Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 20:11
The Royal Hounds aux Thon Music Sessions - The O Bar ( Thon Hotel) - Bruxelles, le 2 juin 2015 .

Tu restes au Thon, car les Music Sessions prévoient un second concert à 20:30'.

En attendant The Royal Hounds, from Las Vegas, invités dans nos humides contrées par Surfing Airlines, tu palabres avec Lee et Steven toujours aussi disert.

The Royal Hounds

Un trio pratiquant du Rockabilly, Surf, Honky Tonk et Swing additionné(s) d'une solide dose d'humour Hara Kiri.

Premier rôle pour l'immense Scott Hinds - Upright Bass, Lead Vocals, un cousin de Jerry Lewis - à la guitare, un petit chapeau hyper véloce, pas le gabarit de Kittel, mais des accélérations meurtrières, facebook divulgue Glenn McCallum comme identité, nous émettons des doutes, idem pour le sobre batteur, deux noms proposés "Bramble" ou Dan Rumer, on songe plutôt à un mercenaire ayant décidé de découvrir le vieux continent.

Anyway ce qui ne ment pas c'est leur slogan: "Las Vegas's premier high-energy rockabilly band offers one of the most entertaining live shows on the planet."

Deux sets d'une énergie folle mixant vaudeville, virtuosité et bonne humeur généralisée.

Parenthèse, Mademoiselle Jacquemein se défend plutôt pas mal au rayon Lindy Hop.

La setlist mentionne une quarantaine de titres, on aura droit à un échantillon imposant.

Un instrumental cha cha cha/tsoin tsoin/surf pour démarrer, le ton est donné, c'est limpide, les lascars n'ont pas l'intention de nous assommer avec un discours somnifère, les grimaces de Scott font passer Jim Carey pour un prof d'unif pointilleux.

Sur leur album 'I'm in love with a zombie', 'Black slacks' du rockabilly pour équilibristes, brrr, brrr, brrr fait le drôle tandis que la guitare mitraille sévère, la suivante est de la même trempe, puis Scott, en français compréhensible, annonce que la suivante est d'un Ricain pas trop connu de ce côté de l'Atlantique, his name is Evis Presley, this is 'Little sister', l'incroyable morceau written by Doc Pomus and Mort Shuman!

J'aime le lard, Andre Williams aussi, voici son 'Bacon Fat', un doo wop frelaté et gras.

Place au fragment le plus dingue de la pièce, une version rockabilly/opéra hawaïen délirante de 'Baby got back', le rap de Sir Mix-a-Lot.

Lee se marre et lance Spike Jones.

A brand new one, 'Gin day', ou les Andrews Sisters bourrées jusqu'à l'os.

Ces mecs sont fous à lier!

Let's go surfing, Brussels, un surf medley ravivant les grands noms: Dick Dale, les Chantays, les Marketts, les Surfaris... back to the sixties, kids, avec ce vent, les vagues sont géantes.

Du coup le guitariste grimpe sur la contrebasse et vient vérifier si les arroseuses d incendie de plafond sont conformes.

Enchaînement sur 'Summertime blues' suivi par 'On the verge' au parfum CCR.

Une galopade effrénée, revoici Elvis, 'That's alright, mama'.

Grand moment burlesque lorsque contrebasse et guitare s'accouplent puis s'échangent leurs jouets.

Johnny Cash 'Folsolm prison blues' et Carl Perkins 'Blue Suede Shoes' mettent un terme à la première partie.

Le set 2 démarre sur une note martiale, le drummer rameute les troupes qui attaquent un instrumental métallique pour embrayer sur une perle intellectuelle de Southern Culture on the Skids 'Too Much Pork For Just One Fork '.

Nous sommes les chiens royaux et nous aimons Pèriiiiz, voici 'I love Paris', Frank Sinatra se retourne dans sa tombe avant d'éclater en fou rire.

Ces gars ont l'immense mérite de ne pas son cantonner dans un style, leur humour décapant est contagieux.

Place au western swing turbulent, '2432 Hwy. 11' is a song about murder.

Veuillez attacher vos ceintures, on fonce tout en vous narrant l'histoire d'une vioque qui se tape de pauvres jeunes gens sans défense, 'Mama wants to dance' , du burlesque aux relents cosaques.

bii é sii ooo èn, it's 'Bacon Time' again!

Buddy Holly en piste, 'That will be the day' et 'Oh, boy' psalmodié par la guitare pendant que son copain se paye une séance de rodéo.

'The hillbilly swing' ouvre l'album, il est suivi par une nouvelle tranche de surf, voyant le rouquin slapper à deux mains, son instrument encaisse de sérieuses tornioles.

Zaiment pas le disc-jockey ' D - Bag dj' et puis pour clôturer le bal, le titletrack de leur dernier produit 'I'm in love with a zombie', un tango nécrophile.

Une escouade de touristes nippons ou malais a sorti les Nikon, Canon, Sony, Fujifilm, Dieter a préféré un Samsung, Steven s'est commandé une Westmalle, Lee était dans son bus, les autres réclament un bis.

'White Lightnin' is the slowest song we know, sur le tableau de bord tu lis... vous roulez à du 211 km/h ...

Allez vite encore une suite , ' Surfin Bird' des Trashmen et 'Train kept a rollin', où tu vas Scott?

Vais tirer les oreilles à Chigiku qui ne chante pas.

Dernière vérification de l'état du système anti incendie avant le démontage du mobilier.

Great gig!

The Royal Hounds aux Thon Music Sessions - The O Bar ( Thon Hotel) - Bruxelles, le 2 juin 2015 .
The Royal Hounds aux Thon Music Sessions - The O Bar ( Thon Hotel) - Bruxelles, le 2 juin 2015 .
The Royal Hounds aux Thon Music Sessions - The O Bar ( Thon Hotel) - Bruxelles, le 2 juin 2015 .

Partager cet article

Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents