushed Pleats' qui clôture l'album.

Dralms est rappelé, évidemment, et propose un double bis, le grandiose 'If I had a heart' de Fever Ray et 'Gang of pricks'.

Merci à Peter Moustache pour avoir complété la setlist et à Will pour le filtre!

photos: Manu Golenvaux - concert monkey

Farao, Dralms au Botanique ( Witloof Bar) - Bruxelles, le 8 avril 2016
Farao, Dralms au Botanique ( Witloof Bar) - Bruxelles, le 8 avril 2016
Farao, Dralms au Botanique ( Witloof Bar) - Bruxelles, le 8 avril 2016
Farao, Dralms au Botanique ( Witloof Bar) - Bruxelles, le 8 avril 2016
Farao, Dralms au Botanique ( Witloof Bar) - Bruxelles, le 8 avril 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by michel/manu golenvaux - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents