Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 03:00
Zilleghem Folk 2015 - dag1 - Kasteel van Loppem - le 25 juillet 2015

Charles Eloy

Un peu d’histoire. Le Zilleghem Folk festival se déroule du 25 au 26 juillet dans le parc du château de Loppem, une section de la commune de Zedelgem près de Bruges (Flandre Occidentale). Après la fin de la Guerre Mondiale (1914-1918), le roi Albert 1er (le roi chevalier) s’est installé au château. En novembre 1918, un gouvernement est constitué rassemblant les socialistes, les libéraux et les catholiques.

Après un périple de 130 kilomètres à pied, en train et en bus, sous un ciel rempli de nuages menaçants, je me retrouve dans l’environnement pittoresque du château de style néogothique flamand (1870).

En entrant dans le domaine, je vois des vaches, un grand étang, et puis la grange et la cour intérieure près du château. Le cadre idéal pour un plongeon dans la musique folk et trad.

Ambrazar, un groupe local de Bruges prend place sous le chapiteau.

Cet après-midi, ils sont trois musiciens sur scène, car l’un d’eux s’est offert des vacances. Ils ont joué souvent dans les cafés de la région

Le répertoire, extrait de leur album « Ambrazar goes wild » sorti en juin 2015, respecte essentiellement les traditions folk, en y incorporant des éléments de musique urbaine contemporaine.

« Buffalow » : le chanteur explique que son père est fermier et qu’il le seconde dans ses activités agricoles. Une chanson pour les bovins sur un air de danse scottish.

Un pas de polka du pied gauche pour l’homme, puis un pas de polka du pied droit pour l’homme et pour terminer quatre pas sautillés en tournant. L’inverse pour la dame, et c’est vachement bien cette danse en couple.

« It’s a dream » : une chanson composée pour son amie inspiratrice de bons moments.

« Cafés van Brugge » : chanté en dialecte brugeois. Afin de s’imprégner de la musique et culture d’Ambrazar, je conseille aux touristes de savourer un plat régional, le hochepot , des bons légumes mijotés avec des morceaux de porc, de préférence la queue et les oreilles.

Entretemps le soleil se pointe timidement à l’horizon et le public se déplace vers la salle de concerts pour écouter Fred Morrisson, un Ecossais avec une stature comparable à son compatriote Rod Stewart.

La première rangée est occupée par des enfants qui sont fascinés par le son de la cornemuse. Fred Morrisson en musicien solo tape du pied afin de maintenir un rythme régulier.

Il adresse à l’audience « Je me sens bien ici. C’est comme en Ecosse, il y a du soleil et il pleut beaucoup ».

« Passing places » : Fred Morrisson joue sur un whistle, une sorte de flûte fabriquée d’un alliage d’aluminium. Le tempo lent nous fait imaginer les paysages verdoyants de l’Irlande.

« Kansas City Hornpipes » : Fred Morission, un passionné d’instrument joue sur des smallpipes, slow air « dumbruie », ressemblant à une cornemuse. La soufflerie est actionnée par deux réservoirs d’air sous les aisselles. Une invention de ses cousins irlandais qui ont parfois des idées farfelues.

Pour jouer la note D (ré), il faut lever le genou. L’instrument possède un clavier d’une octave et permet de simuler des sons de guitare électrique.

La composition ressemble à une bande sonore des films de Far West. L’ambiance est celle des saloons et le public commence à frapper spontanément des mains et taper du pied.

Fred articule quelques phrases en néerlandais. Il a joué sur les trottoirs d’Amsterdam avant de connaître une notoriété internationale et il en garde de bons souvenirs.Il est connu pour son style peu orthodoxe, capable de transporter les foules dans d’autres dimensions et ses nombreuses collaborations (Dick Gaughan, Capercaillie,…)

A la fin du concert, il offre un CD en échange de quelque chose…… de l’argent.

Il dit « Je ne peux pas trahir ses origines, je suis Ecossais ».

Un Ecossais qui a vécu en Hollande, ça donne quoi ?

Retour sous le chapiteau.

Le présentateur nous annonce que les mesures du gouvernement actuel ( Tax shift) n’auront pas de répercussions sur les prix de la restauration par une augmentation des taxes sur les boissons sucrées.

Une réflexion personnelle : La restauration au Zilleghem Folk Festival offre des produits naturels de qualité, exempts de sucreries et autres crasses comme le caramel E150d, l’acide phosphorique, caféine qui vous assure une diminution de votre l’espérance de vie (diabète, cancer, obésité,….)

Le Zilleghem Festival fait partie d’un ensemble de douze festivals se déroulant du 26 avril au 13 septembre 2015 http://www.folkfestivals.be/

Le présentateur introduit sur scène ‘t Amusement qui me semble personnellement un groupe approprié pour les danses folkloriques.

Nous retrouvons sur scène cinq musiciens qui jouent de dix instruments différents.

Je ne désire pas m’attarder sur les techniques des danses folkloriques collectives ou en couple. En qualité de chroniqueur, il m’arrive d’être devant un fait accompli et je ne peux refuser une danse à une dame qui m’invite à l’action. Me voilà emporté par la danse. Gertrude, pas Nathalie de la chanson de Gilbert Bécaud me regarde droit dans les yeux afin de mieux guider mes pas. Un secret de Polichinelle, dans la soirée, ces danses sont parfois d’une nature plus intime selon les affinités avec le/la partenaire (de danse). Nous respirons l’air frais et sain de Zilleghem et les distances entre partenaires sont scrupuleusement respectées.

Dernière étape de la journée en ce qui me concerne, le Rachel Air Trio. Le groupe, composé de Rachel Hair (harpiste), Jenn Butterworth (Chant-guitare) et Cameron Maxwell, très représentatif de la scène écossaise actuelle, nous présente des extraits de son dernier album « Tri » sorti cet été.

Rachel, l’une des meilleures harpistes de sa génération a vécu à Ullapool, un village dans les Highlands. Elle a étudié la musique et obtenu la grande distinction à l’Université de Strathclyde.

Rachel et Jenn se sont connus durant leurs études universitaires (elles partageaient le même kot) et nous ressentons une grande complicité entre les deux musiciennes.Ce soir une exclusivité. Elle joue, pour la première fois en public, le clarsach une harpe triangulaire celtique dont les origines remontent au 9e siècle.

« Jips of Mann » une mise en appétit d’ un morceau qui a tourné d’une manière régulière sur la radio britannique Radio Folk UK.

Ce morceau reprend les influences nordiques, du pays de Galles, de l’Irlande et de l’Angleterre. Son époux Adam Rhodes, membre de Barrule et Jamie Smiths Mabon, est natif de l’île de Man. Actuellement le couple vit à Glasgow en Ecosse, mais Rachel y retourne régulièrement y donner des cours de harpe.

« »Angel » Jenn à la guitare et au chant s’avance au devant de la scène. Une chanson composée par Jenn qui y développe un fort sens de la mélodie. Elle nous fait nager entre le ciel et la terre, les anges, entre le noir et le bleu des nuages pluvieux et éclaircies ensoleillées.

« Cancro cru » : une composition du galicien Anxo Pintos. Cameron Maxwell, le contre-bassiste de formation classique, et pas celle de jazz comme les deux précédents, a rejoint récemment le groupe. Il est très disponible et cela contribue à obtenir le groove spécifique au groupe. Cette collaboration fait vibrer la chanson et la salle. Le terme power trio est utilisé dans la musique pop.

Rachel, Jenn et Cameron, ils sont trois et ils sont forts.

Nous traversons différentes époques « My darling is the fair one “Mo Cheist am fear bam”: un traditionnel celtique - The duke of Fife’s welcome to Deeside, un morceau du flûtiste James Scott Skinner (19e siècle) - The Marching Gibbon, une composition du pianiste et accordéoniste de Jazz Tom Gibbs. Dans ce dernier morceau, nous apprécions la bonne maîtrise du jeu de guitare rythmique de Jenn, pendant que Rachel fait vibrer la mélodie par des glissandos. Un glissando (du français « glisser ») désigne soit un glissement continu d'une note à une autre, soit le passage d'une note à l'autre par un groupe de notes intermédiaires. Il consiste dans l'élévation ou l'abaissement constant et progressif de la hauteur d'un son.

Set list : Jips for Mann, Tea towel polkas, Grey funnel line, Duke of Fife, Tsunami Jack, Cancro Cru, My darling fair one, Marching Gibbon, Angel, Charmed, Starry eyed lads.

Les organisateurs du Zilleghem Folk Festival sont proches du public et des artistes. Les groupes locaux Ambrazar et ‘t Amusement ont contribué à cette splendide première journée de festival.

Fred Morrisson et le Rachel Hair Trio nous ont fait (re)découvrir des artistes qui ont la passion de leur métier. Ce sont des virtuoses qui partagent avec le public l’essence même de la musique traditionnelle et folklorique avec toutes ses nuances.

La fête folk continue dans la soirée et le lendemain

Zilleghem Folk 2015 - dag1 - Kasteel van Loppem - le 25 juillet 2015
Zilleghem Folk 2015 - dag1 - Kasteel van Loppem - le 25 juillet 2015
Zilleghem Folk 2015 - dag1 - Kasteel van Loppem - le 25 juillet 2015
Zilleghem Folk 2015 - dag1 - Kasteel van Loppem - le 25 juillet 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Charles Eloy - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents